accueil
  Qui sommes nous ? | Sur l'asile | Maraudes | Exilés mineurs | Presse pays d'exil | Nous contacter | Photos | Archives
  Liens | A Calais | Les exilés sur les routes d'Europe | Adresses utiles à Paris

Accueil du site > Maraudes > compte rendu des maraudes du collectif juin 2009

compte rendu des maraudes du collectif juin 2009

mardi 14 juillet 2009, par exilés 10


Compte rendu des maraudes du Collectif de Soutien des Exilés du 10ème arrondissement de Paris Juin 2009

Les mineurs

Nous avons rencontré 46 nouveaux mineurs en juin.

Toujours aussi mal accueillis, certains tentent leur chance ailleurs, parfois pour revenir à Paris après quelques jours s’ils ont été arrêtés en Allemagne ou plusieurs semaines lorsqu’ils sont fatigués de leur séjour infructueux à Calais ou remis dans le train pour Paris par la police comme ce jeune rencontré le 15 juin. Lorsqu’ils reviennent, ils ne retrouvent pas toujours la place qu’ils avaient. Ce jeune de 13 ans qui était à Enfants du Monde Droits de l’Homme était furieux qu’EMDH le raccompagne place du colonel Fabien le 2 juin pour être stocké ensuite à l’ESI de l’armée du salut. Le lendemain il a refusé d’y aller et a été agressé le 4 juin par deux individus ivres. Exemple de la mise en danger des mineurs qu’entraine cet accueil déplorable bafouant la protection de l’enfance. D’autant plus que les plus jeunes sont les moins protégés, comme celui de 13 ans qui est resté plusieurs semaines stocké avant de décider de partir. Il était toujours à l’écart des autres mais personne ne semblait vraiment s’interroger sur cette attitude. Une psychologue de MSF en maraude, troublée par cette situation, voulait interpeller Myriam El Khomri.

Et à 7h ils sont mis dehors quelque soit le temps. Il faisait 12° et il pleuvait ce 5 juin lorsqu’ils ont dû aller dans le parc, beaucoup vêtus d’un simple T shirt ! Dans ces conditions et à cette heure matinale aucun des journalistes qui viennent avec FTDA le soir, pour les voir passer !

Les contestations d’expertise d’âge se multiplient…d’autant plus que les jeunes fatigués de devoir attendre des mois une prise en charge décident, malgré les risques que nous leur indiquons, d’aller eux-mêmes à l’ASE…mais l’ASE est décidée à tout faire pour se débarrasser de ces jeunes. Pour certains ce délai dans la prise en charge remet en cause leur avenir, comme ce jeune de 15 ans et quelques, depuis 6 mois à l’hôtel et qui risque de ne pas être pris en charge avant 16 ans et donc d’avoir des problèmes de régularisation à 18 ans. Consignes de la hiérarchie parait-il, que vivent mal certains intervenants. Pas de présomption de minorité, mépris de l’article 47 du Code Civil sur la reconnaissance des documents d’état civil…

Le 18 juin nous avons donc interpellé avec le GISTI et le MRAP Myriam El Khomri, chargée de la protection de l’enfance au sujet de l’appel fait par l’ASE contre une OPP prise pour un jeune afghan. Ce jeune a très mal vécu cet appel et était complètement désespéré.

Sa situation est en effet emblématique d’une distorsion qu’on observe de façon récurrente entre la pratique de l’Aide sociale à l’enfance (ASE) de Paris et les principes affichés par les autorités politiques du Conseil de Paris, dont vous êtes actuellement la représentante mandatée. C’est pourquoi nous vous demandons d’y porter une particulière attention et d’en tirer des conclusions d’ordre général.

Ce jeune Afghan a été déclaré majeur par une expertise médicale. Mais le tribunal pour enfants de Paris l’a jugé mineur (17 ans) le 26 mai 2009 à la suite d’une saisine du GISTI.

L’ASE a décidé de former appel contre cette décision du juge des enfants.

Il ne s’agit malheureusement pas d’un cas unique de contestation par l’ASE d’une décision judiciaire de minorité, mais nous en sommes particulièrement surpris parce qu’elle contredit les assurances en sens opposé que vous nous avez récemment données.

Nous jugeons cette contestation inacceptable parce que le jeune homme a produit un document afghan d’état civil (sa taskera) qui atteste de sa minorité, et qu’il n’y a dès lors aucune légitimité à ne pas se contenter d’en prendre acte en application d’une jurisprudence constante en la matière. Dans ces conditions, le recours de l’ASE à des techniques médicales notoirement approximatives nous semble le signe évident d’une volonté particulièrement inadmissible d’éviter de remplir sa mission de protection.

Vous conviendrez avec nous que l’ASE manifeste ainsi une désinvolture certaine à l’égard notamment de l’article 3 de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant selon lequel : 1. Dans toutes les décisions qui concernent les enfants, qu’elles soient le fait des institutions publiques ou privées de protection sociale, des tribunaux, des autorités administratives ou des organes législatifs, l’intérêt supérieur de l’enfant doit être une considération primordiale.

Nous vous demandons d’une part, d’intervenir pour que l’ASE se désiste de cet appel.

Nous vous demandons d’autre part, sur la base de ce cas particulièrement instructif, d’adresser à l’ASE des instructions claires et fermes pour que les décisions favorables des juges des enfants ne fassent jamais l’objet d’appels ou de contestations de sa part. Il va de soi que plus ces instructions seront publiques, moins elles seront inappliquées. Nous vous invitons donc à édicter une règle dont tout un chacun puisse avoir connaissance.

Il va de soi que si l’ASE ne se désistait pas de son appel, nous donnerions au jeune les moyens d’assurer sa défense, comme à tous ceux qui éprouveraient les mêmes difficultés. Et nous ne manquerons pas d’intervenir à leur côté.

Mais nous espérons n’avoir pas à en venir à ces moyens parce que vous saurez imposer à l’ASE la politique dont vous nous avez expliqué l’orientation contraire.

L’ASE a toujours autant de mal à prendre en compte les problèmes de ces jeunes, les référents étant souvent réduits à une gestion des flux. Comment ne pas se poser des questions lorsque l’un jeune revient de province après avoir refusé d’entrer dans la maison de la famille d’accueil et avoir préféré dormir dehors sous une tente ? Un suivi socio éducatif réel est une nécessité.

Et toujours cette idée que les jeunes qui demandent de l’argent, le font pour continuer leur voyage. Comme si ces mineurs n’avaient pas besoin de se déplacer, de manger, de se vêtir. Le mineur acceptable pour l’ASE est celui qui a un visage très jeune, qui est gentil, qui ne demande rien et surtout ni argent ni hébergement et qui ne s’énerve pas lorsqu’on lui dit qu’il va continuer à dormir dans la rue !

APRF, Dublin, hébergement… préoccupations quotidiennes des exilés

Les RG continuent d’intervenir régulièrement dans le parc. Opérations de harcèlement qui conduisent à décourager les exilés de demander l’asile en France. En effet, les policiers donnent des arrêtés de reconduite à la frontière qui ont pour seul effet (puisqu’ils ne cherchent pas à les exécuter) de les condamner à la « procédure prioritaire », c’est à -dire à vivre dehors durant toute la procédure. Beaucoup dans ces conditions préfèrent tenter leur chance ailleurs.

Même problème pour ceux qui sont en procédure Dublin et de plus en plus pour ceux qui obtiennent une autorisation de séjour. C’est la première année en effet où l’on rencontre autant de détenteurs de cartes vertes (APS) ou jaunes (Récépissé) devant dormir dans le parc durant des mois.

Les exilés en ont assez de devoir dormir dehors alors même qu’ils ont demandé l’asile en France. Ils pensaient que recherchant la protection de la France ils seraient mieux traités. Ils essaient par tous les moyens de se sortir de la rue. Le passage d’EMMAUS au parc, annonçant une simple distribution de petits déjeuners s’est transformé le 14 juin en une rumeur d’ouverture d’un nouveau « camp » où tous les exilés seraient hébergés. Certains misent sur les attestations données par l’hôpital St Louis ou sur leur dossier médical parfois bien fourni… mais FTDA ne leur donne pas une chambre d’hôtel pour autant. Un Afghan assez âgé, marchant avec des béquilles et ayant de nombreuses séquelles de blessures n’a pu être logé que par l’association Pierre Claver. Un autre avec une suspicion d’hépatite, très fatigué, à l’approche du renouvellement de son récépissé doit toujours passer ses nuits dans le parc. Comment s’étonner dans ces conditions, des tensions avec les gardiens du parc dont ces derniers se plaignaient lors d’une maraude le 21 juin,

L’espoir né des décisions de suspension de réadmission, assez nombreuses à Paris après des référés au TA, disparaît vite. Retournant au Centre de Réception des Etrangers, la plupart se voient remettre une nouvelle convocation Dublin. Un exilé a ainsi été envoyé quatre fois au centre de rétention, quatre fois de suite il a bénéficié d’une suspension de la mesure de réadmission et a dû attendre ensuite plusieurs semaines supplémentaires avant d’être convoqué au 8ème bureau pour être mis en procédure prioritaire. Plus d’une année avant de pouvoir demander l’asile, avec la perspective de rester dehors et sans allocation !

Pour ceux qui ne se sont pas rendus à la préfecture après la décision de réadmission, et qui ont décidé d’attendre 6 mois, aucune assurance que leur demande d’asile sera acceptée. Un Afghan a demandé l’asile en août 2008 et ayant attendu 6 mois il a été remis sous Dublin puis envoyé en rétention fin mai. Son avocat lui a conseillé d’attendre une éventuelle convocation de la préfecture, ou 6 mois si rien ne venait. 1 an et trois mois d’attente dans le parc !

Heureusement quelques uns obtiennent leur APS à l’issue de cette longue attente. Certains ont reçu une information que la préfecture de Bobigny donnerait plus facilement des APS après 6 mois. Reste qu’il faut déjà avoir une adresse dans le 93. Un exilé s’est présenté là-bas en disant qu’il dormait dans un parc de Bobigny mais a été renvoyé.

Des dublinisés pensent que leurs empreintes ne seront pas retrouvées s’ils partent en province. Peu de chance, de même pour cet Afghan en procédure prioritaire qui voulait retourner à la préfecture avec un autre nom.

Nouveauté de ce mois la réadmission sur la base d’empreintes dans le Système d’Information Schengen. Un Afghan arrivé par avion à Bruxelles a été interpellé. Venu en France demander l’asile il a reçu une convocation pour une réadmission spécifiant « empreintes Schengen en Belgique ». Si la préfecture commence à rechercher dans le SIS, plus beaucoup d’espoir pour les exilés de pouvoir demander l’asile en France, vu que beaucoup ont été arrêtés hors des zones frontières en Grèce ou en Italie. Si leurs empreintes ne sont ni dans Eurodac ni dans le SIS, ils auront beaucoup de chance.

De plus en plus de passages via la Hongrie, multipliant ainsi le nombre de pays traversés et les possibilités d’avoir des empreintes dans Eurodac. C’était le cas de cette dizaine d’Afghans arrivés à Paris le 22 juin.

Des allers retours sans fin

A cause des empreintes, des expulsions vers leur pays d’origine, des conditions d’accueil, les exilés vont de pays en pays.

Cet Afghan expulsé vers Kaboul par l’Angleterre revient après un an demander l’asile en Europe. Mais où cela sera-t-il possible avec les empreintes prises en Grèce lors de ce nouveau voyage ?

Cet autre, réfugié en Italie, a tenté de demander l’asile en Angleterre. Bizarrement ses empreintes n’ont pas été retrouvées. Débouté il a été renvoyé à Kaboul et espère maintenant pouvoir revenir et récupérer ses documents italiens

Beaucoup d’ailleurs quittent l’Italie pour essayer de se faire accepter ailleurs. Les conditions de vie des réfugiés là bas semblent en effet se dégrader et durant ce mois une dizaine est arrivée à Paris, certains sur les conseils d’un « avocat » qui leur avait garanti qu’ils pourraient s’installer en France sans problème. Ils décrivent le travail au noir (700 euros pour 12 heures de travail par jour), le manque de logement, la xénophobie et le racisme ambiant. Un jeune ismaélien, de retour après être reparti en Italie l’an dernier et avoir obtenu son statut de réfugié, dit avoir été agressé dans les rues de Rome. Hélas il n’a aucun document le prouvant.

Et l’incompréhension de ces règlements complexes

Pour beaucoup les mesures d’éloignement signifient l’autorisation d’aller demander l’asile ailleurs en Europe. Ce n’est pas ce qui est écrit dans les documents qu’ils reçoivent dans les différents pays, mais visiblement ailleurs comme en France les autorités ne se soucient pas trop de fournir des traducteurs.

Par ailleurs dans les pays qu’ils ont traversés avant d’arriver en France peu d’organisations leur apportent des informations sur leurs droits dans le pays ou en Europe, et encore moins dans leur langue

Alors qui peut leur expliquer les documents incompréhensibles que la police leur remet ?

Le problème de la traduction se pose en France à différents niveaux. Lorsqu’ils ont fait avec FTDA leur demande d’asile aucun traducteur ne leur est fourni pour faire la traduction dans leur langue de ce qui est écrit en français. Ils ne peuvent donc pas vérifier ce qui a été écrit, sauf lorsqu’il y a des erreurs qu’ils peuvent remarquer eux-mêmes, comme cet Afghan furieux en constatant que les chiffres écrits étaient faux (sommes versées pour le voyage), tellement furieux qu’il voulait aller au HCR. A l’OFPRA durant les entretiens, nombreux sont ceux qui se plaignent des traducteurs iraniens qui d’après eux ne les comprennent pas ou déforment ce qu’ils disent. A la préfecture, si l’absence de traducteur au centre de réception des étrangers leur est plutôt favorable, permettant ainsi au juge de suspendre les décisions de réadmission car ils n’ont pas été informés dans une langue qu’ils connaissent, l’obligation pour ceux qui sont en procédure prioritaire de se rendre au 8ème bureau avec un traducteur conduit à un allongement de la procédure. Peu de traducteurs sont en effet disponibles pour les accompagner.

CR maraude juin 09 | 0 X 0 | 40.9 ko
 
 
   
   
  compte rendu des activités et maraudes mars mai 2013
Activités et maraudes du Collectif de Soutien (...)
compte rendu des activités et maraudes janvier février 2013
Mineurs 3 janvier 2013 Il y avait 37 jeunes (...)
compte rendu des activités et maraudes novembre décembre 2012
Mineurs 4 novembre Ils sont entre 32 et 33 (...)
compte rendu des maraudes : septembre octobre 2012
Mineurs 1er septembre Après le calme (...)
compte rendu des maraudes : juin aout 2012
Juin - Aout 2012 Les mineurs 5 juin (...)
compte rendu des maraudes:mai 2012
Des mineurs toujours maltraités En mai ils (...)
compte rendu des maraudes : mars avril 2012
Compte rendu des activités et des maraudes du (...)
compte rendu des maraudes : janvier février 2012
Les mineurs dans le froid En janvier et en (...)
compte rendu des maraudes novembre décembre 2011
Les mineurs En 2011 nous avons rencontré (...)
compte rendu des maraudes septembre octobre 2011
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes juillet aout 2011
Les mineurs En juillet nous avons rencontrés (...)
compte rendu des maraudes juin 2011
Les mineurs En juin nous avons rencontrés 73 (...)
compte rendu des maraudes mai 2011
Les mineurs En mai 82 nouveaux mineurs (...)
compte rendu des maraudes avril 2011
Les mineurs En avril, 69 nouveaux mineurs (...)
compte rendu des maraudes mars 2011
Les mineurs Depuis janvier 2011 nous avons (...)
compte rendu des maraudes janvier février 2011
Les mineurs Durant les deux premiers mois de (...)
compte rendu des maraudes décembre 2010
Les mineurs Nous avons rencontré 124 (...)
compte rendu des maraudes novembre 2010
Les mineurs Durant ce mois de novembre nous (...)
compte rendu des maraudes octobre 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes septembre 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes août 2010
Mineurs dans l’attente Les vacances (...)
compte rendu des maraudes juillet 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
évacuation du canal : communiqué du Collectif
Exilés afghans : hypocrisie gouvernementale (...)
compte rendu des maraudes juin 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes mai 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes avril 2010
Les mineurs Nous avons vu 46 nouveaux (...)
compte rendu des maraudes mars 2010
Mineurs : toujours nombreux, toujours mal (...)
compte rendu des maraudes février 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes janvier 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
CP/Collectif de soutien des exilés du 10ème – GISTI - MRAP Nouvel hébergement parisien à l’ancien hôpital Saint-Lazare Toujours pas de réponse satisfaisante à la situation des exilés
Communiqué de Presse Collectif de soutien (...)
CP/Conditions de vie inhumaines des exilés dans le 10ème arrondissement à Paris
Conditions de vie inhumaines des exilés dans (...)
compte rendu des maraudes décembre 2009
Paroles de mineurs Voici ce que disaient (...)
compte rendu des maraudes novembre 2009
Après 4 ans, un espoir pour les mineurs ? Le (...)
compte rendu des maraudes octobre 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes septembre 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes du collectif août 2009
L’expulsion indigne des exilés des (...)
lettre ouverte des associations au maire de Paris après les expulsions des exilés des parcs du 10ème (signatures au 12 sept)
LETTRE OUVERTE À MONSIEUR DELANOE Monsieur (...)
Compte rendu des maraudes du Collectif de Soutien des Exilés du 10ème arrondissement de Paris Juillet 2009
Les mineurs toujours plus nombreux 52 (...)
À Paris, les exilés, principalement afghans, chassés du parc Villemin, seul abri qui leur est offert la nuit !
À Paris, les exilés, principalement afghans, (...)
compte rendu des maraudes du collectif mai 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes avril 2009
Comment se débarrasser des mineurs afghans ? (...)
2e Cercle de silence devant l’église Saint-Laurent, Paris X
Dimanche 26 avril 17h - 18h Appel de (...)
compte rendu des maraudes mars 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
L’inhospitalité a tué deux exilés à Paris et à Calais/عدم مهمان نوازی باعث کشته شدن دو پناهنده در پاریس و کاله شد/Inhospitality killed two exiles in Paris and Calais
Communiqué du Collectif de soutien des exilés (...)
Action Amnesty International : 25 et 29 avril 2009 : demander l’asile est un droit, pas un délit
Les groupes parisiens d’Amnesty (...)
Intervention du Collectif au square Villemin (Paris 10ème) le 3 avril 2009 à l’occasion de la semaine du développement durable
Nous n’allons pas vous parler des (...)
compte rendu des maraudes février 2009
Février 2009 Toujours plus de mineurs (...)
compte rendu des maraudes janvier 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
CERCLE DE SILENCE ( دايره سکوت) le samedi 7 février 2009 17h - 18h sur le parvis de st Laurent PARIS 10
Le collectif des exilés du 10e a appellé à un (...)
Compte rendu de la réunion du comité de suivi du Kiosque du 22 janvier 2009
Compte rendu rédigé par le Collectif de (...)
Réunion des associations du 10ème avec la mairie - 13/02/09
COMPTE RENDU REDIGE PAR LES ASSOCIATIONS (...)
compte rendu des maraudes décembre 2008
Des mineurs de plus en plus nombreux En (...)
compte rendu des maraudes novembre 2008
Espoirs déçus pour la vingtaine de mineurs (...)
réunion publique le 28 novembre à Paris sur la situation des afghans
GUERRE EN AFGHANISTAN CHASSE AUX EXILES (...)
compte rendu des maraudes octobre 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes septembre 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes août 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en juillet 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
un après midi avec les exilés ; 5 juillet 2008 square Villemin
5 juillet : une éclaircie La journée débute (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en juin 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu de la réunion à la mairie du 10ème - 11 juin 08
Compte rendu de la réunion entre le Collectif (...)
Rencontre avec les exilés samedi 5 juillet de 13h à 18h
Organisée par le collectif des exilés du Xe (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en mai 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en avril 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en mars 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Avenue de Verdun 04/03/08
Avenue de Verdun Ch R. 04/03/08 Ils sont (...)
1000 jeunes français de plus en Afghanistan, combien de jeunes Afghans en sus dans le 10e arrondissement de Paris ?
1000 jeunes français de plus en Afghanistan, (...)
Maraude auprès des Irakiens présents dans le 10ème arrondissement
Affligeant de discuter avec les Irakiens (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en février 2008
Des mineurs moins nombreux que l’an (...)
Lexique pour les comptes rendus de maraudes
Allées de Verdun : allée située près de la (...)
Reportage : Paris, le quotidien de l’exil
A lire sur : http://www.leblogde21.com/ Au (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en janvier 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en décembre 2007
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en novembre 2007
De plus en plus de mineurs isolés étrangers (...)
Renversement d’image pour afficher l’invisibilité des exiles
De l’autre côté de l’affiche... (...)
Compte-rendu des maraudes d’octobre 2007 du Collectif
Le dispositif parisien d’accueil des (...)
Compte-rendu des maraudes de septembre 2007 du Collectif
Lire ce compte-rendu en pdf : Dur combat (...)
Irakiens, SDF à Paris, coincés entre deux enfers
PARIS, 15 nov 2006 (AFP) - "Je ne sais pas où (...)
Compte-rendu des maraudes de l’été 2007
L’accueil des exilés : version parisienne
Maraude de juin 2007
Exceptionnellement les pièces jointes ne sont (...)
compte rendu des maraudes du collectif mai 2007

Compte-rendu des maraudes d’avril 2007
Lire ce compte-rendu en pdf : L’approche
Compte-rendu des maraudes de mars 2007
Lire ce compte-rendu en pdf : Les mineurs (...)
Compte-rendu de Février 2007
Le mois de février a été marqué par la chasse (...)
Compte-rendu des maraudes de janvier 2007
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte-rendu des maraudes de décembre 2006
Retrouvez les autres compte-rendus de maraude (...)
Compte-rendu des maraudes de novembre 2006
Retrouvez les autres compte-rendus de maraude (...)
Compte rendu des maraudes d’octobre 2006
Alors que le froid a fait son arrivée, tout (...)
Maraudes de septembre 2006
Les familles sont parties Sur les 7 familles (...)
Maraudes de juillet et d’août 2006
Appliquer chaque fois que c’est (...)
Compte rendu des maraudes de juin 2006
Retrouvez les autres comptes-rendus de (...)
Compte-rendu des maraudes de mai 2006
Retour Avenue de Verdun et sur les quais du (...)
Compte-rendu des maraudes d’ avril 2006
« Cela me ramène des années en arrière quand (...)
Les rafles discriminatoires d’étrangers seraient-elles légales ?
Dimanche 7 mai 2006, huit avocat-e-s de (...)
Maraudes de mars 2006
Cette année, sans doute sous la pression des (...)
Compte-rendu des maraudes de février 2006
Durant ce mois de février il y avait seulement
Maraudes de décembre 2005 et janvier (Gare de l’Est, Paris X)
« Si on ouvrait 1000 places demain, il y (...)

 
 

Entrez votre recherche dans le formulaire ci-dessus puis validez.
 
  Plan du site / Web map  
  Espace privé  
   
Accueil - Fil d'info - Site réalisé avec SPIP