accueil
  Qui sommes nous ? | Sur l'asile | Maraudes | Exilés mineurs | Presse pays d'exil | Nous contacter | Photos | Archives
  Liens | A Calais | Les exilés sur les routes d'Europe | Adresses utiles à Paris

Accueil du site > Maraudes > compte rendu des maraudes novembre 2008

compte rendu des maraudes novembre 2008

lundi 15 décembre 2008, par exilés 10


Espoirs déçus pour la vingtaine de mineurs laissés dans la rue

En novembre nous avons rencontré 71 nouveaux mineurs (575 arrivés depuis janvier). Mi novembre ils étaient plus de 15 à devoir dormir dans le parc Villemin chaque soir, certains depuis plusieurs semaines. A noter aussi l’arrivée de 6 familles avec 13 enfants ce qui est assez inhabituel à cette période.

Le 14 novembre : une bonne nouvelle pour eux : la Mairie de Paris finançait 20 places d’hébergement supplémentaires. Le 30 novembre ils étaient encore 15 dehors et seulement 4 de ces 20 places avaient été utilisées !

Comment peut-on bloquer la mise à disposition de ces places alors que des mineurs dorment dehors chaque soir ? Problème de personnel à FTDA ? Procédure administrative trop complexe ? Difficile d’avoir le fin mot de l’histoire et encore plus difficile d’expliquer aux jeunes qu’ils devront passer encore des nuits dans le froid, parfois à marcher dans le parc ou dans les rues car ayant trop froid pour dormir, car les acteurs de ce dispositif sont incapables de les protéger. « Mais pourquoi viennent ils le soir près du bus juste pour nous dire qu’il n’y a pas de places » se demandait avec raison un groupe de jeunes de 15/16 ans. « Pourquoi nous disent ils d’aller au bureau alors que là-bas ils nous répondent à chaque fois attendez ce soir ou revenez demain et encore demain sans prendre le temps de parler avec nous et de répondre à nos questions ! » Les jeunes ne comprennent pas non plus les critères du choix des heureux élus qui iront à l’hôtel. Les plus jeunes, sur l’apparence physique ? Les plus anciens à la rue ? Pour eux, mais pas seulement pour eux, ce n’est pas clair.

Devant la pression, et l’exaspération des jeunes, la réponse donnée aux quinze jeunes dont FTDA avait pris les noms le 17 novembre était : « on va vous envoyer directement à la CAMIE (Cellule d’accueil des mineurs isolés étrangers de l’Aide Sociale à l’Enfance ». Les intervenants oublient tout simplement de dire que s’ils n’ont pas de « taskera » ils seront envoyés à l’expertise médicale. Cela les prive aussi du temps nécessaire de mise en confiance, d’information et de réflexion. Parfois on a l’impression qu’on ne cherche plus à donner à ces jeunes l’opportunité de rester mais plutôt de vouloir s’en débarrasser le plus rapidement possible… et après on nous parlera de mineurs en transit !

Un jeune de 14 ans envoyé ainsi à la CAMIE avec une lettre de FTDA s’est fait renvoyer car il n’aurait pas dit suffisamment fermement qu’il voulait rester en France. Lui, arrivé depuis quelques jours seulement, voulait déjà qu’on réponde à ses questions sur son avenir à 18 ans, avoir la certitude qu’il pourrait rester en France et devenir français. 3 jours après il était toujours dehors et a décidé de partir.

Ceux qui ont pris la décision de rester sont inquiets de la lenteur de leur prise en charge par l’ASE. L’un d’eux trouvant qu’attendre deux ou trois mois à l’hôtel sans aller à l’école était trop long, a décidé d’aller directement à l’ASE d’où bien entendu on l’a renvoyé. Un autre se demandait si ce serait plus rapide en allant directement au commissariat. Même avec une taskera cela peut être dangereux car le risque d’être déclaré majeur par l’expertise osseuse est grand. C’est ce qui est arrivé à ce jeune de 16 ans qui a tenté sa chance à la préfecture de Troyes le 14 novembre, espérant une prise en charge plus rapide qu’à Paris, et qui s’est retrouvé majeur après une expertise osseuse durant laquelle il n’y avait aucun interprète (fait jugé normal par le juge du Tribunal Administratif de Chalons) avec un Arrêté de Reconduite à la Frontière ! D’autres enfin, dont un de 14 ans et un autre avec une OPP du 13 octobre, depuis juillet en France commençaient à préparer leur départ. Heureusement ils ont fini par être pris en charge par l’ASE fin novembre.

Les jeunes sont désappointés : ils espéraient mieux de l’Europe et de la France. Ils pensaient qu’ils seraient bien accueillis après les problèmes rencontrés tant en Afghanistan que lors du voyage, comme ce jeune de 16 ans dont le père a été tué à Kandahar et qui a fui avec son jeune frère de 8 ans, perdu en Turquie car lui avait été arrêté et mis en prison pour trois mois. Ou encore comme ce jeune d’à peine 16 ans qui a passé deux ans en Iran à travailler dans le bâtiment et qui a fini par partir devant les expulsions forcées : quatre mois de voyage, trois mois à Patras, 22h accroché sous un camion. Il raconte comme beaucoup d’autres les exactions de l’armée et de la police dans les différents pays, la mort de certains de ses copains lors du passage en Grèce. Un de 16 ans et demi qui n’arrive pas à joindre sa famille à Ghazni pour avoir sa taskera est désespéré : il commence à imaginer sa vie comme celle d’un perpétuel SDF. Alors ils partent vers l’Angleterre, mais aussi nombreux vers la Norvège, pays sur lequel ils nous posent beaucoup de questions, avec l’espoir de voir leur minorité reconnue, d’être enfin protégés et de réaliser leur rêve comme celui qui veut devenir pilote. Après 4 jours dans le froid à Paris, il disait le 29 novembre d’un ton triste « j’espère que ma vie va être maintenant meilleure que ce que je suis en train de vivre ici »

Espoirs et désespoirs des exilés majeurs

Le charter franco britannique prévu le 18 novembre a été l’objet de beaucoup de discussions et de beaucoup d’inquiétude de la part des afghans qui pensaient que la France ne pouvait pas les expulser. Ils ont suivi de près ce qui se passait, ils avaient d’ailleurs pu discuter avec les retenus de Coquelles lors d’une réunion un samedi après midi, et l’annonce de la suppression du Charter le 17 novembre les a soulagés. Mais reste l’inquiétude devant les interventions répétées de la police chaque semaine avec une grande régularité (5, 12 ,19, 26). A noter que la demande de rendez vous avec le Maire du 10ème à ce sujet, demande formulée par 9 associations et partis du 10ème n’a reçu aucune réponse.

Au gré des informations parfois partielles, des rumeurs, l’espoir ou le désespoir s’installe.

Au cours de ce mois de novembre ils ont vu l’espoir de pouvoir aller en Suisse malgré leurs empreintes en Grèce, s’évanouir avec l’annonce de l’application des accords de Schengen et du règlement Dublin le 12 décembre par ce pays.

Ils ont vu aussi l’espoir d’obtenir une annulation de la procédure Dublin par référé après la saisine de l’Etat responsable disparaître, vus les rejets systématiques des référés introduits par FTDA.

Mais l’espoir est revenu pour certains après la suspension de deux procédures de réadmission vers la Grèce qui s’est traduite pour l’un par l’obtention de la « carte verte » (Autorisation provisoire de séjour) et aussi après l’information donnée par FTDA que 6 mois après le début de la procédure de réadmission il était possible de voir sa demande d’asile examinée en France même si on ne s’était pas rendu à la préfecture après (sous réserve qu’aucune convocation nouvelle ne soit envoyée à l’adresse indiquée). Ceci dit beaucoup se demandent comment ils feront pour tenir 6 mois sans logement et sans ressources, question que se posent aussi ceux en procédure prioritaire.

Espoirs aussi avec les rumeurs comme quoi la Grèce n’accepterait plus les réadmissions et que la France ne les demanderait plus.

Ceux qui pensaient que la mise en place du Kiosque (Kiosque Emmaus FTDA 218 rue du Faubourg St Denis) allait régler leur problèmes d’empreintes ou au moins de logement ont été déçus. Il faut dire qu’il est difficile, même pour nous, de voir en quoi cette nouvelle structure peut leur apporter quoique ce soit. Le travail qui y est fait est le même que celui fait par FTDA en matière d’asile ou par les centres d’accueil de jour en matière sociale et n’apporte donc aucune amélioration du dispositif existant. On est loin de l’idée originale du Kiosque d’information portée par le Collectif.

D’autres inquiétudes sur des rumeurs de changements radicaux dans la politique d’asile en Europe, liées certainement à l’adoption de la directive « retour », ont été renforcées par le fait que certains s’étant présentés à la préfecture mi décembre, avaient été renvoyés. Ils y voyaient le signe que la France ne voulait plus accorder l’asile aux afghans.

Et toujours des interrogations sur leur possibilité de demander et d’obtenir l’asile

Difficile de donner une réponse optimiste à cet afghan débouté en Angleterre et qui veut redemander l’asile en France, ou à celui qui a été débouté en Grèce il y a 4 ans, tout comme à cet exilé qui se demandait si, arrêté par la police en Allemagne, il pourrait continuer son voyage s’il disait qu’il souhaitait aller en Suède. Et que dire à ce jeune de 19 ans débouté en Angleterre et renvoyé en Afghanistan qui veut retenter en Norvège de jouer la carte de la minorité pour pouvoir demander l’asile malgré les empreintes en Grèce. Ses empreintes et son âge sont certainement encore dans Eurodac et risquent de ressortir.

Une famille afghane avec 5 enfants, ayant eu ses empreintes prises en Grèce puis à l’aéroport CDG (ils voyageaient avec un faux passeport) et relâchée sans aucun document de la PAF se demandait ce qui allait maintenant se passer pour elle : une réadmission vers la Grèce ou la possibilité de demander l’asile ici (ayant été admis sur le territoire). Un autre afghan arrivé directement de Peshawar à Paris a été admis sur le territoire pour faire sa demande d’asile. Pour lui la Paf avait établi un sauf conduit.

Un cinéaste afghan venu à un festival en Italie, avec un visa Schengen délivrée par le consulat d’Italie, se demandait si la France allait le renvoyer en Italie.

Et toujours les questions sur le risque de voir les empreintes prises en France, notamment à Paris lors des interpellations dans le square Villemin ou à la frontière italienne, retrouvées dans Eurodac dans un autre pays. Et, questions liées aux premières, sur la signification de l’APRF : pour certains c’est une autorisation d’aller demander l’asile ailleurs et ils ne comprennent pas pourquoi on les renverrait vers le pays qui les a chassés. Le problème ne se posera pas pour cet afghan ayant eu un « APRF » à Chambéry sans prise d’empreintes et sous un faux nom.

La question des empreintes résolue restera à écrire un bon cas d’asile. Cet homosexuel iranien qui a demandé l’asile en Turquie mais qui n’a pas attendu la réponse a des chances d’obtenir l’asile. Tout comme ces deux afghans, l’un ayant travaillé avec les unités de déminage allemandes et l’autre avec les forces spéciales britanniques et qui disposent de documents le prouvant. Ce sera moins évident pour ce jeune ayant passé dix ans en Iran car il devra parler des problèmes qu’il a eus en Afghanistan, ce qui sera peut-être possible car il est retourné à Helmand quelques mois il y a deux ans.

Et en attendant ils restent dehors

Malgré des températures ressenties de -3°C (d’après la DASS) aucune place supplémentaire n’a été débloquée et le quatrième bus n’a pas été mis en place. Ils sont donc plus d’une cinquantaine à rester chaque soir dehors, dont plusieurs demandeurs d’asile. Les exilés sont fatigués d’avoir marché toute la nuit quand ils n’ont pas de duvets et qu’ils ont trop froid pour dormir et pour certains la France est le pire des pays Européens (à part la Grèce bien sûr).

Ceci crée des tensions autour des bus atlas comme le 1er novembre. Le troisième bus est donc parti à moitié plein. Le 14 novembre les acteurs de ce dispositif nous avaient invités à une réunion pour réaffirmer qu’à la moindre bousculade le dispositif serait arrêté. Réunion d’ailleurs étonnante car préjugeant de notre influence sur les exilés et inutile vu que le ton a été donné dès le départ par Patrick Henry de la RATP "On est là pour vous dire ce qu’on va faire, appliquer maintenant strictement les consignes : en cas de bousculade ou d’incident on supprimera le bus. Et on n’est pas là pour avoir votre avis qui de toute façon ne sera pas pris en compte"

Le 25 novembre, les deux derniers bus ont été supprimés, non pas à cause d’une bousculade ou de bagarre près des bus, mais uniquement parce qu’un marocain ivre avait attaqué l’équipe du cœur des haltes dans le café où ils attendent l’arrivée des bus. Incompréhension des exilés qui n’y étaient pour rien et qui représentaient la grande majorité des 150 personnes laissées dehors cette nuit là.

Les tensions se retrouvent aussi lors de la distribution des repas de l’Armée du Salut (mais très peu lors de celles de la Chorba pour Tous qui accueille pourtant les mêmes personnes). Une bagarre a ainsi éclaté entre un groupe de maghrébins et un groupe d’afghans après qu’un maghrébin ait bousculé violemment un jeune de 15 ans (assez violemment pour que le jeune ait un bleu). Si les afghans ont pu être calmés, les autres, encouragés par des plus âgés, étaient plus agressifs et menaçaient de revenir le lendemain « avec des couteux et des haches pour en finir avec cette racaille » (sic) Heureusement le lendemain tous étaient calmés.

CR maraudes nov 08 | 0 X 0 | 30.2 ko
 
 
   
   
  compte rendu des activités et maraudes mars mai 2013
Activités et maraudes du Collectif de Soutien (...)
compte rendu des activités et maraudes janvier février 2013
Mineurs 3 janvier 2013 Il y avait 37 jeunes (...)
compte rendu des activités et maraudes novembre décembre 2012
Mineurs 4 novembre Ils sont entre 32 et 33 (...)
compte rendu des maraudes : septembre octobre 2012
Mineurs 1er septembre Après le calme (...)
compte rendu des maraudes : juin aout 2012
Juin - Aout 2012 Les mineurs 5 juin (...)
compte rendu des maraudes:mai 2012
Des mineurs toujours maltraités En mai ils (...)
compte rendu des maraudes : mars avril 2012
Compte rendu des activités et des maraudes du (...)
compte rendu des maraudes : janvier février 2012
Les mineurs dans le froid En janvier et en (...)
compte rendu des maraudes novembre décembre 2011
Les mineurs En 2011 nous avons rencontré (...)
compte rendu des maraudes septembre octobre 2011
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes juillet aout 2011
Les mineurs En juillet nous avons rencontrés (...)
compte rendu des maraudes juin 2011
Les mineurs En juin nous avons rencontrés 73 (...)
compte rendu des maraudes mai 2011
Les mineurs En mai 82 nouveaux mineurs (...)
compte rendu des maraudes avril 2011
Les mineurs En avril, 69 nouveaux mineurs (...)
compte rendu des maraudes mars 2011
Les mineurs Depuis janvier 2011 nous avons (...)
compte rendu des maraudes janvier février 2011
Les mineurs Durant les deux premiers mois de (...)
compte rendu des maraudes décembre 2010
Les mineurs Nous avons rencontré 124 (...)
compte rendu des maraudes novembre 2010
Les mineurs Durant ce mois de novembre nous (...)
compte rendu des maraudes octobre 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes septembre 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes août 2010
Mineurs dans l’attente Les vacances (...)
compte rendu des maraudes juillet 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
évacuation du canal : communiqué du Collectif
Exilés afghans : hypocrisie gouvernementale (...)
compte rendu des maraudes juin 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes mai 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes avril 2010
Les mineurs Nous avons vu 46 nouveaux (...)
compte rendu des maraudes mars 2010
Mineurs : toujours nombreux, toujours mal (...)
compte rendu des maraudes février 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes janvier 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
CP/Collectif de soutien des exilés du 10ème – GISTI - MRAP Nouvel hébergement parisien à l’ancien hôpital Saint-Lazare Toujours pas de réponse satisfaisante à la situation des exilés
Communiqué de Presse Collectif de soutien (...)
CP/Conditions de vie inhumaines des exilés dans le 10ème arrondissement à Paris
Conditions de vie inhumaines des exilés dans (...)
compte rendu des maraudes décembre 2009
Paroles de mineurs Voici ce que disaient (...)
compte rendu des maraudes novembre 2009
Après 4 ans, un espoir pour les mineurs ? Le (...)
compte rendu des maraudes octobre 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes septembre 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes du collectif août 2009
L’expulsion indigne des exilés des (...)
lettre ouverte des associations au maire de Paris après les expulsions des exilés des parcs du 10ème (signatures au 12 sept)
LETTRE OUVERTE À MONSIEUR DELANOE Monsieur (...)
Compte rendu des maraudes du Collectif de Soutien des Exilés du 10ème arrondissement de Paris Juillet 2009
Les mineurs toujours plus nombreux 52 (...)
À Paris, les exilés, principalement afghans, chassés du parc Villemin, seul abri qui leur est offert la nuit !
À Paris, les exilés, principalement afghans, (...)
compte rendu des maraudes du collectif juin 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes du collectif mai 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes avril 2009
Comment se débarrasser des mineurs afghans ? (...)
2e Cercle de silence devant l’église Saint-Laurent, Paris X
Dimanche 26 avril 17h - 18h Appel de (...)
compte rendu des maraudes mars 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
L’inhospitalité a tué deux exilés à Paris et à Calais/عدم مهمان نوازی باعث کشته شدن دو پناهنده در پاریس و کاله شد/Inhospitality killed two exiles in Paris and Calais
Communiqué du Collectif de soutien des exilés (...)
Action Amnesty International : 25 et 29 avril 2009 : demander l’asile est un droit, pas un délit
Les groupes parisiens d’Amnesty (...)
Intervention du Collectif au square Villemin (Paris 10ème) le 3 avril 2009 à l’occasion de la semaine du développement durable
Nous n’allons pas vous parler des (...)
compte rendu des maraudes février 2009
Février 2009 Toujours plus de mineurs (...)
compte rendu des maraudes janvier 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
CERCLE DE SILENCE ( دايره سکوت) le samedi 7 février 2009 17h - 18h sur le parvis de st Laurent PARIS 10
Le collectif des exilés du 10e a appellé à un (...)
Compte rendu de la réunion du comité de suivi du Kiosque du 22 janvier 2009
Compte rendu rédigé par le Collectif de (...)
Réunion des associations du 10ème avec la mairie - 13/02/09
COMPTE RENDU REDIGE PAR LES ASSOCIATIONS (...)
compte rendu des maraudes décembre 2008
Des mineurs de plus en plus nombreux En (...)
réunion publique le 28 novembre à Paris sur la situation des afghans
GUERRE EN AFGHANISTAN CHASSE AUX EXILES (...)
compte rendu des maraudes octobre 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes septembre 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes août 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en juillet 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
un après midi avec les exilés ; 5 juillet 2008 square Villemin
5 juillet : une éclaircie La journée débute (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en juin 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu de la réunion à la mairie du 10ème - 11 juin 08
Compte rendu de la réunion entre le Collectif (...)
Rencontre avec les exilés samedi 5 juillet de 13h à 18h
Organisée par le collectif des exilés du Xe (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en mai 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en avril 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en mars 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Avenue de Verdun 04/03/08
Avenue de Verdun Ch R. 04/03/08 Ils sont (...)
1000 jeunes français de plus en Afghanistan, combien de jeunes Afghans en sus dans le 10e arrondissement de Paris ?
1000 jeunes français de plus en Afghanistan, (...)
Maraude auprès des Irakiens présents dans le 10ème arrondissement
Affligeant de discuter avec les Irakiens (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en février 2008
Des mineurs moins nombreux que l’an (...)
Lexique pour les comptes rendus de maraudes
Allées de Verdun : allée située près de la (...)
Reportage : Paris, le quotidien de l’exil
A lire sur : http://www.leblogde21.com/ Au (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en janvier 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en décembre 2007
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en novembre 2007
De plus en plus de mineurs isolés étrangers (...)
Renversement d’image pour afficher l’invisibilité des exiles
De l’autre côté de l’affiche... (...)
Compte-rendu des maraudes d’octobre 2007 du Collectif
Le dispositif parisien d’accueil des (...)
Compte-rendu des maraudes de septembre 2007 du Collectif
Lire ce compte-rendu en pdf : Dur combat (...)
Irakiens, SDF à Paris, coincés entre deux enfers
PARIS, 15 nov 2006 (AFP) - "Je ne sais pas où (...)
Compte-rendu des maraudes de l’été 2007
L’accueil des exilés : version parisienne
Maraude de juin 2007
Exceptionnellement les pièces jointes ne sont (...)
compte rendu des maraudes du collectif mai 2007

Compte-rendu des maraudes d’avril 2007
Lire ce compte-rendu en pdf : L’approche
Compte-rendu des maraudes de mars 2007
Lire ce compte-rendu en pdf : Les mineurs (...)
Compte-rendu de Février 2007
Le mois de février a été marqué par la chasse (...)
Compte-rendu des maraudes de janvier 2007
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte-rendu des maraudes de décembre 2006
Retrouvez les autres compte-rendus de maraude (...)
Compte-rendu des maraudes de novembre 2006
Retrouvez les autres compte-rendus de maraude (...)
Compte rendu des maraudes d’octobre 2006
Alors que le froid a fait son arrivée, tout (...)
Maraudes de septembre 2006
Les familles sont parties Sur les 7 familles (...)
Maraudes de juillet et d’août 2006
Appliquer chaque fois que c’est (...)
Compte rendu des maraudes de juin 2006
Retrouvez les autres comptes-rendus de (...)
Compte-rendu des maraudes de mai 2006
Retour Avenue de Verdun et sur les quais du (...)
Compte-rendu des maraudes d’ avril 2006
« Cela me ramène des années en arrière quand (...)
Les rafles discriminatoires d’étrangers seraient-elles légales ?
Dimanche 7 mai 2006, huit avocat-e-s de (...)
Maraudes de mars 2006
Cette année, sans doute sous la pression des (...)
Compte-rendu des maraudes de février 2006
Durant ce mois de février il y avait seulement
Maraudes de décembre 2005 et janvier (Gare de l’Est, Paris X)
« Si on ouvrait 1000 places demain, il y (...)

 
 

Entrez votre recherche dans le formulaire ci-dessus puis validez.
 
  Plan du site / Web map  
  Espace privé  
   
Accueil - Fil d'info - Site réalisé avec SPIP