accueil
  Qui sommes nous ? | Sur l'asile | Maraudes | Exilés mineurs | Presse pays d'exil | Nous contacter | Photos | Archives
  Liens | A Calais | Les exilés sur les routes d'Europe | Adresses utiles à Paris

Accueil du site > Maraudes > compte rendu des maraudes janvier 2009

compte rendu des maraudes janvier 2009

samedi 21 février 2009, par exilés 10


Compte rendu des maraudes du Collectif de Soutien des Exilés du 10ème arrondissement de Paris

Janvier 2009

Du côté des mineurs

En janvier 89 nouveaux mineurs sont arrivés à Paris.

FTDA continue à affirmer que nous voyons des mineurs partout, même si les chiffres annoncés pour 2008 lors de la réunion du comité de suivi du Kiosque sont à peu de chose près ceux que nous avions indiqués.

Du côté de la préfecture il semble qu’il y ait une volonté de réduire le nombre des arrivées de mineurs à Paris, dans la prolongation des discours d’Eric Besson qui veut rendre les frontières étanches, à Calais ou à la frontière italienne.

La plupart de ces nouveaux arrivants continuent à être emmenés à l’ESI de la rue Bourret, bricolage n’assurant en aucun cas un suivi correct et adapté mais qui a eu le mérite de les mettre à l’abri du froid … la nuit seulement !

Ce dispositif est peut-être bien suffisant dans l’esprit de certains responsables pour des mineurs qu’ils continuent de voir comme des jeunes en transit, mais il reste une solution a minima inacceptable et non-conforme aux obligations de protection des mineurs en danger. Comment ces deux jeunes de 14 ans qui nous posaient le premier janvier des questions sur leurs possibilités de rester en France, pourraient ils effectivement envisager leur avenir ici en ayant l’impression que personne ne s’intéressait à eux ? Comment ces jeunes laissés à eux-mêmes pourraient ils croire qu’ils pourront rester ici dans de bonnes conditions ? Est-ce que les personnes (DASS, DASES, Mairie de Paris) qui sont venues visiter cet hébergement s’en sont rendu compte ? Et ont-ils prévu la suite, lorsque ce dispositif hivernal s’arrêtera ?

La prolongation de ce dispositif, peut-être jusqu’à fin février, est inquiétant car on peut craindre qu’il ne préfigure une nouvelle politique de l’Etat et du Département en matière d’accueil des mineurs isolés étrangers. L’absence apparente de réaction des acteurs du dispositif Versini, des « vrais » professionnels, face à cet accueil au rabais pose question.

Chaque soir 5 ou 6 mineurs, refusés au faciès ont dû rester dehors, certains ne pouvant d’ailleurs pas monter dans le bus atlas. Certains, pris en charge un soir rue Bourret et refusés le lendemain, selon l’intervenant présent et son estimation de l’âge au faciès, sont désorientés. Nul doute qu’ils auront du mal à croire au sérieux de la prise en charge qu’ils pourraient avoir par la suite.

Le dispositif actuel, même avec les 20 places supplémentaires accordées par la Mairie de Paris (qui n’ont d’ailleurs été totalement utilisées que fin janvier… plus de deux mois après la décision) reste insuffisant et est engorgé. Une des causes de cet engorgement reste la lenteur de l’ASE à prendre en charge ces jeunes :

Certains attendent depuis plus de trois mois, le supportent mal et cela cause des problèmes. La démarche de ces deux jeunes pris en charge par EMDH, dehors trois soirs suite à des incidents au foyer, d’aller eux mêmes à l’ASE se comprend aisément. Mais sans taskera originale, peu d’espoir. L’un a alors été envoyé à l’expertise médicale et bien entendu déclaré majeur. Malgré le fait que sa taskera ait été envoyée, document prouvant sa minorité, EMDH n’a pas jugé utile de faire jouer la présomption de minorité et a décidé de le remettre dans la rue sans lui trouver de solution alternative. Le départ de ces deux autres, vers la Norvège et l’Angleterre, après plus de deux mois et demi à l’hôtel, sans rendez vous fixé à l’ASE, est également compréhensible.

Beaucoup des jeunes voulant rester ici ignorent où en est leur dossier. Lorsque face à leurs inquiétudes, nous leur posons des questions, ils ne savent parfois même pas si leur dossier a été transmis à l’ASE. Certains nous ont également dit qu’après un mois à l’hôtel ils n’avaient toujours pas eu d’entretien sérieux avec les intervenants de FTDA.

Encore des arrivées de familles

L’arrivée des familles afghanes se poursuit, phénomène qui nous semble significatif, tout comme l’augmentation de l’arrivée des mineurs, d’une dégradation des conditions en Afghanistan, tout comme au Pakistan et en Iran. Quatre familles, avec 8 enfants ont été rencontrées et envoyées vers la CAFDA qui souvent les loge en banlieue ce qui n’est pas simple lorsque l’on ne parle ni français ni anglais, qu’on n’a pas de tickets de métro ni de possibilité de trouver des repas à proximité.

Dur mois de janvier pour les exilés

Du côté de l’hébergement, il a fallu attendre le 2 janvier pour qu’un quatrième bus soit mis en place, après une semaine de températures ressenties très froides, souvent moins de -6°C. Et il n’aura fonctionné que jusqu’au 30 janvier, même si chaque soir de nombreuses personnes restaient dehors après le quatrième bus.

De nombreux exilés, plus d’une cinquantaine (dont certains ayant leur autorisation provisoire de séjour) ont donc dû dormir dans les rues du 10ème, en particulier sous les arcades de la place Raoul Follereau et sur les terrasses du rez-de-chaussée des immeubles le long du canal, et dans le jardin Villemin.

Malgré les déclarations de la Mairie du 10ème, notamment lors des réunions, les exilés ont été fin janvier systématiquement délogés du parc par une équipe de la sécurité de la Direction de la Prévention et de la Protection de la Mairie de Paris. Interpellée à ce sujet, avec des témoignages et des descriptions précises des uniformes et des voitures, il a fallu quatre jours à la DPP pour reconnaître l’intervention de ses agents.

D’un autre côté de nombreux témoignages font état de l’utilisation de gaz lacrymogènes pour chasser les exilés, notamment de la place Follereau et des terrasses le long du canal : Les accueils de jour du 10ème ont aussi plusieurs fois noté la forte odeur de gaz lacrymogènes émanant des exilés certains matins. Le nouveau commissaire du 10ème arrondissement a dit ne pas être au courant !

Le 7 janvier, alors que la température ressentie à Paris était de -14°C, la police a délogé ceux qui dormaient sous les ponts près du canal et a détruit couvertures et duvets.

Comment dans ces conditions éviter qu’il y ait de la tension et des bousculades pour l’accès aux bus Atlas ?

Le 22, le quatrième bus n’est pas venu sur décision de la RATP après une petite bagarre lors du troisième bus, due notamment à l’impatience des personnes présentes du fait du retard des bus : le troisième n’est en effet parti qu’à 22h20.

Deux jours après, le personnel du cœur des Haltes qui n’arrivait pas à gérer l’appel des noms a décidé de faire partir le deuxième bus avec seulement une vingtaine de personnes bien qu’il n’y ait eu aucune bagarre. La réaction des personnes présentes, et pas seulement des exilés, a été de se mettre devant le bus pour l’empêcher de partir. Des policiers présents sont intervenus et ont discuté avec les responsables arrivés entre temps pour que le bus ne parte pas. Par la suite tout s’est déroulé normalement et les quatre bus sont partis.

Le 27, histoire de calmer la situation, le troisième bus est arrivé pour repartir immédiatement sous le regard ahuri des personnes présentes. Le cœur des Haltes avait décidé, peut-être après l’incident qui avait eu lieu à Chevaleret la veille entre des membres du personnel du cœur des Haltes et des exilés déçus de voir que ce centre avait fermé ses portes, qu’il ne travaillerait que si les forces de police étaient présentes. Ce soir là seuls trois policiers étaient en maraude dans la cité près le la place du Colonel Fabien. Insuffisant ! L’arrivée d’une voiture de police a permis de régler le problème, après discussions car le Commissariat n’était visiblement pas au courant. Le Bus arrive enfin mais énervement des gens du Cœur des Haltes et des personnes présentes, altercations et au départ du bus, une vitre arrière vole en éclat. Résultat pas de quatrième bus et 80 personnes dehors. Punition collective dont ont principalement souffert les exilés, qui pourtant, n’avaient eux strictement rien fait.

Par la suite, la police a été présente en permanence et le Cœur des Haltes a également décidé de distribuer des tickets pour éviter les problèmes liés à la confusion sur les noms. Ceci n’a en fait été fait que pour ceux restant dehors après le dernier bus, tout en continuant à prendre les noms, liste dont on se demande à quoi elle sert sinon à ralentir l’accès aux bus.

Le 30, malgré ce qu’espérait la Mairie du 10ème, le quatrième bus a été définitivement supprimé et chaque soir plus de 50 personnes doivent dormir dehors alors que des places sont disponibles à La Boulangerie… La préfecture par ailleurs s’inquiète d’une éventuelle instrumentalisation de cette structure par les passeurs, qui d’après elle, incluraient dans le prix du passage les nuitées d’hébergement d’urgence !! Lieu extrêmement accueillant où un afghan s’est d’ailleurs fait tabasser le 28, après avoir dénoncé un vol, sans que la sécurité présente ne daigne intervenir.

Début janvier des tensions sont également apparues entre jeunes de la cité et exilés. Deux fois de suite, les jeunes ont attaqué les afghans pour leur prendre leur sac ou leur argent. La police est intervenue avant que cela ne dégénère.

Et bien entendu les interventions hebdomadaires, régulières, de policiers en civil (RG) continuent et de plus en plus d’exilés se retrouvent avec des APRF, ce qui les forcera à rester dehors s’ils décident de demander l’asile en France (procédure prioritaire sans possibilité de logement et sans Allocation Temporaire d’Attente)

Et toujours l’errance liée au règlement Dublin

En France, depuis quelques mois, de nombreux afghans n’ont pas été expulsés vers la Grèce, suite à une décision du juge de la Liberté et de la Détention pour non respect des droits. Deux ont même été relâchés par la police avant d’aller en rétention, certainement car les policiers s’étaient rendu compte que faute de traducteur pour la notification des droits, les exilés seraient libérés par le JLD.

Quelques uns ont également été libérés par le juge du Tribunal Administratif pour manque d’informations dans leur langue.

Mais la partie de ping pong européenne continue pour la majorité d’entre eux.

Errance de cet exilé ayant demandé l’asile en France en 2006 et qui avait ensuite retiré ladite demande. Il était parti en Italie et vient d’être réadmis en France.

Errance de celui renvoyé de France en Italie il y a un mois mais dont l’Italie n’aurait parait-il pas accepté la demande d’asile et qui est revenu en France. Il risque d’être de nouveau mis en procédure Dublin et son espoir est que l’Italie cette fois-ci n’acceptera pas sa réadmission. Mais il a aussi des empreintes en Grèce !

Errance de celui qui a demandé l’asile en Angleterre et a été réadmis en Italie et qui veut demander maintenant l’asile en France

Errance de celui qui après la France a tenté sa chance en Suisse et a été renvoyé ici. Il veut maintenant partir en Angleterre pour y travailler illégalement quelques années.

Errance plus longue de cet afghan passé en France il y a quatre ans, parti en Suisse où il a été débouté de sa demande d’asile, puis en Allemagne où il est resté deux ans et hospitalisé. Après un bref passage à Paris il y a quelques mois, il vient de tenter à nouveau sa chance en Suisse mais a été pris près de la frontière et renvoyé en France.

Errance de celui qui était il y a quelques mois en France, est passé en Angleterre d’où il a été réadmis en Grèce. Là bas il a eu la « carte rouge » de demandeur d’asile et voudrait demander l’asile ici.

Errance de celui qui a demandé l’asile en Espagne, y est resté 8 mois et finalement allait être réadmis en Grèce. Il se demande maintenant où aller.

Errance probable de ce jeune de 21 ans arrivé en Grèce il y a 5 ans, qui a demandé l’asile et qui faute de réponse a décidé de venir en France.

Aucun ne comprend pourquoi la mesure d’éloignement reçue lors de la prise d’empreintes, ne leur permet pas de demander l’asile dans un autre pays. Pour eux si un pays les renvoie, il est serait normal qu’un autre pays accepte leur demande. Ils ne comprennent pas non plus pourquoi les empreintes seraient dans Eurodac alors que la police (grecque, italienne ou française) leur a dit qu’il n’y avait aucun problème s’il voulait aller dans un autre pays… mais faut-il croire ce que dit la police ?

Difficile de comprendre aussi pourquoi alors que la Grèce est critiquée pour son traitement des demandeurs d’asile, les pays européens continuent de les renvoyer là bas. Cet afghan qui a passé 5 jours dans une « prison » à Patras, sans manger et debout dans une cellule surpeuplée n’envisage en aucun cas de retourner dans ce pays.

Ceux qui ont été libérés par le JLD envisagent difficilement de rester « dehors », en procédure prioritaire, sans logement et sans ATA. Certains prennent alors la décision de partir ailleurs où au moins ils pourront trouver un logement et peut-être du travail.

Beaucoup de dublinisés espèrent que s’ils se rendent à la préfecture après la décision de réadmission, un juge annulera celle-ci et qu’ils pourront demander l’asile avec des conditions de vie normale. Certains pensent d’ailleurs que la France ne procède plus à des réadmissions vers la Grèce.

D’autres cependant, peut-être parce qu’ils ont des solutions alternatives , préfèrent ne pas y aller et attendre 6 mois pour déposer leur demande. En l’absence de convocation de la préfecture durant cette période, la France devra en effet traiter leur demande, faute d’avoir fait diligence pour les expulser. Mais encore faut-il avoir la patience d’attendre 6 mois et ne pas faire comme cet afghan qui a eu le malheur de se rendre à la préfecture trois jours trop tôt et qui s’est de nouveau retrouvé en procédure Dublin.

Alors quel espoir ?

S’engager dans la Légion Etrangère ? Pas facile comme en témoigne cet afghan ayant passé avec succès les premiers tests à Paris mais qui a été refusé après son séjour à Aubagne.

Partir aux Etats-Unis en s’inscrivant à la Green Card Loterie ?

Aller en Finlande ou en Norvège, pays qui disent examiner chaque cas individuel avant la réadmission et ne pas expulser s’ils n’ont pas l’assurance que la demande d’asile sera correctement examinée et que les droits du demandeur seront respectés ?

Partir en Israël est l’espoir de ce juif afghan qui a son accord de réadmission vers la Grèce. Mais pour cela il lui faudra attendre 6 mois, un an peut-être, avant d’avoir la réponse.

Pour cet autre afghan, malade, prouver qu’il ne peut être correctement soigné en Grèce sera-t-il suffisant pour rester en France ?

Pour beaucoup l’avenir sera la clandestinité.

| 0 X 0 | 39.8 ko
 
 
   
   
  compte rendu des activités et maraudes mars mai 2013
Activités et maraudes du Collectif de Soutien (...)
compte rendu des activités et maraudes janvier février 2013
Mineurs 3 janvier 2013 Il y avait 37 jeunes (...)
compte rendu des activités et maraudes novembre décembre 2012
Mineurs 4 novembre Ils sont entre 32 et 33 (...)
compte rendu des maraudes : septembre octobre 2012
Mineurs 1er septembre Après le calme (...)
compte rendu des maraudes : juin aout 2012
Juin - Aout 2012 Les mineurs 5 juin (...)
compte rendu des maraudes:mai 2012
Des mineurs toujours maltraités En mai ils (...)
compte rendu des maraudes : mars avril 2012
Compte rendu des activités et des maraudes du (...)
compte rendu des maraudes : janvier février 2012
Les mineurs dans le froid En janvier et en (...)
compte rendu des maraudes novembre décembre 2011
Les mineurs En 2011 nous avons rencontré (...)
compte rendu des maraudes septembre octobre 2011
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes juillet aout 2011
Les mineurs En juillet nous avons rencontrés (...)
compte rendu des maraudes juin 2011
Les mineurs En juin nous avons rencontrés 73 (...)
compte rendu des maraudes mai 2011
Les mineurs En mai 82 nouveaux mineurs (...)
compte rendu des maraudes avril 2011
Les mineurs En avril, 69 nouveaux mineurs (...)
compte rendu des maraudes mars 2011
Les mineurs Depuis janvier 2011 nous avons (...)
compte rendu des maraudes janvier février 2011
Les mineurs Durant les deux premiers mois de (...)
compte rendu des maraudes décembre 2010
Les mineurs Nous avons rencontré 124 (...)
compte rendu des maraudes novembre 2010
Les mineurs Durant ce mois de novembre nous (...)
compte rendu des maraudes octobre 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes septembre 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes août 2010
Mineurs dans l’attente Les vacances (...)
compte rendu des maraudes juillet 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
évacuation du canal : communiqué du Collectif
Exilés afghans : hypocrisie gouvernementale (...)
compte rendu des maraudes juin 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes mai 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes avril 2010
Les mineurs Nous avons vu 46 nouveaux (...)
compte rendu des maraudes mars 2010
Mineurs : toujours nombreux, toujours mal (...)
compte rendu des maraudes février 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes janvier 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
CP/Collectif de soutien des exilés du 10ème – GISTI - MRAP Nouvel hébergement parisien à l’ancien hôpital Saint-Lazare Toujours pas de réponse satisfaisante à la situation des exilés
Communiqué de Presse Collectif de soutien (...)
CP/Conditions de vie inhumaines des exilés dans le 10ème arrondissement à Paris
Conditions de vie inhumaines des exilés dans (...)
compte rendu des maraudes décembre 2009
Paroles de mineurs Voici ce que disaient (...)
compte rendu des maraudes novembre 2009
Après 4 ans, un espoir pour les mineurs ? Le (...)
compte rendu des maraudes octobre 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes septembre 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes du collectif août 2009
L’expulsion indigne des exilés des (...)
lettre ouverte des associations au maire de Paris après les expulsions des exilés des parcs du 10ème (signatures au 12 sept)
LETTRE OUVERTE À MONSIEUR DELANOE Monsieur (...)
Compte rendu des maraudes du Collectif de Soutien des Exilés du 10ème arrondissement de Paris Juillet 2009
Les mineurs toujours plus nombreux 52 (...)
À Paris, les exilés, principalement afghans, chassés du parc Villemin, seul abri qui leur est offert la nuit !
À Paris, les exilés, principalement afghans, (...)
compte rendu des maraudes du collectif juin 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes du collectif mai 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes avril 2009
Comment se débarrasser des mineurs afghans ? (...)
2e Cercle de silence devant l’église Saint-Laurent, Paris X
Dimanche 26 avril 17h - 18h Appel de (...)
compte rendu des maraudes mars 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
L’inhospitalité a tué deux exilés à Paris et à Calais/عدم مهمان نوازی باعث کشته شدن دو پناهنده در پاریس و کاله شد/Inhospitality killed two exiles in Paris and Calais
Communiqué du Collectif de soutien des exilés (...)
Action Amnesty International : 25 et 29 avril 2009 : demander l’asile est un droit, pas un délit
Les groupes parisiens d’Amnesty (...)
Intervention du Collectif au square Villemin (Paris 10ème) le 3 avril 2009 à l’occasion de la semaine du développement durable
Nous n’allons pas vous parler des (...)
compte rendu des maraudes février 2009
Février 2009 Toujours plus de mineurs (...)
CERCLE DE SILENCE ( دايره سکوت) le samedi 7 février 2009 17h - 18h sur le parvis de st Laurent PARIS 10
Le collectif des exilés du 10e a appellé à un (...)
Compte rendu de la réunion du comité de suivi du Kiosque du 22 janvier 2009
Compte rendu rédigé par le Collectif de (...)
Réunion des associations du 10ème avec la mairie - 13/02/09
COMPTE RENDU REDIGE PAR LES ASSOCIATIONS (...)
compte rendu des maraudes décembre 2008
Des mineurs de plus en plus nombreux En (...)
compte rendu des maraudes novembre 2008
Espoirs déçus pour la vingtaine de mineurs (...)
réunion publique le 28 novembre à Paris sur la situation des afghans
GUERRE EN AFGHANISTAN CHASSE AUX EXILES (...)
compte rendu des maraudes octobre 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes septembre 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes août 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en juillet 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
un après midi avec les exilés ; 5 juillet 2008 square Villemin
5 juillet : une éclaircie La journée débute (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en juin 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu de la réunion à la mairie du 10ème - 11 juin 08
Compte rendu de la réunion entre le Collectif (...)
Rencontre avec les exilés samedi 5 juillet de 13h à 18h
Organisée par le collectif des exilés du Xe (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en mai 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en avril 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en mars 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Avenue de Verdun 04/03/08
Avenue de Verdun Ch R. 04/03/08 Ils sont (...)
1000 jeunes français de plus en Afghanistan, combien de jeunes Afghans en sus dans le 10e arrondissement de Paris ?
1000 jeunes français de plus en Afghanistan, (...)
Maraude auprès des Irakiens présents dans le 10ème arrondissement
Affligeant de discuter avec les Irakiens (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en février 2008
Des mineurs moins nombreux que l’an (...)
Lexique pour les comptes rendus de maraudes
Allées de Verdun : allée située près de la (...)
Reportage : Paris, le quotidien de l’exil
A lire sur : http://www.leblogde21.com/ Au (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en janvier 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en décembre 2007
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en novembre 2007
De plus en plus de mineurs isolés étrangers (...)
Renversement d’image pour afficher l’invisibilité des exiles
De l’autre côté de l’affiche... (...)
Compte-rendu des maraudes d’octobre 2007 du Collectif
Le dispositif parisien d’accueil des (...)
Compte-rendu des maraudes de septembre 2007 du Collectif
Lire ce compte-rendu en pdf : Dur combat (...)
Irakiens, SDF à Paris, coincés entre deux enfers
PARIS, 15 nov 2006 (AFP) - "Je ne sais pas où (...)
Compte-rendu des maraudes de l’été 2007
L’accueil des exilés : version parisienne
Maraude de juin 2007
Exceptionnellement les pièces jointes ne sont (...)
compte rendu des maraudes du collectif mai 2007

Compte-rendu des maraudes d’avril 2007
Lire ce compte-rendu en pdf : L’approche
Compte-rendu des maraudes de mars 2007
Lire ce compte-rendu en pdf : Les mineurs (...)
Compte-rendu de Février 2007
Le mois de février a été marqué par la chasse (...)
Compte-rendu des maraudes de janvier 2007
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte-rendu des maraudes de décembre 2006
Retrouvez les autres compte-rendus de maraude (...)
Compte-rendu des maraudes de novembre 2006
Retrouvez les autres compte-rendus de maraude (...)
Compte rendu des maraudes d’octobre 2006
Alors que le froid a fait son arrivée, tout (...)
Maraudes de septembre 2006
Les familles sont parties Sur les 7 familles (...)
Maraudes de juillet et d’août 2006
Appliquer chaque fois que c’est (...)
Compte rendu des maraudes de juin 2006
Retrouvez les autres comptes-rendus de (...)
Compte-rendu des maraudes de mai 2006
Retour Avenue de Verdun et sur les quais du (...)
Compte-rendu des maraudes d’ avril 2006
« Cela me ramène des années en arrière quand (...)
Les rafles discriminatoires d’étrangers seraient-elles légales ?
Dimanche 7 mai 2006, huit avocat-e-s de (...)
Maraudes de mars 2006
Cette année, sans doute sous la pression des (...)
Compte-rendu des maraudes de février 2006
Durant ce mois de février il y avait seulement
Maraudes de décembre 2005 et janvier (Gare de l’Est, Paris X)
« Si on ouvrait 1000 places demain, il y (...)

 
 

Entrez votre recherche dans le formulaire ci-dessus puis validez.
 
  Plan du site / Web map  
  Espace privé  
   
Accueil - Fil d'info - Site réalisé avec SPIP