accueil
  Qui sommes nous ? | Sur l'asile | Maraudes | Exilés mineurs | Presse pays d'exil | Nous contacter | Photos | Archives
  Liens | A Calais | Les exilés sur les routes d'Europe | Adresses utiles à Paris

Accueil du site > Maraudes > Compte rendu des maraudes du collectif en décembre 2007

Compte rendu des maraudes du collectif en décembre 2007

mercredi 16 janvier 2008, par exilés 10


Compte rendu des maraudes du Collectif de soutien des exilés du 10ème arrondissement de Paris

Décembre 2007

Pas d’amélioration de l’accueil des mineurs isolés étrangers

En décembre 55 mineurs, afghans principalement sont arrivés dans le 10ème. Ils ont donc été au moins 483 à passer par Paris cette année. Moins d’une vingtaine seront restés.

Le 3 décembre une liste de 25 mineurs laissés dans la rue par un dispositif de primo accueil défaillant a été transmise à la DDASS et à la Défenseure des enfants. Le même jour plusieurs associations (Collectif exilés 10, Fédération Sud Education MRAP, RESF, Syndicat de la Magistrature) interpellaient Dominique Versini, défenseure des enfants, sur les conditions inacceptables de l’accueil de ces jeunes (http://www.exiles10.org/spip.php ?article1084). Suite à cette lettre une réunion a été organisée le 12 décembre par Mme Versini, avec les acteurs du dispositif et les associations signataires (compte rendu : www.exiles10.org/spip.php ?article1089). Cela permettra-t-il réellement d’améliorer l’accueil et la prise en charge de ces mineurs ? Deux jours après FTDA décidait d’interrompre ses maraudes place du Colonel Fabien jusqu’au 26 décembre ! Pendant presque deux semaines 21 jeunes nouvellement arrivés ont dû se débrouiller eux-mêmes pour trouver les nouveaux bureaux de FTDA « mineurs » qui venait de déménager.

Rien d’étonnant à ce que nombre d’entre eux aient alors décidé de partir ailleurs, ce qui apparemment arrange les acteurs du dispositif. Et pourtant il restait des places vides dans les hôtels.

En décembre, comme durant les mois précédents, FTDA invoquant le manque de moyens et de personnel n’a pris en charge les jeunes qu’au compte goutte, les choisissant au faciès comme d’habitude.

Le 4 décembre le Collectif a accompagné une vingtaine de jeunes à FTDA « mineurs », ce qui nous a été reproché lors de la réunion avec Mme Versini. Il était apparemment inadmissible d’amener des jeunes vers la structure chargée de leur accueil ! Mais ce même jour 6 places ont été trouvées, de même que 5 places le lendemain de la réunion avec la défenseure des enfants. Cependant, ils étaient nombreux à rester dehors : plus de 15 jusqu’à noël.

Et comment envisager de rester en France lorsque l’on est laissé plus d’une semaine dehors, qu’on n’a aucun entretien avec un intervenant social et en plus qu’on se fait agresser ? C’est le cas, un exemple parmi d’autres, de ce jeune de 14/15 ans, arrivé fin novembre. Il n’a pu avoir une place à l’hôtel que le 9 décembre, sans aucun document prouvant sa prise en charge par FTDA. Durant ces dix jours il n’a rencontré personne : « pas le temps, reviens », il est loin d’être le seul à recevoir cette réponse, et a passé une grande partie des nuits dehors. Le lendemain de sa prise en charge il s’est fait attaquer près du square Villemin par trois autres afghans qui lui ont pris tout ce qu’il avait, comme un autre trois jours auparavant. La police est intervenue et il a été transféré à la Brigade des mineurs, puis au foyer Jean Coxtet. Deux expériences qui ne lui ont certainement pas donné envie de rester malgré le très bon accueil reçu à Jean Coxtet (à l’exception des horaires trop stricts à son goût). Il est parti le 12 vers la Norvège.

Etant donné les questions, très précises (logement, études, argent de poche, conditions de vie dans les foyers, dans les familles d’accueil…) que de nombreux mineurs nous posent, il semble certain que, mieux accueillis, un plus grand nombre (même si cela ne constitue pas la majorité) de ces jeunes, « en transition et à qui l’on doit offrir la possibilité de décanter leurs projets » selon les mots de la DASES lors de la réunion du 12 décembre, envisagerait de rester.

Et quelle prise en charge pour ceux qui sont enfin « accueillis » ?

Pour ceux qui veulent rester, il faut attendre…. Les délais de prise en charge par l’ASE sont longs, l’un attend depuis un mois. Parfois il faut également attendre plus d’un mois avant de pouvoir aller à l’école suivre des cours de français. Certains se découragent comme celui qui après un mois à Paris nous demandait s’il ne serait pas mieux pour lui d’aller dans une autre ville essayer de se faire prendre en charge. Les questions sur les « meilleures » villes pour les mineurs reviennent d’ailleurs très souvent.

Ceux qui vont à « Enfants du Monde Droits de l’Homme » n’y restent généralement pas longtemps. Ils trouvent la discipline et les horaires trop stricts .Mais le foyer est également à leurs yeux trop loin de la Gare de l’Est et parfois ils trouvent de bonnes excuses (je ne sais pas y aller) pour ne pas y retourner.

L’absence d’entretien dès l’arrivée du jeune et de véritable suivi socio éducatif pose également problème aux jeunes. Ils aimeraient qu’on puisse leur consacrer du temps, notamment pour répondre aux très nombreuses questions sur leur avenir en France : leur régularisation après 18 ans, leur moyens de subsistance, de logement et d’études après la fin de la prise en charge par l’ASE, l’acquisition de la nationalité par déclaration, les empreintes, les possibilités de travailler avant 18 ans, la possibilité de pouvoir aller en Afghanistan… Ceci est d’autant plus important que parmi les exilés des rumeurs circulent, créées à partir de cas individuels, et que ceci se transforme parfois en véritable contre-information. Les réponses apportées lors des maraudes, dans des conditions peu favorables à une discussion, ne sont pas suffisantes. Et il est surprenant d’entendre un jeune à l’hôtel depuis plus d’une semaine nous demander si pour être pris en charge il doit s’adresser à FTDA mineurs ou à la police, ou comment ils doivent faire pour aller à l’école et apprendre le français. Il serait vraiment nécessaire et urgent que plus de moyens humains soient mis en place pour apporter les informations nécessaires à ces jeunes.

Contrairement au statut de réfugié, la minorité varie d’un pays à l’autre

Certains nous ont interrogés sur la valeur des documents sur lesquels est indiqué leur âge, que ce soit à leur arrivée, avec des papiers de la police ou de la justice grecque ou italienne indiquant leur minorité, ou à leur départ avec les cartes de FTDA.

Malheureusement pour eux chaque pays, en l’absence de « taskera » (document prouvant l’identité) fera sa propre évaluation de leur âge et les papiers reçus dans d’autres pays n’ont qu’une valeur très relative.

Le difficile parcours du combattant pour avoir à manger et une place pour la nuit

Le premier décembre l’Armée du Salut a installé la distribution des repas entre l’hôpital Lariboisière et la Gare du Nord. Pour les exilés il faut maintenant se rendre de la Gare de l’Est à Stalingrad pour la distribution de « la chorba pour tous », puis à Gare du Nord, et enfin à Colonel Fabien pour attendre les bus atlas. Une heure de trajet en tout parfois sous la pluie !

Et que dire de l’ambiance glauque au nouveau point de distribution de l’armée du salut : un trottoir étroit et sale, où ils mangent par terre coincés entre des hauts murs et des voitures. La place du Colonel Fabien était grandiose à côté de ce lieu sinistre. Et dans ces conditions indignes et humiliantes, certains, Gare du Nord ou à Stalingrad lors de la distribution de « la chorba pour tous », les traitent de sauvages parce qu’ils ne jettent pas leurs bols et leurs cuillères dans les poubelles, d’ailleurs en nombre insuffisant.

Le Collectif a interpellé l’Armée du Salut, les élus et les conseils de quartier, hélas sans grand résultat. Les exilés resteront loin des yeux des habitants et des plaintes de certains, plaintes ayant été déterminantes dans cette période pré électorale. Deux vœux ont cependant été adoptés en conseil d’arrondissement et au conseil de Paris, mais ils portent surtout sur l’accueil des mineurs et la mise en place d’un lieu d’accueil de jour et d’information.

Cela ne résout pas le manque de places d’hébergement la nuit. Malgré les températures très froides de ce mois de décembre un quatrième bus n’a été mis en place que pendant deux jours. Et souvent plus d’une trentaine de personnes ont dû dormir sous les arcades de la place Follereau ou dans le parc y compris le soir de noël, où de plus ils n’ont pas eu à manger car l’armée du Salut organisait sa fête rue Cantagrel et les bus atlas partaient de là.

Un incident a d’ailleurs eu lieu lors de la montée dans les bus ce soir du 24 décembre : devant la bousculade (montée en force dans le bus par la porte arrière ?) les agents de sécurité ont aspergé de gaz lacrymogène les personnes présentes dans le bus. Quatre se sont retrouvées à l’hôpital suite à cette agression.

Dans le parc, avec des températures ressenties très basses (jusqu’à – 7°C), il n’est pas question de dormir. Certains marchent toute la nuit ou jouent au foot, et essayent de dormir le lendemain au chaud à l’ESI de l’armée du salut boulevard St Martin.

Ces conditions ne sont pas réservées à ceux « en transit ». Des demandeurs d’asile, notamment népalais et bhoutanais vivent dans les mêmes conditions depuis le 19 novembre. Plusieurs népalais envisagent de partir. Un exilé voulait lui se rendre à l’ambassade d’Afghanistan pour leur demander de lui trouver un endroit pour être hébergé, démarche totalement incompatible avec sa demande d’asile.

Difficile parcours aussi pour trouver un pays d’accueil

Pour beaucoup, comme d’habitude, trouver un pays qui les acceptera est un véritable casse-tête. Le Canada ? Comment y aller de France, d’Espagne ou d’Angleterre ? L’Espagne ou le Portugal ? Mais quelles chances a-t-on d’y être accepté lorsque l’on a demandé l’asile en 1999 en Angleterre La Suisse ? Mais peu de chances d’y obtenir l’asile même si ce pays n’applique pas encore la convention de Dublin L’Angleterre ? Mais ce pays expulse nombre d’exilés, y compris vers l’Iran et l’Afghanistan et il faut y arriver, ce qui n’est pas simple (750 euros avec un passeur mais 1000 euros pour avoir de réelles chances de succès) L’Irlande qui les accueillerait mieux que l’Angleterre ? L’Ecosse ? Mais elle applique les mêmes lois que le Royaume Uni Et qu’en est-il des Etats-Unis ? Un afghan, traducteur des forces américaines voulait tenter sa chance auprès de l’Ambassade à Paris. Comme nous ne l’avons pas revu, on peut toujours espérer

Nombreux sont ceux qui ont décidé de partir vers les pays scandinaves, prenant le risque d’être arrêtés dans le train en Allemagne, ce qui a été le cas de la quinzaine partie mi décembre. Pour les mineurs, cela ne s’est pas trop mal passé. Arrêtés et mis dans des foyers ou des familles d’accueil, ils en seraient partis rapidement et seraient arrivés à destination. Pour les majeurs la situation est nettement plus difficile : rétention pour plusieurs mois ou prise d’empreintes et risque important d’être renvoyés des pays scandinaves vers l’Allemagne. Et même si l’on arrive en Suède cet afghan de 25 ans qui a ses des empreintes prises en Grèce, en Italie et en Autriche, peut-il réellement espérer pouvoir demander l’asile là-bas ?

Certains ont parié sur la trêve de noël et du jour de l’an, espérant que les contrôles seraient moins importants. D’autres essaient de trouver des trajets moins contrôlés : trains locaux, cars, ou même en bateau, passage par la Belgique ou les Pays Bas,…

Cet espoir lié aux fêtes de fin d’année, explique les départs importants fin décembre. Cependant une autre explication réside dans la rumeur qui s’est propagée au sujet d’une modification des lois sur l’asile et l’immigration dans les différents pays d’Europe, notamment en France, le 1er janvier prochain.

Cette volonté de partir au plus vite conduit certains à monter des projets dangereux : passage à pied en Angleterre par le tunnel ou sous l’Eurostar, voir même sur l’Eurostar après avoir sauté d’un pont.

Mais beaucoup se posent des questions sur leurs chances d’obtenir l’asile, une fois arrivés dans le pays choisi. Justifier d’un danger personnel dans le pays d’origine ne semble pas évident pour tous, pour les afghans par exemple qui ont passé une grande partie, sinon la totalité, de leur vie en Iran ou au Pakistan sans être retournés en Afghanistan. Les deux afghans arrivés fin décembre, ayant travaillé avec l’ISAF ont eux par contre plus de chances de pouvoir obtenir l’asile.

Sans cas d’asile, certains envisageaient de trouver d’autres solutions : la légion étrangère ? Peu réussissent à y rentrer. La conversion au catholicisme ? Pas évident de démontrer qu’il ne s’agit pas d’une conversion factice.

D’autres se posent des questions sur leur situation une fois le permis de résidence obtenu. Quelles seront les possibilités d’étudier, de voir ses diplômes reconnus, d’avoir une bourse, ou de travailler ? Ces éléments sont également importants pour prendre une décision quant à leur destination. L’Italie, plus souple apparemment sur la délivrance de titre de séjour, n’apparaît pas attractive dans la mesure où y trouver du travail est difficile.

Rester en France ?

Certains envisagent cette possibilité. Cependant s’ils ont des empreintes prises en Grèce ils risquent d’être réadmis dans ce pays. Les référés contre ces réadmissions ont été peu couronnés de succès jusqu’ici.

Et l’administration française fait tout ce qu’elle peut pour les renvoyer. Un afghan, presque 4 mois après avoir reçu sa convocation Dublin attendait toujours son autorisation provisoire de séjour (carte verte). Il l’a enfin reçu, une semaine après une intervention de notre part auprès du 10ème bureau.

Beaucoup d’exilés (et pas seulement afghans, iraniens ou irakiens) se perdent dans les dédales de notre administration : comment comprendre qu’ayant eu une autorisation provisoire de séjour à Paris la préfecture de Sarcelles la retire car elle estime que la personne fait toujours l’objet d’une procédure de réadmission, même si son dossier de demande d’asile a déjà été transmis à l’OFPRA. C’est ce qui est arrivé à l’un des traducteurs des forces françaises en Afghanistan, mais heureusement il a fini par la récupérer. Et comment s’y retrouver lorsque, arrêté à Cherbourg, on se retrouve en centre de rétention à Toulouse après un transfert par avion ?

Ils ne comprennent pas la signification des papiers qu’ils reçoivent : APRF, convocation Dublin, convocations pour les procédures prioritaires, décision de juges des libertés et de la détention… Tous ces documents ne leur sont visiblement pas correctement traduits par les traducteurs quand il y en a. Ils sont assez contents de trouver des gens pour leur expliquer.

Ils ne comprennent pas plus les documents qu’ils ont pu recevoir en Grèce, en Italie, en Angleterre…mais comme me disait l’un d’eux ni en Italie, ni en Grèce il n’a rencontré des gens les aidant à s’y retrouver dans les procédures administratives et à connaître leurs droits.

Cette aide aurait été bien utile à cet afghan, arrivé à l’âge de 16 ans en France en 2000, à qui quelqu’un a dit à l’époque qu’il n’avait aucune chance d’être régularisé !! Il est reparti en Afghanistan et revient maintenant, âgé de 23 ans, demander l’asile.

Les conditions dans lesquelles ils vivent en France profitent à un certain nombre de personnes, comme ce Pakistanais qui ne se contente pas d’effectuer des retraits pour eux à Western Union. Il prend 10% des sommes reçues et n’a jamais été inquiété, contrairement à d’autres, ce qui pourrait laisser penser qu’il a effectivement des liens avec la police comme il le dit aux exilés en leur montrant une carte de visite d’un commissaire de police et qu’il pourrait être un indic. Mais il essaie aussi régulièrement d’en attirer chez lui, y compris des mineurs, et pas en tout bien tout honneur d’après ce que nous disent certains.

compte rendu des maraudes de décembre 2997 | 0 X 0 | 38.7 ko
 
 
   
   
  compte rendu des activités et maraudes mars mai 2013
Activités et maraudes du Collectif de Soutien (...)
compte rendu des activités et maraudes janvier février 2013
Mineurs 3 janvier 2013 Il y avait 37 jeunes (...)
compte rendu des activités et maraudes novembre décembre 2012
Mineurs 4 novembre Ils sont entre 32 et 33 (...)
compte rendu des maraudes : septembre octobre 2012
Mineurs 1er septembre Après le calme (...)
compte rendu des maraudes : juin aout 2012
Juin - Aout 2012 Les mineurs 5 juin (...)
compte rendu des maraudes:mai 2012
Des mineurs toujours maltraités En mai ils (...)
compte rendu des maraudes : mars avril 2012
Compte rendu des activités et des maraudes du (...)
compte rendu des maraudes : janvier février 2012
Les mineurs dans le froid En janvier et en (...)
compte rendu des maraudes novembre décembre 2011
Les mineurs En 2011 nous avons rencontré (...)
compte rendu des maraudes septembre octobre 2011
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes juillet aout 2011
Les mineurs En juillet nous avons rencontrés (...)
compte rendu des maraudes juin 2011
Les mineurs En juin nous avons rencontrés 73 (...)
compte rendu des maraudes mai 2011
Les mineurs En mai 82 nouveaux mineurs (...)
compte rendu des maraudes avril 2011
Les mineurs En avril, 69 nouveaux mineurs (...)
compte rendu des maraudes mars 2011
Les mineurs Depuis janvier 2011 nous avons (...)
compte rendu des maraudes janvier février 2011
Les mineurs Durant les deux premiers mois de (...)
compte rendu des maraudes décembre 2010
Les mineurs Nous avons rencontré 124 (...)
compte rendu des maraudes novembre 2010
Les mineurs Durant ce mois de novembre nous (...)
compte rendu des maraudes octobre 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes septembre 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes août 2010
Mineurs dans l’attente Les vacances (...)
compte rendu des maraudes juillet 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
évacuation du canal : communiqué du Collectif
Exilés afghans : hypocrisie gouvernementale (...)
compte rendu des maraudes juin 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes mai 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes avril 2010
Les mineurs Nous avons vu 46 nouveaux (...)
compte rendu des maraudes mars 2010
Mineurs : toujours nombreux, toujours mal (...)
compte rendu des maraudes février 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes janvier 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
CP/Collectif de soutien des exilés du 10ème – GISTI - MRAP Nouvel hébergement parisien à l’ancien hôpital Saint-Lazare Toujours pas de réponse satisfaisante à la situation des exilés
Communiqué de Presse Collectif de soutien (...)
CP/Conditions de vie inhumaines des exilés dans le 10ème arrondissement à Paris
Conditions de vie inhumaines des exilés dans (...)
compte rendu des maraudes décembre 2009
Paroles de mineurs Voici ce que disaient (...)
compte rendu des maraudes novembre 2009
Après 4 ans, un espoir pour les mineurs ? Le (...)
compte rendu des maraudes octobre 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes septembre 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes du collectif août 2009
L’expulsion indigne des exilés des (...)
lettre ouverte des associations au maire de Paris après les expulsions des exilés des parcs du 10ème (signatures au 12 sept)
LETTRE OUVERTE À MONSIEUR DELANOE Monsieur (...)
Compte rendu des maraudes du Collectif de Soutien des Exilés du 10ème arrondissement de Paris Juillet 2009
Les mineurs toujours plus nombreux 52 (...)
À Paris, les exilés, principalement afghans, chassés du parc Villemin, seul abri qui leur est offert la nuit !
À Paris, les exilés, principalement afghans, (...)
compte rendu des maraudes du collectif juin 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes du collectif mai 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes avril 2009
Comment se débarrasser des mineurs afghans ? (...)
2e Cercle de silence devant l’église Saint-Laurent, Paris X
Dimanche 26 avril 17h - 18h Appel de (...)
compte rendu des maraudes mars 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
L’inhospitalité a tué deux exilés à Paris et à Calais/عدم مهمان نوازی باعث کشته شدن دو پناهنده در پاریس و کاله شد/Inhospitality killed two exiles in Paris and Calais
Communiqué du Collectif de soutien des exilés (...)
Action Amnesty International : 25 et 29 avril 2009 : demander l’asile est un droit, pas un délit
Les groupes parisiens d’Amnesty (...)
Intervention du Collectif au square Villemin (Paris 10ème) le 3 avril 2009 à l’occasion de la semaine du développement durable
Nous n’allons pas vous parler des (...)
compte rendu des maraudes février 2009
Février 2009 Toujours plus de mineurs (...)
compte rendu des maraudes janvier 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
CERCLE DE SILENCE ( دايره سکوت) le samedi 7 février 2009 17h - 18h sur le parvis de st Laurent PARIS 10
Le collectif des exilés du 10e a appellé à un (...)
Compte rendu de la réunion du comité de suivi du Kiosque du 22 janvier 2009
Compte rendu rédigé par le Collectif de (...)
Réunion des associations du 10ème avec la mairie - 13/02/09
COMPTE RENDU REDIGE PAR LES ASSOCIATIONS (...)
compte rendu des maraudes décembre 2008
Des mineurs de plus en plus nombreux En (...)
compte rendu des maraudes novembre 2008
Espoirs déçus pour la vingtaine de mineurs (...)
réunion publique le 28 novembre à Paris sur la situation des afghans
GUERRE EN AFGHANISTAN CHASSE AUX EXILES (...)
compte rendu des maraudes octobre 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes septembre 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes août 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en juillet 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
un après midi avec les exilés ; 5 juillet 2008 square Villemin
5 juillet : une éclaircie La journée débute (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en juin 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu de la réunion à la mairie du 10ème - 11 juin 08
Compte rendu de la réunion entre le Collectif (...)
Rencontre avec les exilés samedi 5 juillet de 13h à 18h
Organisée par le collectif des exilés du Xe (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en mai 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en avril 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en mars 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Avenue de Verdun 04/03/08
Avenue de Verdun Ch R. 04/03/08 Ils sont (...)
1000 jeunes français de plus en Afghanistan, combien de jeunes Afghans en sus dans le 10e arrondissement de Paris ?
1000 jeunes français de plus en Afghanistan, (...)
Maraude auprès des Irakiens présents dans le 10ème arrondissement
Affligeant de discuter avec les Irakiens (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en février 2008
Des mineurs moins nombreux que l’an (...)
Lexique pour les comptes rendus de maraudes
Allées de Verdun : allée située près de la (...)
Reportage : Paris, le quotidien de l’exil
A lire sur : http://www.leblogde21.com/ Au (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en janvier 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en novembre 2007
De plus en plus de mineurs isolés étrangers (...)
Renversement d’image pour afficher l’invisibilité des exiles
De l’autre côté de l’affiche... (...)
Compte-rendu des maraudes d’octobre 2007 du Collectif
Le dispositif parisien d’accueil des (...)
Compte-rendu des maraudes de septembre 2007 du Collectif
Lire ce compte-rendu en pdf : Dur combat (...)
Irakiens, SDF à Paris, coincés entre deux enfers
PARIS, 15 nov 2006 (AFP) - "Je ne sais pas où (...)
Compte-rendu des maraudes de l’été 2007
L’accueil des exilés : version parisienne
Maraude de juin 2007
Exceptionnellement les pièces jointes ne sont (...)
compte rendu des maraudes du collectif mai 2007

Compte-rendu des maraudes d’avril 2007
Lire ce compte-rendu en pdf : L’approche
Compte-rendu des maraudes de mars 2007
Lire ce compte-rendu en pdf : Les mineurs (...)
Compte-rendu de Février 2007
Le mois de février a été marqué par la chasse (...)
Compte-rendu des maraudes de janvier 2007
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte-rendu des maraudes de décembre 2006
Retrouvez les autres compte-rendus de maraude (...)
Compte-rendu des maraudes de novembre 2006
Retrouvez les autres compte-rendus de maraude (...)
Compte rendu des maraudes d’octobre 2006
Alors que le froid a fait son arrivée, tout (...)
Maraudes de septembre 2006
Les familles sont parties Sur les 7 familles (...)
Maraudes de juillet et d’août 2006
Appliquer chaque fois que c’est (...)
Compte rendu des maraudes de juin 2006
Retrouvez les autres comptes-rendus de (...)
Compte-rendu des maraudes de mai 2006
Retour Avenue de Verdun et sur les quais du (...)
Compte-rendu des maraudes d’ avril 2006
« Cela me ramène des années en arrière quand (...)
Les rafles discriminatoires d’étrangers seraient-elles légales ?
Dimanche 7 mai 2006, huit avocat-e-s de (...)
Maraudes de mars 2006
Cette année, sans doute sous la pression des (...)
Compte-rendu des maraudes de février 2006
Durant ce mois de février il y avait seulement
Maraudes de décembre 2005 et janvier (Gare de l’Est, Paris X)
« Si on ouvrait 1000 places demain, il y (...)

 
 

Entrez votre recherche dans le formulaire ci-dessus puis validez.
 
  Plan du site / Web map  
  Espace privé  
   
Accueil - Fil d'info - Site réalisé avec SPIP