accueil
  Qui sommes nous ? | Sur l'asile | Maraudes | Exilés mineurs | Presse pays d'exil | Nous contacter | Photos | Archives
  Liens | A Calais | Les exilés sur les routes d'Europe | Adresses utiles à Paris

Accueil du site > Maraudes > Compte rendu des maraudes du collectif en avril 2008

Compte rendu des maraudes du collectif en avril 2008

mardi 13 mai 2008, par exilés 10


Compte rendu des maraudes du Collectif de soutien des exilés du 10ème arrondissement de Paris

avril 2008

Encore plus de mineurs que l’an dernier, et une prise en charge toujours défaillante

En janvier et février, ils avaient été moins nombreux à arriver à Paris. Mais depuis mars, après la fin des problèmes rencontrés à Patras en début d’année, leur nombre augmente. Depuis janvier 2008, 201 mineurs sont passés par Paris contre 198 sur la même période de2007.

Depuis 2005, le Collectif n’a cessé d’alerter les autorités sur la nature pérenne de ce problème mais les acteurs du dispositif de primo accueil des mineurs isolés étrangers refusent toujours de mettre en place les moyens financiers et humains nécessaires à l’accueil et au suivi socio éducatif de ces jeunes.

Chaque soir, ils sont encore une petite dizaine à rester dehors.Il est difficile de comprendre pourquoi il n’est pas possible de trouver les moyens d’adapter le dispositif existant pour permettre la protection de l’ensemble des mineurs isolés présents dans le 10e. France Terre d’Asile limite le nombre de places disponibles dans les hôtels à 40 au maximum et Enfants du Monde Droits de l’Homme n’a pas les moyens d’en accueillir plus de 5 ou 6. Il est, par ailleurs, difficile de faire prendre en charge un jeune lorsqu’il n’y a pas de maraude de FTDA. Leurs collaborateurs n’ont pas de numéro de téléphone portable de travail où il serait possible de contacter une personne ayant l’autorité pour mettre un jeune à l’abri. Une maraude de la Croix rouge était bien embêtée face à un jeune de 15 ans le long du canal St Martin, n’ayant aucun contact autre que la brigade des mineurs. Si EMDH est facilement joignable, et assez souple dans l’accueil des jeunes le soir, il faut cependant les emmener au Kremlin Bicêtre, ce qui n’est pas toujours possible. Heureusement des Afghans sont parfois prêts à les accompagner comme cela été le cas pour deux jeunes de 13 et 14 ans le 20 avril.

Comme il faut faire un choix, le tri au faciès continue. Effet pervers : une question fréquente des jeunes est maintenant de savoir si leur tête fait assez jeune pour espérer être pris en charge. Le passage de Dominique Versini le 2 mai dernier n’a malheureusement rien changé, même si elle a réaffirmé son attachement à la présomption de minorité. Mais ce soir là, FTDA a pris deux mineurs supplémentaires et a affirmé pouvoir être en mesure de débloquer des places supplémentaires en cas de besoin. Hélas, ce bel effort n’aura duré que l’espace de la visite de la défenseure des enfants.

Les jeunes se plaignent souvent qu’ils n’ont pas vraiment la possibilité de discuter avec les intervenants, même lorsqu’ils sont pris en charge. D’après eux les entretiens sont trop courts et ont lieu souvent assez tardivement. Le manque de personnel et donc de temps fait aussi qu’ils n’arrivent pas à avoir les réponses aux nombreuses questions qu’ils se posent sur leur devenir en France ou dans d’autres pays.

Et ils continuent à partir vers d’autres horizons qu’ils pensent être plus accueillants. L’Angleterre pour un jeune qui a des amis qui peuvent l’aider mais sans garantie de permis de séjour après 18 ans ou la Norvège où il aura statistiquement plus de chances d’obtenir l’asile ? Après 11 mois de voyage dont 5 mois à faire des aller-retour entre la Turquie et la Grèce, il a envie de mettre un terme à son errance. L’Angleterre, sans doute, pour ce jeune qui a déjà fait une première tentative et qui est revenu de Calais après trois mois sans pouvoir réussir à passer. Pour celui là, la France est peu accueillante : Le 20 avril, il a été arrêté, confondu avec un autre Afghan fugueur du CAOMIDA qui avait presque le même nom. Son passage au commissariat, même court, lui a laissé un souvenir amer, lui qui pensait être protégé de la police par sa prise en charge dans le dispositif de primo accueil. Cinq jours après, il est reparti à Calais.

La question de la reconnaissance de la taskera (document d’identité afghan) reste posée

Il semble que le Parquet des mineurs refuse de plus en plus les taskera présentées sans pour autant apporter la preuve de leur falsification éventuelle. Les jeunes sont alors envoyés à l’expertise d’âge osseux , ce qui se révèle la plupart du temps catastrophique. La magistrate, conseillère de la défenseure de enfants, avec qui nous parlions place du colonel Fabien, semble prête à constituer un dossier sur ce problème.

Ceci dit, la contestation de la taskera commence déjà au niveau des intervenants du dispositif de primo accueil. Un jeune présentant un document où était indiqué un âge de 16 ans et 4 mois n’a ainsi pas été accepté. Même celui qui s’est présenté avec un Procès verbal de la police après son interpellation gare de Lyon, document indiquant qu’un juge pour enfants le renvoyait vers FTDA mineur après expertise osseuse, a dû attendre plus d’une semaine avant d’être pris en charge.

Cette attitude des intervenants, l’incertitude de leur prise en charge ultérieure et aussi le peu de contestation des résultats de l’expertise d’âge osseux font que certains jeunes décident alors de partir en province où les conditions d’accueil sont parfois meilleures et où ils ont plus de chances d’être acceptés comme mineurs. Et souvent, ils repartent vers d’autres pays où leur visage aura moins d’importance que le résultat des entretiens avec des travailleurs sociaux. Il est cependant difficile de leur assurer qu’ils auront réellement un avenir ailleurs, et qu’ils auront un permis de séjour après 18 ans. Eternelle quête du pays où ils pourront construire leur vie.

Les difficultés de prendre en charge des jeunes psychologiquement perturbés

Un jeune de 17 ans, qui aurait été victime d’un accident de camion en Grèce, a refusé toute prise en charge, malgré l’insistance des autres Afghans. Logé à l’hôtel, il en est reparti le lendemain matin. Il est resté dormir dans le parc Villemin pendant plus de trois semaines, avant de repartir vers l’Angleterre ou ailleurs. Les cas de ce genre sont rares mais le dispositif de primo accueil n’a pas la possibilité de les prendre en compte. L’antenne de Médecins Sans Frontière, localisée à proximité, passage Dubail, où travaille une psychologue farsiphone, pourrait être mise à contribution ponctuellement lorsque se présentent de tels cas.

Un fait nouveau, l’arrivée de femmes seules et d’enfants

Fin avril, deux familles composées de femmes et d’enfants sont arrivées à Paris. La première, est arrivée le 14 avril avec la grand-mère, la mère et un enfant de un an et demi, après son expulsion d’Iran où elle était réfugiée. L’autre avec la mère, la fille de 11 ans et deux garçons de 8 ans, est arrivée le 22 avril. Ceci est un phénomène nouveau et préoccupant.

La prise en charge par la CAFDA (Coordination de l’accueil des familles demandeuses d’asile) n’est pas toujours simple. L’entretien initial est jugé trop inquisiteur, surtout après un voyage difficile quand la famille voudrait pouvoir juste se poser et prendre le temps de récupérer et de réfléchir à son avenir. Et lorsqu’on ne parle ni français ni anglais, comment se rendre dans un hôtel d’Argenteuil sans ticket et avec un papier indiquant juste l’adresse et la station de RER, assez éloignée de l’hôtel d’ailleurs ? Comment vivre ensuite lorsqu’il n’y pas de boutiques autour pour acheter les produits de première nécessité et que l’on n’a pas d’argent ?

Et pour les autres toujours la précarité

Le dispositif des bus Atlas continue à en laisser régulièrement dormir dehors, malgré les lits vides que les exilés voient au centre d’hébergement de la Boulangerie. Lorsqu’il fait froid chacun souhaite monter rapidement dans le bus et ceci conduit à quelques bousculades. Rien de grave cependant, mais le 5 avril la sécurité de la RATP, particulièrement énervée et sans raison a encore une fois sévi, faisant partir le deuxième bus avec seulement 27 personnes au lieu de 60. Ce soir là une quarantaine d’exilés ont dû coucher dehors. Le lendemain, sous la pluie et la neige mêlées, il y avait plus de bousculades et d’énervement, mais l’équipe de sécurité ayant changé tout s’est bien passé.

Et l’errance

Si l’augmentation du taux de reconnaissance de l’asile en 2007 encourage certains à rester, les conditions d’accueil en remettent d’autres sur les routes de l’exil. Certains partent vers Calais où les conditions de vie sont encore plus catastrophiques et brutales du fait de la police ou des fréquentes bagarres entre exilés. Il devient difficile de passer en Angleterre, ce qui se traduit aussi par une augmentation du coût du passage. Nombre d’entre eux sont revenus en avril après deux mois, trois mois, fatigués et sans argent, attendant de tenter leur chance vers d’autres pays et en particulier les pays scandinaves qui en attirent de plus en plus depuis la suspension des réadmissions vers la Grèce décidée par la Norvège et la Finlande. La question se pose cependant de savoir si ces pays n’auront pas la tentation de renvoyer les exilés vers un autres pays où ils auraient leurs empreintes, même si cela constitue un détournement du règlement Dublin. Ceci dit, la grande difficulté pour eux sera de traverser l’Allemagne sans contrôle. Certains, pour les éviter, se demandaient s’il était possible de rejoindre la Scandinavie par bateau au départ de ports français, belges ou hollandais.

La France, elle, a décidé de poursuivre l’application du règlement Dublin et donc les expulsions vers la Grèce de ceux qui y ont leurs empreintes. Les exilés ont toujours du mal à comprendre pourquoi on les renvoie en Grèce alors qu’ils ont une invitation à quitter le territoire grec et sans considérer leur histoire auparavant. La question des empreintes reste une préoccupation majeure : les empreintes prises à Athènes seront-elles dans Eurodac ? Et celles prises après une bagarre dans la ville de Patras ?

Arriver à passer en Angleterre n’est cependant pas une garantie d’y rester. Et régulièrement, on en voit revenir après un retour en Afghanistan, en Italie ou en Grèce. Un afghan ayant ses empreintes en Autriche pensait pouvoir éviter la réadmission en avançant qu’il parlait anglais couramment mais ne parlait pas un seul mot d’autrichien.

Une rumeur court sur l’installation d’un centre de rétention anglais à Calais. Ils pensent que cela serait destiné à régulariser tous les exilés présents actuellement avant de fermer les frontières définitivement.

L’Irlande, d’après une rumeur, malheureusement peu fondée, leur semble plus accueillante. Mais ils sont déçus d’apprendre qu’elle a signé la convention de Dublin.

Avoir un titre de séjour ne résout d’ailleurs pas tous les problèmes et certains reviennent d’Italie avec des titres de séjour d’un an ou des cartes de réfugiés car ils ne trouvent pas de travail et de logement. Malheureusement, s’ils peuvent circuler en Europe, ils n’ont pas la possibilité de s’y installer… Deux Afghans statutaires en Italie pensaient pouvoir aller en Irlande mais y ont renoncé ayant appris que l’Irlande n’était pas dans l’espace Schengen et qu’il leur fallait donc un visa. Ils ont préféré tenter leur chance ailleurs sans faire état de leur statut en Italie, ce qui sera sans doute impossible.

D’autres rêvent toujours du Canada, via l’Islande ou l’Irlande, comme cet Afghan qui a participé à des tournages pour la télévision et qui espère aller au Canada, avoir la nationalité et pouvoir retourner en Afghanistan pour filmer le parcours des exilés jusqu’en Europe.

Le choix du pays où ils pourront construire leur avenir n’est pas simple. D’autant plus que des rumeurs contradictoires circulent. Un jour un blog afghan annonce, parait-il, l’expulsion de Norvège de 1000 réfugiés afghans. Le lendemain une autre rumeur court comme quoi la Norvège n’expulserait plus vers l’Afghanistan ! Comment s’y retrouver au milieu de toutes ces informations colportées par les uns et les autres ? Et comment faire comprendre à cet Iranien que ce que lui a dit un « ami bien informé » sur la possibilité de présenter une demande d’asile dans un autre pays, 15 mois après avoir été débouté ailleurs, n’est pas fondé ?

Mais rester en France n’est pas simple

Le premier problème reste celui des empreintes et des réadmissions vers la Grèce.

Certains, après trois mois ou plus d’attente de l’accord de la Grèce, arrivent à obtenir la fameuse « carte verte », l’autorisation provisoire de séjour permettant le dépôt de la demande d’asile à l’OFPRA. D’autres se demandent ce qui va leur arriver, comme celui dont la mesure de réadmission a été suspendue, ou celui qui a été libéré par décision du Tribunal Administratif sans remise en cause de la réadmission.

Et que va-t-il se passer pour cette femme et son enfant, ayant déposé une demande d’asile avec son mari dont elle s’est séparée depuis. La Grèce a accepté leur retour et le tampon indiquant le début de la procédure de réadmission a été mis sur la convocation Dublin. L’ex-mari, mis en rétention, avait ensuite refusé d’embarquer et avait été libéré. Pour elle et son garçon de 5 ans, la CAFDA avait envoyé un fax à la préfecture pour demander un report du rendez-vous. Depuis aucune nouvelle, aucune convocation. Huit mois après peut-elle espérer avoir la « carte verte » ?

Une fois la possibilité de déposer sa demande d’asile en France obtenue, reste à écrire son histoire. Et quelle histoire d’asile peut avoir des chances d’être acceptée en France ? Un exilé voulait savoir, avant d’écrire son histoire, quelles seraient les questions que lui poserait l’officier de protection de l’OFPRA.

Ceux qui sont venus pour des raisons économiques ou pour étudier sont déçus d’apprendre que cela ne sera certainement pas suffisant. Comme ne sera certainement pas suffisante l’histoire de celui qui est accusé, à tort dit-il, d’un détournement de fonds, même s’il dit que ceux qui ont réellement volé la Banque sont des proches du gouvernement actuel. Qu’en sera-t-il pour cet Afghan dont le bras est déformé suite à une blessure lors de combats avec des taliban. Il pensait que sa seule blessure suffirait à lui faire obtenir le statut ou au moins un titre de séjour pour raisons médicales, ce qui est loin d’être sûr. L’histoire de cet autre blessé par les taliban en Uruzgan et ayant de nombreuses cicatrices, dont les parents ont été tués dans les combats alors qu’il avait 15 ans aura peut-être de bonnes chances d’obtenir son statut. Il pourra en tout cas déposer sa demande ici car, malgré un long trajet via la Russie et la Pologne, ses empreintes n’ont pas été prises.

Et une fois le statut obtenu, faut-il encore trouver du travail, un logement… Un technicien de laboratoire iranien n’arrivant pas à trouver du travail en France compte tenter sa chance au Canada où il a de la famille.

Cr maraude avril 2008 | 0 X 0 | 40.2 ko
 
 
   
   
  compte rendu des activités et maraudes mars mai 2013
Activités et maraudes du Collectif de Soutien (...)
compte rendu des activités et maraudes janvier février 2013
Mineurs 3 janvier 2013 Il y avait 37 jeunes (...)
compte rendu des activités et maraudes novembre décembre 2012
Mineurs 4 novembre Ils sont entre 32 et 33 (...)
compte rendu des maraudes : septembre octobre 2012
Mineurs 1er septembre Après le calme (...)
compte rendu des maraudes : juin aout 2012
Juin - Aout 2012 Les mineurs 5 juin (...)
compte rendu des maraudes:mai 2012
Des mineurs toujours maltraités En mai ils (...)
compte rendu des maraudes : mars avril 2012
Compte rendu des activités et des maraudes du (...)
compte rendu des maraudes : janvier février 2012
Les mineurs dans le froid En janvier et en (...)
compte rendu des maraudes novembre décembre 2011
Les mineurs En 2011 nous avons rencontré (...)
compte rendu des maraudes septembre octobre 2011
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes juillet aout 2011
Les mineurs En juillet nous avons rencontrés (...)
compte rendu des maraudes juin 2011
Les mineurs En juin nous avons rencontrés 73 (...)
compte rendu des maraudes mai 2011
Les mineurs En mai 82 nouveaux mineurs (...)
compte rendu des maraudes avril 2011
Les mineurs En avril, 69 nouveaux mineurs (...)
compte rendu des maraudes mars 2011
Les mineurs Depuis janvier 2011 nous avons (...)
compte rendu des maraudes janvier février 2011
Les mineurs Durant les deux premiers mois de (...)
compte rendu des maraudes décembre 2010
Les mineurs Nous avons rencontré 124 (...)
compte rendu des maraudes novembre 2010
Les mineurs Durant ce mois de novembre nous (...)
compte rendu des maraudes octobre 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes septembre 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes août 2010
Mineurs dans l’attente Les vacances (...)
compte rendu des maraudes juillet 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
évacuation du canal : communiqué du Collectif
Exilés afghans : hypocrisie gouvernementale (...)
compte rendu des maraudes juin 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes mai 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes avril 2010
Les mineurs Nous avons vu 46 nouveaux (...)
compte rendu des maraudes mars 2010
Mineurs : toujours nombreux, toujours mal (...)
compte rendu des maraudes février 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes janvier 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
CP/Collectif de soutien des exilés du 10ème – GISTI - MRAP Nouvel hébergement parisien à l’ancien hôpital Saint-Lazare Toujours pas de réponse satisfaisante à la situation des exilés
Communiqué de Presse Collectif de soutien (...)
CP/Conditions de vie inhumaines des exilés dans le 10ème arrondissement à Paris
Conditions de vie inhumaines des exilés dans (...)
compte rendu des maraudes décembre 2009
Paroles de mineurs Voici ce que disaient (...)
compte rendu des maraudes novembre 2009
Après 4 ans, un espoir pour les mineurs ? Le (...)
compte rendu des maraudes octobre 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes septembre 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes du collectif août 2009
L’expulsion indigne des exilés des (...)
lettre ouverte des associations au maire de Paris après les expulsions des exilés des parcs du 10ème (signatures au 12 sept)
LETTRE OUVERTE À MONSIEUR DELANOE Monsieur (...)
Compte rendu des maraudes du Collectif de Soutien des Exilés du 10ème arrondissement de Paris Juillet 2009
Les mineurs toujours plus nombreux 52 (...)
À Paris, les exilés, principalement afghans, chassés du parc Villemin, seul abri qui leur est offert la nuit !
À Paris, les exilés, principalement afghans, (...)
compte rendu des maraudes du collectif juin 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes du collectif mai 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes avril 2009
Comment se débarrasser des mineurs afghans ? (...)
2e Cercle de silence devant l’église Saint-Laurent, Paris X
Dimanche 26 avril 17h - 18h Appel de (...)
compte rendu des maraudes mars 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
L’inhospitalité a tué deux exilés à Paris et à Calais/عدم مهمان نوازی باعث کشته شدن دو پناهنده در پاریس و کاله شد/Inhospitality killed two exiles in Paris and Calais
Communiqué du Collectif de soutien des exilés (...)
Action Amnesty International : 25 et 29 avril 2009 : demander l’asile est un droit, pas un délit
Les groupes parisiens d’Amnesty (...)
Intervention du Collectif au square Villemin (Paris 10ème) le 3 avril 2009 à l’occasion de la semaine du développement durable
Nous n’allons pas vous parler des (...)
compte rendu des maraudes février 2009
Février 2009 Toujours plus de mineurs (...)
compte rendu des maraudes janvier 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
CERCLE DE SILENCE ( دايره سکوت) le samedi 7 février 2009 17h - 18h sur le parvis de st Laurent PARIS 10
Le collectif des exilés du 10e a appellé à un (...)
Compte rendu de la réunion du comité de suivi du Kiosque du 22 janvier 2009
Compte rendu rédigé par le Collectif de (...)
Réunion des associations du 10ème avec la mairie - 13/02/09
COMPTE RENDU REDIGE PAR LES ASSOCIATIONS (...)
compte rendu des maraudes décembre 2008
Des mineurs de plus en plus nombreux En (...)
compte rendu des maraudes novembre 2008
Espoirs déçus pour la vingtaine de mineurs (...)
réunion publique le 28 novembre à Paris sur la situation des afghans
GUERRE EN AFGHANISTAN CHASSE AUX EXILES (...)
compte rendu des maraudes octobre 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes septembre 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes août 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en juillet 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
un après midi avec les exilés ; 5 juillet 2008 square Villemin
5 juillet : une éclaircie La journée débute (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en juin 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu de la réunion à la mairie du 10ème - 11 juin 08
Compte rendu de la réunion entre le Collectif (...)
Rencontre avec les exilés samedi 5 juillet de 13h à 18h
Organisée par le collectif des exilés du Xe (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en mai 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en mars 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Avenue de Verdun 04/03/08
Avenue de Verdun Ch R. 04/03/08 Ils sont (...)
1000 jeunes français de plus en Afghanistan, combien de jeunes Afghans en sus dans le 10e arrondissement de Paris ?
1000 jeunes français de plus en Afghanistan, (...)
Maraude auprès des Irakiens présents dans le 10ème arrondissement
Affligeant de discuter avec les Irakiens (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en février 2008
Des mineurs moins nombreux que l’an (...)
Lexique pour les comptes rendus de maraudes
Allées de Verdun : allée située près de la (...)
Reportage : Paris, le quotidien de l’exil
A lire sur : http://www.leblogde21.com/ Au (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en janvier 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en décembre 2007
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en novembre 2007
De plus en plus de mineurs isolés étrangers (...)
Renversement d’image pour afficher l’invisibilité des exiles
De l’autre côté de l’affiche... (...)
Compte-rendu des maraudes d’octobre 2007 du Collectif
Le dispositif parisien d’accueil des (...)
Compte-rendu des maraudes de septembre 2007 du Collectif
Lire ce compte-rendu en pdf : Dur combat (...)
Irakiens, SDF à Paris, coincés entre deux enfers
PARIS, 15 nov 2006 (AFP) - "Je ne sais pas où (...)
Compte-rendu des maraudes de l’été 2007
L’accueil des exilés : version parisienne
Maraude de juin 2007
Exceptionnellement les pièces jointes ne sont (...)
compte rendu des maraudes du collectif mai 2007

Compte-rendu des maraudes d’avril 2007
Lire ce compte-rendu en pdf : L’approche
Compte-rendu des maraudes de mars 2007
Lire ce compte-rendu en pdf : Les mineurs (...)
Compte-rendu de Février 2007
Le mois de février a été marqué par la chasse (...)
Compte-rendu des maraudes de janvier 2007
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte-rendu des maraudes de décembre 2006
Retrouvez les autres compte-rendus de maraude (...)
Compte-rendu des maraudes de novembre 2006
Retrouvez les autres compte-rendus de maraude (...)
Compte rendu des maraudes d’octobre 2006
Alors que le froid a fait son arrivée, tout (...)
Maraudes de septembre 2006
Les familles sont parties Sur les 7 familles (...)
Maraudes de juillet et d’août 2006
Appliquer chaque fois que c’est (...)
Compte rendu des maraudes de juin 2006
Retrouvez les autres comptes-rendus de (...)
Compte-rendu des maraudes de mai 2006
Retour Avenue de Verdun et sur les quais du (...)
Compte-rendu des maraudes d’ avril 2006
« Cela me ramène des années en arrière quand (...)
Les rafles discriminatoires d’étrangers seraient-elles légales ?
Dimanche 7 mai 2006, huit avocat-e-s de (...)
Maraudes de mars 2006
Cette année, sans doute sous la pression des (...)
Compte-rendu des maraudes de février 2006
Durant ce mois de février il y avait seulement
Maraudes de décembre 2005 et janvier (Gare de l’Est, Paris X)
« Si on ouvrait 1000 places demain, il y (...)

 
 

Entrez votre recherche dans le formulaire ci-dessus puis validez.
 
  Plan du site / Web map  
  Espace privé  
   
Accueil - Fil d'info - Site réalisé avec SPIP