accueil
  Qui sommes nous ? | Sur l'asile | Maraudes | Exilés mineurs | Presse pays d'exil | Nous contacter | Photos | Archives
  Liens | A Calais | Les exilés sur les routes d'Europe | Adresses utiles à Paris

Accueil du site > Maraudes > compte rendu des maraudes octobre 2008

compte rendu des maraudes octobre 2008

jeudi 13 novembre 2008, par exilés 10


Compte rendu des maraudes du Collectif de Soutien des Exilés du 10ème arrondissement de Paris

Octobre 2008

15 mineurs dehors et 200 vont arriver dans les prochains mois… silence assourdissant des acteurs du dispositif de primo accueil

Durant ce mois d’octobre, nous avons vu 68 mineurs nouvellement arrivés. L’an dernier ils n’étaient que 39. Il est probable que dans les trois mois à venir ils seront près de 200 à venir à Paris. Si le dispositif de primo accueil n’évolue pas, nous nous retrouverons dans la situation de l’hiver 2005-2006 où plus de 60 mineurs étaient laissés à la rue.

Le 19 octobre nous avons une nouvelle fois saisi la défenseure des enfants, la DASS et la Mairie de Paris en envoyant une liste de 19 noms de mineurs âgés de 13 à 16 ans présents à la distribution des Restos du Cœur : Au total ce soir là 26 mineurs étaient dehors.

Fin Octobre nous n’avons reçu aucune réponse, aucune réaction de la part des autorités concernées ! Une demande de rencontre urgente a été adressée aux mêmes responsables le 30 octobre

De nombreux jeunes laissés dehors repartent vers d’autres pays. Et cela est compréhensible. Comment ces deux jeunes arrivés depuis plus d’une semaine après un voyage de plus de 4 mois et ayant passé leur nuit du 2 octobre à marcher dans les rues du 10ème pour se réchauffer pourraient imaginer leur avenir en France. L’un avait réussi à être accepté dans les bus Atlas mais avait été renvoyé du centre d’hébergement de « La Boulangerie » et avait dû revenir à pied en pleine nuit et sous la pluie au jardin Villemin.

Compréhensible également la colère de certains qui fin octobre demandaient à quoi servait FTDA mineur qui ne venait en maraude que pour leur dire qu’il n’y avait pas de place et qu’ils devraient rester dehors, qui les recevait rapidement au bureau pour leur dire de revenir le lendemain, et encore le lendemain.. Certains ne jugent même plus utile d’aller voir FTDA mineur et ont pris leur parti de dormir dans le parc. Ils ne comprennent pas non plus pourquoi les maraudeurs de FTDA mineur passent souvent plus de temps à discuter avec les majeurs, les jeunes logés dans les hôtels, voire même à discuter entre eux qu’à s’occuper des problèmes de ceux qui sont dehors dans le froid.

Et entendre dire par FTDA mineur qu’il faut envoyer ces jeunes directement à la Cellule d’Accueil des Mineurs Isoles étrangers (CAMIE/ASE), lorsque l’on sait qu’ils ne sont pas reçus comme ces 3 qui y sont allés début octobre, est inacceptable.

Et même certains pris en charge dans le cadre du dispositif parisien, toujours en attente d’un placement parfois après 4 mois, commencent à envisager d’aller ailleurs, comme ces deux de 14 ans qui craquaient début octobre.

Pour ceux qui n’auront guère d’autre choix que de demander l’asile car âgés de 16 ou 17 ans, attendre si longtemps mets en danger leur avenir. Ils risquent d’arriver au seuil fatidique des 18 ans, et considérés comme majeurs d’être renvoyés vers la Grèce ou l’Italie où leurs empreintes ont été prises. Mais la nécessité de traiter leur dossier d’urgence ne semble guère être prise en compte et nombreux sont ceux qui disent qu’on ne s’occupe pas d’eux.

La DASS refuse de mettre à disposition les moyens nécessaires, faisant même pression pour que le nombre de mineurs hébergés soit réduit à 50 dans les hôtels de FTDA ; à l’ASE le traitement des dossiers traîne en longueur et certains agents parfois n’honorent même pas les rendez vous fixés avec les jeunes. Le dispositif de « protection » fabrique des mineurs en transit, ce qui semble parfois bien arranger les différents acteurs.

Et pourtant nombre de ces jeunes, plus nombreux que les autorités veulent le faire croire, resteraient bien en France. Après un voyage de plusieurs mois où ils ont été battus, mis dans des camps, voire en prison comme ce jeune de 15 ans qui y a passé 20 jours en Iran, où ils se sont mis en danger accrochés des heures sous des camions, un voyage durant lequel ils ont vu certains de leur compagnons de route disparaître, certains voudraient enfin se poser, construire leur avenir ici. Certains n’ont échappé que de justesse aux expulsions d’Iran où ils vivaient dans des conditions difficiles, sans accès à l’école ou au travail et sont venus chercher en Europe un endroit où vivre normalement, comme les jeunes de leur âge.

Pas facile non plus pour les familles

La CAFDA prend en charge les familles sans trop se préoccuper de leurs difficultés, notamment devoir se débrouiller en région parisienne sans connaître le français. Une famille logée à Montigny devait revenir tous les soirs à Paris pour manger à la distribution de la « Chorba pour tous » et de l’Armée du Salut. Interrogée par un accueil de jour du 10ème la CAFDA proposait les colis alimentaires sans tenir compte qu’il n’était pas possible de cuisiner à l’hôtel ou des tickets pour le Centre Israélite de Montmartre. Et par la suite la CAFDA a décidé de leur attribuer un autre hébergement encore plus loin de Paris. La mère de famille, enceinte, a dû faire de nombreux trajets, en sautant les tourniquets du métro car elle n’avait pas de ticket. Pour la famille c’est cela qui lui a fait perdre son enfant.

La prise en charge lors de l’arrivée n’est pas simple non plus. Le 22 Octobre une habitante du quartier envoyait cette lettre sur les listes :

Madame, Monsieur,

Hier soir en rentrant chez moi vers minuit et demie, j’ai assisté à l’expulsion par la police d’une famille afghane qui s’était réfugiée sous les arches de la place Raoul Follereau, 10ème arrondissement : cette famille comprenait cinq enfants (7 ans, 5 ans, 4 ans, 3 ans et 7 mois). Les policiers m’ont expliqué qu’ils intervenaient sur demande des habitants de l’immeuble, qui trouvaient gênante la présence de ces personnes devant l’entrée de leur domicile. Cette famille a été amenée au commissariat Louis Blanc d’où les policiers ont cherché à contacter le Samu Social pour une prise en charge. Il semblerait que cette démarche ait abouti vers deux heures et demie du matin, après de nombreux essais infructueux de la part des policiers de joindre le Samu Social. Je tiens donc à attirer votre attention ici sur le fait que, dans le 10ème arrondissement, de très jeunes enfants dorment actuellement dans la rue, avec comme alternative possible le commissariat du quartier, quand les policiers interviennent. Habitante du 10ème, je suis au courant de la situation très précaire de grands nombres de jeunes afghans et plus récemment de mineurs isolés. Je dois pourtant dire que hier soir, voir d’aussi jeunes enfants dormir dehors a été pour moi un grand choc. Il me semblait alors important de vous alerter sur cette situation indigne d’un pays riche et bafouant les droits des enfants les plus élémentaires. Je sais que la prise en charge des "afghans du 10ème" est un lourd problème qui relève entre autres de relations complexes entre état et mairie. Je suis aussi fermement persuadée que quand de très jeunes enfants dorment dehors, des solutions rapides doivent être trouvées, au delà de tout clivage, politique ou social.

Les adultes célibataires eux doivent de toute façon en majorité rester dehors

Ils sont toujours plus d’une soixantaine à devoir dormir dans les rues du 10ème, sous les arcades de la place Follereau ou dans le jardin Villemin. Les Bus Atlas et ceux de la BAPSA n’en prennent guère plus d’une soixantaine.

Ceci conduit à des tensions comme ce deux octobre où tous étaient pressés de monter dans le bus Atlas qui les emmène à La Boulangerie. A l’appel d’un nom plusieurs levaient la main et le personnel du bus a décidé de faire partir le deuxième bus avec seulement 20 personnes et la RATP de supprimer le troisième bus bien qu’il n’y ait eu aucun incident. Résultat 90 personnes de plus dehors cette nuit là.

Tensions aussi lors de la distribution des repas où le comportement de certains agents de la sécurité de l’Armée du Salut est inacceptable : énervement, comportement violent et agressif. Deux fois, le 13 octobre et le 22 il a fallu intervenir pour les calmer. L’équipe a changé après le deuxième incident, peut-être suite à notre saisine des responsables de l’Armée du Salut.

Et grâce à la police ils seront de plus en plus nombreux à ne pas être hébergés

La police a continué ses opérations avenue de Verdun et dans le jardin Villemin : intervention hebdomadaire avec interpellations d’une dizaine de personnes qui ressortiront le lendemain avec des APRF. Pour ceux qui souhaiteraient demander l’asile, placés en procédure prioritaire, ils devront alors rester dehors, sans possibilité de logement ou d’allocations pendant toute la durée de la procédure.

La police avec régularité est venue le 1er, 8, le 15, le 23 et le 29 octobre. Les exilés parlent de police en civil et d’ailleurs certains ressortent avec des fiches de vérifications de la 12ème section (RG).

Et ceux qui sont en procédure de réadmission resteront aussi dehors

Eternel problème du règlement Dublin qui reste la principale préoccupation des exilés. Une lueur d’espoir arrive parfois, vite déçue à la vue des « cartes blanches » (convocation Dublin) reçues par d’autres, liée à de fausses rumeurs sur un arrêt des réadmissions par la France, la Norvège ou l’Angleterre.

Alors la partie de ping pong continue.

Peu d’espoir qu’elle s’arrête pour celui dont les empreintes en Angleterre ont été retrouvées en Italie et qui veut maintenant demander l’asile en France, ni pour celui réadmis en Grèce il y a quelques mois et qui est de retour. Et qu’en sera-t-il pour cet iranien qui a demandé l’asile en Suisse et qui, débouté, veut maintenant partir en Norvège ? Cet afghan arrêté dans le jardin Villemin, avec un APRF, pourra lui demander l’asile malgré ses empreintes prises en Allemagne et en Belgique où il était parti après son arrestation. Mais, en procédure prioritaire, il devra rester dehors.

Rester caché quelque part en attendant deux ans que les empreintes prises à la frontière disparaissent d’Eurodac n’est pas facile à envisager.

Parfois Dublin est un problème, même pour ceux qui n’ont pas d’empreintes. Deux afghans qui disent n’avoir pas été contrôlés ni en Grèce ni en Italie, sont pourtant en procédure de réadmission. Le 10ème bureau parle d’éléments prouvant leur passage en Italie mais lesquels ? Heureusement parfois les avocats réussissent à faire libérer ceux qui sont envoyés en Centre de Rétention Administrative. Libération par le Juge de la Liberté et de la Détention pour des erreurs de procédure (souvent un temps trop long entre l’interpellation au Centre de Réception des Etrangers te la notification des droits en garde à vue) et parfois par le Tribunal Administratif : deux ont ainsi vu la réadmission suspendue pour absence de traducteur lors de la procédure Dublin, et obtenu un réexamen de leur dossier après un référé

Mais les juges ne basent jamais leur décision sur le fond et la situation en Grèce. Ce jeune afghan qui a fui l’Iran car sa carte de réfugié n’avait pas été renouvelée dit ne pas pouvoir retourner en Grèce à cause des problèmes qu’il a eus à Patras avec les « mafias » kurdes et afghanes. Il a été blessé lors de règlements de comptes et hospitalisé. Mais est ce que le juge acceptera de prendre ce danger en considération ?

Pour ceux qui passent au travers de Dublin ou des APRF, reste à avoir un « bon » cas d’asile

Le traducteur des forces spéciales françaises n’aura certainement, comme ses collègues arrivés l’an dernier, pas de problème pour obtenir l’asile, d’autant plus qu’il est venu avec un visa accordé à Kaboul après intervention de l’armée française.

Cet afghan qui dit s’être converti et avoir une vidéo d’une interview faite par un journaliste en Afghanistan a peut-être une chance d’obtenir l’asile. De même que ce déserteur de la police afghane, garde du corps d’un gouverneur et qui a refusé de participer à une opération qu’il jugeait trop dangereuse ou ce collaborateur de l’ONG ACTED au Pakistan qui failli être tué lors d’une attaque des bureaux par les talibans.

Mais celui qui a fui après une bagarre lors d’une partie de cartes à Kaboul, bagarre ayant fait deux morts aura certainement des difficultés à faire accepter son cas. Et comment fera cet afghan pour prouver qu’on est athée et qu’on est en danger. Ceci dit il y a des surprises : un afghan qui n’avait pour seule histoire d’asile qu’une bagarre dans son village après le vol des ânes qu’il gardait a pu avoir la protection subsidiaire après son recours à la Cour Nationale du Droit d’Asile

CR maraude oct 2008 | 0 X 0 | 31.8 ko
 
 
   
   
  compte rendu des activités et maraudes mars mai 2013
Activités et maraudes du Collectif de Soutien (...)
compte rendu des activités et maraudes janvier février 2013
Mineurs 3 janvier 2013 Il y avait 37 jeunes (...)
compte rendu des activités et maraudes novembre décembre 2012
Mineurs 4 novembre Ils sont entre 32 et 33 (...)
compte rendu des maraudes : septembre octobre 2012
Mineurs 1er septembre Après le calme (...)
compte rendu des maraudes : juin aout 2012
Juin - Aout 2012 Les mineurs 5 juin (...)
compte rendu des maraudes:mai 2012
Des mineurs toujours maltraités En mai ils (...)
compte rendu des maraudes : mars avril 2012
Compte rendu des activités et des maraudes du (...)
compte rendu des maraudes : janvier février 2012
Les mineurs dans le froid En janvier et en (...)
compte rendu des maraudes novembre décembre 2011
Les mineurs En 2011 nous avons rencontré (...)
compte rendu des maraudes septembre octobre 2011
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes juillet aout 2011
Les mineurs En juillet nous avons rencontrés (...)
compte rendu des maraudes juin 2011
Les mineurs En juin nous avons rencontrés 73 (...)
compte rendu des maraudes mai 2011
Les mineurs En mai 82 nouveaux mineurs (...)
compte rendu des maraudes avril 2011
Les mineurs En avril, 69 nouveaux mineurs (...)
compte rendu des maraudes mars 2011
Les mineurs Depuis janvier 2011 nous avons (...)
compte rendu des maraudes janvier février 2011
Les mineurs Durant les deux premiers mois de (...)
compte rendu des maraudes décembre 2010
Les mineurs Nous avons rencontré 124 (...)
compte rendu des maraudes novembre 2010
Les mineurs Durant ce mois de novembre nous (...)
compte rendu des maraudes octobre 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes septembre 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes août 2010
Mineurs dans l’attente Les vacances (...)
compte rendu des maraudes juillet 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
évacuation du canal : communiqué du Collectif
Exilés afghans : hypocrisie gouvernementale (...)
compte rendu des maraudes juin 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes mai 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes avril 2010
Les mineurs Nous avons vu 46 nouveaux (...)
compte rendu des maraudes mars 2010
Mineurs : toujours nombreux, toujours mal (...)
compte rendu des maraudes février 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes janvier 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
CP/Collectif de soutien des exilés du 10ème – GISTI - MRAP Nouvel hébergement parisien à l’ancien hôpital Saint-Lazare Toujours pas de réponse satisfaisante à la situation des exilés
Communiqué de Presse Collectif de soutien (...)
CP/Conditions de vie inhumaines des exilés dans le 10ème arrondissement à Paris
Conditions de vie inhumaines des exilés dans (...)
compte rendu des maraudes décembre 2009
Paroles de mineurs Voici ce que disaient (...)
compte rendu des maraudes novembre 2009
Après 4 ans, un espoir pour les mineurs ? Le (...)
compte rendu des maraudes octobre 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes septembre 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes du collectif août 2009
L’expulsion indigne des exilés des (...)
lettre ouverte des associations au maire de Paris après les expulsions des exilés des parcs du 10ème (signatures au 12 sept)
LETTRE OUVERTE À MONSIEUR DELANOE Monsieur (...)
Compte rendu des maraudes du Collectif de Soutien des Exilés du 10ème arrondissement de Paris Juillet 2009
Les mineurs toujours plus nombreux 52 (...)
À Paris, les exilés, principalement afghans, chassés du parc Villemin, seul abri qui leur est offert la nuit !
À Paris, les exilés, principalement afghans, (...)
compte rendu des maraudes du collectif juin 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes du collectif mai 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes avril 2009
Comment se débarrasser des mineurs afghans ? (...)
2e Cercle de silence devant l’église Saint-Laurent, Paris X
Dimanche 26 avril 17h - 18h Appel de (...)
compte rendu des maraudes mars 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
L’inhospitalité a tué deux exilés à Paris et à Calais/عدم مهمان نوازی باعث کشته شدن دو پناهنده در پاریس و کاله شد/Inhospitality killed two exiles in Paris and Calais
Communiqué du Collectif de soutien des exilés (...)
Action Amnesty International : 25 et 29 avril 2009 : demander l’asile est un droit, pas un délit
Les groupes parisiens d’Amnesty (...)
Intervention du Collectif au square Villemin (Paris 10ème) le 3 avril 2009 à l’occasion de la semaine du développement durable
Nous n’allons pas vous parler des (...)
compte rendu des maraudes février 2009
Février 2009 Toujours plus de mineurs (...)
compte rendu des maraudes janvier 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
CERCLE DE SILENCE ( دايره سکوت) le samedi 7 février 2009 17h - 18h sur le parvis de st Laurent PARIS 10
Le collectif des exilés du 10e a appellé à un (...)
Compte rendu de la réunion du comité de suivi du Kiosque du 22 janvier 2009
Compte rendu rédigé par le Collectif de (...)
Réunion des associations du 10ème avec la mairie - 13/02/09
COMPTE RENDU REDIGE PAR LES ASSOCIATIONS (...)
compte rendu des maraudes décembre 2008
Des mineurs de plus en plus nombreux En (...)
compte rendu des maraudes novembre 2008
Espoirs déçus pour la vingtaine de mineurs (...)
réunion publique le 28 novembre à Paris sur la situation des afghans
GUERRE EN AFGHANISTAN CHASSE AUX EXILES (...)
compte rendu des maraudes septembre 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes août 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en juillet 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
un après midi avec les exilés ; 5 juillet 2008 square Villemin
5 juillet : une éclaircie La journée débute (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en juin 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu de la réunion à la mairie du 10ème - 11 juin 08
Compte rendu de la réunion entre le Collectif (...)
Rencontre avec les exilés samedi 5 juillet de 13h à 18h
Organisée par le collectif des exilés du Xe (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en mai 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en avril 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en mars 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Avenue de Verdun 04/03/08
Avenue de Verdun Ch R. 04/03/08 Ils sont (...)
1000 jeunes français de plus en Afghanistan, combien de jeunes Afghans en sus dans le 10e arrondissement de Paris ?
1000 jeunes français de plus en Afghanistan, (...)
Maraude auprès des Irakiens présents dans le 10ème arrondissement
Affligeant de discuter avec les Irakiens (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en février 2008
Des mineurs moins nombreux que l’an (...)
Lexique pour les comptes rendus de maraudes
Allées de Verdun : allée située près de la (...)
Reportage : Paris, le quotidien de l’exil
A lire sur : http://www.leblogde21.com/ Au (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en janvier 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en décembre 2007
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en novembre 2007
De plus en plus de mineurs isolés étrangers (...)
Renversement d’image pour afficher l’invisibilité des exiles
De l’autre côté de l’affiche... (...)
Compte-rendu des maraudes d’octobre 2007 du Collectif
Le dispositif parisien d’accueil des (...)
Compte-rendu des maraudes de septembre 2007 du Collectif
Lire ce compte-rendu en pdf : Dur combat (...)
Irakiens, SDF à Paris, coincés entre deux enfers
PARIS, 15 nov 2006 (AFP) - "Je ne sais pas où (...)
Compte-rendu des maraudes de l’été 2007
L’accueil des exilés : version parisienne
Maraude de juin 2007
Exceptionnellement les pièces jointes ne sont (...)
compte rendu des maraudes du collectif mai 2007

Compte-rendu des maraudes d’avril 2007
Lire ce compte-rendu en pdf : L’approche
Compte-rendu des maraudes de mars 2007
Lire ce compte-rendu en pdf : Les mineurs (...)
Compte-rendu de Février 2007
Le mois de février a été marqué par la chasse (...)
Compte-rendu des maraudes de janvier 2007
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte-rendu des maraudes de décembre 2006
Retrouvez les autres compte-rendus de maraude (...)
Compte-rendu des maraudes de novembre 2006
Retrouvez les autres compte-rendus de maraude (...)
Compte rendu des maraudes d’octobre 2006
Alors que le froid a fait son arrivée, tout (...)
Maraudes de septembre 2006
Les familles sont parties Sur les 7 familles (...)
Maraudes de juillet et d’août 2006
Appliquer chaque fois que c’est (...)
Compte rendu des maraudes de juin 2006
Retrouvez les autres comptes-rendus de (...)
Compte-rendu des maraudes de mai 2006
Retour Avenue de Verdun et sur les quais du (...)
Compte-rendu des maraudes d’ avril 2006
« Cela me ramène des années en arrière quand (...)
Les rafles discriminatoires d’étrangers seraient-elles légales ?
Dimanche 7 mai 2006, huit avocat-e-s de (...)
Maraudes de mars 2006
Cette année, sans doute sous la pression des (...)
Compte-rendu des maraudes de février 2006
Durant ce mois de février il y avait seulement
Maraudes de décembre 2005 et janvier (Gare de l’Est, Paris X)
« Si on ouvrait 1000 places demain, il y (...)

 
 

Entrez votre recherche dans le formulaire ci-dessus puis validez.
 
  Plan du site / Web map  
  Espace privé  
   
Accueil - Fil d'info - Site réalisé avec SPIP