accueil
  Qui sommes nous ? | Sur l'asile | Maraudes | Exilés mineurs | Presse pays d'exil | Nous contacter | Photos | Archives
  Liens | A Calais | Les exilés sur les routes d'Europe | Adresses utiles à Paris

Accueil du site > Maraudes > compte rendu des maraudes octobre 2009

compte rendu des maraudes octobre 2009

mardi 17 novembre 2009, par exilés 10


Compte rendu des maraudes du Collectif de Soutien des Exilés du 10ème arrondissement de Paris Octobre 2009

Paris Calais : la chasse aux exilés s’accentue…

Après la destruction des jungles de Calais, le 22 septembre, la pression policière sur les exilés présents à Paris s’est accentuée. Depuis plus d’un an des rafles hebdomadaires ont lieu mais jusqu’ici très peu d’exilés ont été envoyés en rétention. Ils ressortaient du poste le lendemain avec un APRF. Mais depuis fin septembre de nombreux exilés, une petite dizaine chaque semaine, ont été envoyés en rétention. Beaucoup seront libérés par les Juges de la Liberté et de la Détention pour faute de procédure, comme cet afghan interrogé en présence d’un traducteur qui travaillait d’après les PV au même moment dans un autre bureau.

Ceux mis en rétention aux quatre coins de la France après l’opération de Calais ont continué à arriver à Paris. Certains ont été victimes des rafles mais sont souvent ressortis sans problème du poste de police, comme celui venant de Rouen dont l’APRF avait été annulé et qui a eu un simple « rappel à la loi », celui venant de Toulouse qui n’a rien reçu ou cet autre arrêté malgré la convocation Dublin et qui a quand même passé 24h en garde à vue.

Certains retenus ayant demandé l’asile en centre de rétention ont obtenu leur statut de réfugié.

Cette pression policière et l’opération de Calais, ont fait naître des inquiétudes et des rumeurs d’expulsion. Le 9 septembre les exilés parlaient de 150 expulsés, rumeur non fondée mais prémonitoire.

Le premier charter pour l’Afghanistan décolle

Le 20 octobre trois afghans ont été expulsés vers l’Afghanistan. L’un d’eux avait été arrêté lors d’une rafle dans le jardin Villemin. Cette expulsion a renforcé les craintes des Afghans qui parlaient alors de 300 expulsés et fait émerger de nombreuses questions sur leur possibilité d’avenir. Pour beaucoup le charter a signifié que la France ne voulait plus accepter les exilés afghans, ne voulait plus leur accorder de protection. Leur inquiétude s’étend à l’ensemble des pays européens, inquiétude renforcée par des rumeurs (fondées ?), comme celle entendue le 11 octobre selon laquelle la Norvège allait mettre en place en Afrique des camps où seraient renvoyés les Afghans dans l’attente de la décision sur leur demande d’asile en Norvège.

Le 3 octobre des Afghans en costume cravate sont venus voir les Afghans dans le parc. Certains exilés disent que ce sont des officiels liés aux services de l’immigration afghans. Faut-il y voir une relation avec le départ du charter deux semaines plus tard ?

Un retour des réadmissions en Grèce ?

En Octobre on a assisté à un revirement des décisions du Tribunal Administratif de Paris concernant les réadmissions vers la Grèce. Plusieurs référés n’ont pas conduit, comme c’était le cas les mois précédents, à des suspensions de réadmissions.

Ceux qui ont des empreintes en Grèce risquent donc d’être réadmis dans ce pays.

Ce sera certainement le cas de celui qui a trois pays indiqué sur sa convocation Dublin. La Grèce où ses premières empreintes ont été prises, la Hongrie (pays où ils sont de plus en plus nombreux à passer) et l’Autriche. Ce dernier pays l’a renvoyé dans le deuxième qui a son tour l’a expulsé vers le premier. En Grèce il a fait une demande d’asile et a reçu la carte « rouge », l’équivalent de la carte verte (autorisation provisoire de séjour) en France. Ce ne sera pas un problème pour ce mineur de 16 ans qui a suivi le même trajet, ni pour ces deux autres de 14 et 15 ans arrêtés en Allemagne et renvoyés en France, car heureusement la France n’expulse pas encore les mineurs.

Un afghan arrivé en 2007 en Europe a eu ses empreintes prises en Grèce, en Italie, en Suède, en Allemagne, en Belgique et en Grande Bretagne d’où il a été renvoyé en Grèce. Demandant l’asile en France il a été mis sous Dublin avec deux pays de destination : la Grèce et la Grande Bretagne.

Un autre expulsé de Grèce en Turquie échappera peut-être à la réadmission. Lors de son retour ses empreintes n’ont pas été prises et il dit pouvoir prouver cette expulsion hors de l’Union Européenne ce qui devrait « annuler » les premières empreintes d’après le règlement de Dublin .

Qu’en sera-t-il pour cet Afghan qui après 5 ans en Iran est arrivé en Grèce où ses empreintes ont été prises ? Passé en Italie il a été renvoyé en Grèce où il a eu une autorisation de séjour d’un mois au terme de laquelle il a été expulsé en Turquie. De retour en Grèce il a été emprisonné trois mois. Comme il a été interviewé par les télés grecques et italiennes il a peur d’être renvoyé dans un de ces deux pays « où sa tête est maintenant connue » et surtout d’être de nouveau expulsé en Turquie

Pour se refaire une virginité, un Afghan envisageait de demander le retour volontaire pour pouvoir revenir plus tard en espérant qu’il évitera la prise d’empreinte avant d’arriver en France. Un autre envisageait de se « planquer » 6 mois, le délai après l’acceptation de la Grèce au-delà duquel il ne serait plus réadmissible, à la légion étrangère. Il avait juste oublié, qu’outre la difficulté d’y rentrer, il lui faudrait y rester 5 ans.

Des conditions de vie toujours inacceptables

La baisse de la température a rendu la situation des exilés dormant le long du canal encore plus difficile.

Chaque soir ce sont maintenant entre 40 et 60 personnes, la quasi-totalité étant des Afghans, qui ne peuvent aller au centre d’hébergement d’urgence et qui font la queue pour donner leur nom pour le bus du lendemain. Ils dormiront sous les ponts (notamment Jaurès et Louis Blanc) et l’on retrouve des images vues en 2006/2007 : un alignement d’exilés, une vingtaine de chaque côté, enfoncés dans les quelques duvets et couvertures qu’ils ont reçus. Ils dormiront aussi dans les petits squares le long du canal, place Robert Desnos ou autour de la Place Follereau.

Sous les ponts ou le long du canal près du pont Varlin, ils sont peu dérangés, sauf par la police au petit matin ou par des ivrognes (comme le 17 octobre où les afghans qui dormaient ont reçu des coups de pieds de plusieurs types, ce qui a dégénéré en bagarre et déclenché l’intervention de la police). Mais la situation est très différente dans les autres lieux.

Place robert Desnos il y a souvent des tensions avec les jeunes de la cité et le 15 lors d’une bagarre un Afghan a été sérieusement blessé (7 jours d’hospitalisation).

Ils ne peuvent plus dormir dans la station service désaffectée en face de la gare de l’est depuis l’intervention du 19 au matin qui a conduit à la destruction des couvertures, des duvets et aussi comme d’habitude des affaires personnelles.

Autour de la Place Follereau, ils se heurtent à l’hostilité d’un groupe de riverains ou de la police comme le raconte ce témoin :

« Le 20/10 j’ai vu un groupe de 10 jeunes installé sur des cartons place Raoul Follereau. Pendant que j’étais en train de leur dire que la police passe régulièrement pour vider cet endroit, un SDF français qui "loge" dans le passage allant vers la rue du Terrage est venu en criant « ..qu’ils dégagent autrement.... ». Ensuite la gardienne est sortie en robe de chambre pour les insulter, criant qu’ils quittent immédiatement les lieux. J’ai essayé la diplomatie avec elle mais elle m’a traité ainsi que toutes les associations d’hypocrites, elle disait que nous sommes la vraie cause de la fuite des afghans de chez eux, des propos vraiment ridicules - le fait de donner quelque chose à manger lui donnaient des spasmes de haine et racistes. Les afghans médusés m’ont demandé une traduction - j’ai simplement expliqué la peur et l’ignorance de ces personnes. Ils sont partis trainant leurs cartons. 5 minutes plus tard 2 motards de la police sont venus sur les lieux. »

Cette tension s’est ressentie lors du Conseil de Quartier Grange aux belles comme le raconte cet habitant présent :

« J’étais hier à la réunion du comité de quartier qui était très chaude. La salle était divisée en deux parties assez égales. Les habitants de la résidence place Follereau très excités parlant de lancer des opérations pour faire partir les Afghans. A Lhostis et AP Peyraud qui ont cité le collectif et les associations liées, ont eu beaucoup de mal à calmer la fureur. Effectivement, la police a pour consigne de passer toutes les heures sous les arcades pour les faire "dégager" comme cela a été dit. Finalement une motion du conseil de quartier dénonçant la situation sera signée afin d’être transmise au gouvernement. »

Et voici des extraits du compte rendu de cette réunion dans laquelle on notera nombre d’idées reçues (réfugiés en transit, qui n’ont comme seule volonté que d’aller en Angleterre)

Aide aux sans-logis du quartier Monsieur Patrick Henry, médecin à la RATP, chargé de mission « Lutte contre la grande exclusion », dans le brouhaha, entame son intervention en expliquant comment on tombe dans cette situation d’exclusion et comment en sortir…. …A ce moment de l’exposé, une habitante agresse verbalement le docteur Henry et avec d’autres réclame vivement que les Sdf et réfugiés soient chassés du quartier. Devant cette agression le docteur Henry quitte la réunion. …

Respect et accueil des réfugiés afghans Monsieur Grégoire Caffin pense que les demandes d’intervention du Samu social auprès des réfugiés restent sans succès, car ceux-ci sont en transit, ne veulent pas s’incruster et désirent rester groupés ;… …Monsieur L précise que les réfugiés sont des êtres humains et qu’il est donc nécessaire de les accueillir en particulier durant les périodes hivernales. Le manque de places d’hébergement conduit inévitablement à cette situation et aux tensions actuelles. Un habitant intervient pour souligner que la concentration de population à la rue conduit à la création de ghettos avec comme conséquence une situation difficile à gérer ensuite. D’autres arrondissements pourraient être sollicités à l’effort de solidarité indispensable. D’autres habitants estiment que la situation sanitaire et l’hygiène sont d’autant plus difficiles que les nouvelles toilettes publiques dans le quartier ne sont toujours pas en service, plusieurs semaines après leur implantation… …. Il est constaté que les réfugiés se regroupent le matin et qu’ils n‘ont qu’une volonté, celle de passer en Angleterre. Monsieur Peyraud rappelle que plusieurs pays européens sont confrontés au même problème, d’où la loi dite Dublin 2, à savoir qu’une demande d’asile ne peut se faire que dans le pays de la première interpellation. C’est un fait qu’il y a de plus en plus de réfugiés dans le quartier, ce qui a conduit la mairie de Paris à fermer le jardin Villemin afin de le rendre aux riverains. En fait, toutes les interventions des différents orateurs se sont déroulées avec de multiples interruptions de la part d’une partie du public qui ne supporte plus ni les Sdf, ni les réfugiés et veut qu’ils quittent le quartier. Il en résulte que les autres points de l’ordre du jour n’ont pas pu être abordés, faute de temps.

A noter cependant que tous les habitants du quartier ne sont pas hostiles aux exilés. En témoigne par exemple cette boulangerie qui depuis mi octobre donne chaque soir un sac de pain et de viennoiserie à la Paroisse St Laurent, distribué aux exilés.

La question du logement devient une préoccupation récurrente. Beaucoup pensent que la situation est nettement meilleure dans les autres pays européens. Pour certains mieux vaut être dans des centres fermés mais au chaud que dehors toutes les nuits et préfèrent tenter leur chance ailleurs. Certains pensent aller dans d’autres villes demander l’asile, Marseille entre autres où une association procurerait des hébergements aux Afghans.

D’autres espèrent que la Croix Rouge ou le gouvernement interviendront avant l’hiver pour leur fournir un hébergement. Quelques uns, avec récépissé, envisageaient de se mettre ensemble pour louer une chambre mais comment faire quand on ne peut pas travailler et qu’on n’a que l’ATA pour vivre ?

Certains profitent de leurs nuits blanches, trop froides pour dormir sans duvets ni couvertures, pour visiter Paris, comme ce groupe rencontré avenue de Verdun le 21 octobre qui avait déjà été faire un tour près de la Tour Effel et près du Palais de l’Elysée dans l’espoir de voir Sarkozy.

Des exilés, surtout afghans mais aussi iraniens, fatigués et désespérés décident de demander l’aide au retour volontaire à l’OFII. Mais en attendant la décision ils devront rester dehors comme les autres, parfois plus d’un mois comme celui rencontré le 12 octobre qui n’avait obtenu qu’un rendez vous le 3 novembre.

Et certains dérivent : « Inquiétante rencontre avec un jeune afghan (de 18 ou19 ans) isolé, près de l’avenue Verdun, ce 27 octobre qui me semblait mentalement dérangé. Ses yeux étaient fiévreux et alternativement se remplissaient d’une expression de grande haine et de larmes. Il n’avait qu’une envie de tuer et de se tuer. Il disait que si on l’envoyait en Grèce il trouverait les moyens de tuer autour de lui. J’ai compris qu’il avait passé 6 mois dans la jungle de Calais où des gens l’ont frappé à la tête et peut-être maltraité. Impossible de lui poser des questions car il s’emportait immédiatement. Pour lui les taxis garés devant la gare de l’Est devaient transporter des gens au commissariat, les afghans ici et par là n’étaient que des informateurs ou de la police. Au bout d’une heure quand je lui ai dit je devais partir, il m’implorait de l’aider et en même temps m’insultait ainsi que la France entière ». Des jeunes rencontrés le même jour parlent d’autres devenant fous et ont peur que cela leur arrive aussi. Ils ne souhaitent pas pour autant aller à l’antenne d’appui psychologique de MSF car ils disent qu’ils ne veulent pas être interrogés et être obligés de raconter encore une fois les tragédies de leur passé.

Et les mineurs ?

Comme chaque année le nombre des arrivants augmente à l’approche de l’hiver. Nous en avons vus 106 de plus au cours du mois, soit 648 nouveaux arrivants durant les dix premiers mois 2009. Une augmentation de 30% par rapport à l’année précédente. France Terre d’Asile, en se basant sur les listes faites à l’ESI où ils sont stockés la nuit parle de près de 900 mineurs en 9 mois. La différence s’explique par le fait que comme les années précédentes nous nous basons sur ceux que nous avons vus, mais aussi que FTDA ayant toujours refusé de fournir à ces jeunes en situation volontairement précarisée des cartes comme aux autres, il est possible qu’il y ait eu des changements de nom d’un soir sur l’autre et que le chiffre de FTDA soit un peu excessif.

Quoi qu’il en soit, ils étaient souvent très nombreux à ne pas être « mis à l’abri » (c’est le terme officiel) et à devoir dormir dehors, en comptant ceux qui sont refusés par FTDA et ceux qui, découragés, ne viennent même plus : une quinzaine le 3 novembre, mais une vingtaine le 10 et une trentaine le 12 sous les yeux de l’ancien responsable de FTDA mineur, et presque autant du 16 au 24.

Et le tri au faciès continue inexorablement dans la pénombre de la place. Parfois même les intervenant de FTDA font intervenir pour leur choix des jeunes logés dans les hôtels, ce qui les met dans une situation inconfortable et contribue à accroitre la tension. C’est encore pire quand le nouveau sous directeur de la plate forme mineur fait appel à des adultes pashtouns pour l’aider à faire le tri. Le 16 octobre cette manière d’agir a provoqué des bagarres entre jeunes (pashtouns contre d’autres) qui ont failli dégénérer avec l’arrivée des exilés de retour de la distribution du Père Lachaise. Il a fallu intervenir plusieurs fois pour éviter une bagarre collective, mais pendant ce temps le sous directeur regardait, estimant qu’il fallait les laisser se calmer tous seuls. Cela montre qu’il n’a jamais vu comment peuvent dégénérer des bagarres entre Afghans si l’on n’intervient pas au tout début.

Ce tri est un spectacle choquant pour nombre de gens : « Un jeune de 17 ans est arrivé hier et ne connait personne. Inquiétée par sa vulnérabilité je suis allé avec lui place du Colonel Fabien. Il m’a dit il y être venu la veille mais n’avoir pas été pris. Il a refusé de se mélanger à la foule. Hier il avait été choqué par le système de tri, et ce soir ne voulait pas lutter pour un lit. Ce soir c’est mon tour d’être choquée. Je n’étais allé que deux fois place du Colonel Fabien depuis le déplacement du départ des bus Atlas et ce qui déroule là-bas c’est un vrai scandale. Si ce n’était pas tragique, ça pourrait être une farce…Finalement, le jeune a disparu ayant décidé apparemment de passer encore une nuit, ce soir comme hier, marchant dans les rues de Paris, gelé et vulnérable. ».

Les jeunes ayant fugué des foyers où ils avaient été placés après la destruction de la jungle de Calais n’ont guère plus de chances d’être pris, même en montrant les Ordonnances de Protection Provisoire qu’ils ont reçues.

Rien d’étonnant dans ces conditions qu’ils décident de partir. Cette année FTDA indique que les jeunes stockés à l’ESI n’y ont passé que 4 jours en moyenne ! La précarisation accrue de l’accueil a renforcé l’efficacité de ce dispositif à les renvoyer ailleurs.

Rien d’étonnant non plus à ce que certains craquent. Le 18 octobre cinq mineurs étaient présents (deux de 17 un de 14 et un de 15) près des bus atlas après avoir été refusés par FTDA mineur. Trois d’entre eux ont commencé à enjamber le parapet du pont Louis Blanc après avoir enlevé leur veste et leurs chaussures en disant qu’ils allaient sauter. Un peu comédiens, mais aussi une grande exaspération d’être rejetés tant par FTDA que par les bus atlas. Ils ont fait cela quand la police est arrivée pour le troisième bus, afin probablement de provoquer une réaction des 5 policiers présents qui effectivement sont venus les récupérer. Outre l’aspect "jeu" cela faisait quand même froid dans le dos d’autant plus que si l’un d’entre eux avait glissé cela se serait mal terminé.

Beaucoup de jeunes en ont assez d’être traités comme cela et de se voir dire le soir d’aller au bureau de FTDA mineur et le lendemain s’entendre dire dans ce bureau qu’il n’y a pas de places et qu’ils doivent aller place du Colonel Fabien. Ce jeune de 14 ans s’est entendu dire « je n’ai pas le temps de m’occuper de toi » Ecœuré il ira à Calais par la suite. Revenu après trois jours trop difficiles là-bas il ne veut plus subir le tri de la place du Colonel Fabien et préfère dormir dans la rue en attendant l’arrivée de sa taskera qui lui permettra – peut-être – d’être pris en charge par l’ASE.

Certains plutôt que de rester dehors la journée dès 7h30 avec l’espoir de peut-être avoir la possibilité d’une nouvelle nuit au chaud se rendent directement à l’ASE. Ce jeune de 15 ans et demi après avoir hésité à rester en France faute d’un logement stable a fini par se rendre à l’ASE avec la copie de sa taskera, après un mois passé à Paris. Il a été mis dans un foyer (peut-être grâce à la lettre que nous avions faite pour la CAMIE) mais devra quand même passer une expertise osseuse.

C’est peut-être ce qu’aurait du faire cet autre, présent depuis 9 mois. Logé à l’hôtel par FTDA il attend toujours une décision sur sa prise en charge, décision qui dépend de l’expertise osseuse. Comme il ne s’était pas rendu au premier rendez vous en mai dernier, il n’a pas obtenu d’autre rendez vous jusqu’ici.

Enfants du Monde Droits de l’Homme a commencé à s’impliquer dans des maraudes dans le 10ème arrondissement. Le Président a également rencontré le maire pour évoquer différents projets d’accueil des mineurs isolés étrangers. Reste à savoir si cela sera suivi d’effet. Cela fait plus d’un an et demi que l’on entend parler d’un projet de la mairie concernant un foyer pour MIE dans l’arrondissement.

Les familles continuent à arriver mais moins nombreuses : deux seulement au mois d’octobre.

CR maraudes oct 2009 | 0 X 0 | 48.1 ko
 
 
   
   
  compte rendu des activités et maraudes mars mai 2013
Activités et maraudes du Collectif de Soutien (...)
compte rendu des activités et maraudes janvier février 2013
Mineurs 3 janvier 2013 Il y avait 37 jeunes (...)
compte rendu des activités et maraudes novembre décembre 2012
Mineurs 4 novembre Ils sont entre 32 et 33 (...)
compte rendu des maraudes : septembre octobre 2012
Mineurs 1er septembre Après le calme (...)
compte rendu des maraudes : juin aout 2012
Juin - Aout 2012 Les mineurs 5 juin (...)
compte rendu des maraudes:mai 2012
Des mineurs toujours maltraités En mai ils (...)
compte rendu des maraudes : mars avril 2012
Compte rendu des activités et des maraudes du (...)
compte rendu des maraudes : janvier février 2012
Les mineurs dans le froid En janvier et en (...)
compte rendu des maraudes novembre décembre 2011
Les mineurs En 2011 nous avons rencontré (...)
compte rendu des maraudes septembre octobre 2011
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes juillet aout 2011
Les mineurs En juillet nous avons rencontrés (...)
compte rendu des maraudes juin 2011
Les mineurs En juin nous avons rencontrés 73 (...)
compte rendu des maraudes mai 2011
Les mineurs En mai 82 nouveaux mineurs (...)
compte rendu des maraudes avril 2011
Les mineurs En avril, 69 nouveaux mineurs (...)
compte rendu des maraudes mars 2011
Les mineurs Depuis janvier 2011 nous avons (...)
compte rendu des maraudes janvier février 2011
Les mineurs Durant les deux premiers mois de (...)
compte rendu des maraudes décembre 2010
Les mineurs Nous avons rencontré 124 (...)
compte rendu des maraudes novembre 2010
Les mineurs Durant ce mois de novembre nous (...)
compte rendu des maraudes octobre 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes septembre 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes août 2010
Mineurs dans l’attente Les vacances (...)
compte rendu des maraudes juillet 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
évacuation du canal : communiqué du Collectif
Exilés afghans : hypocrisie gouvernementale (...)
compte rendu des maraudes juin 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes mai 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes avril 2010
Les mineurs Nous avons vu 46 nouveaux (...)
compte rendu des maraudes mars 2010
Mineurs : toujours nombreux, toujours mal (...)
compte rendu des maraudes février 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes janvier 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
CP/Collectif de soutien des exilés du 10ème – GISTI - MRAP Nouvel hébergement parisien à l’ancien hôpital Saint-Lazare Toujours pas de réponse satisfaisante à la situation des exilés
Communiqué de Presse Collectif de soutien (...)
CP/Conditions de vie inhumaines des exilés dans le 10ème arrondissement à Paris
Conditions de vie inhumaines des exilés dans (...)
compte rendu des maraudes décembre 2009
Paroles de mineurs Voici ce que disaient (...)
compte rendu des maraudes novembre 2009
Après 4 ans, un espoir pour les mineurs ? Le (...)
compte rendu des maraudes septembre 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes du collectif août 2009
L’expulsion indigne des exilés des (...)
lettre ouverte des associations au maire de Paris après les expulsions des exilés des parcs du 10ème (signatures au 12 sept)
LETTRE OUVERTE À MONSIEUR DELANOE Monsieur (...)
Compte rendu des maraudes du Collectif de Soutien des Exilés du 10ème arrondissement de Paris Juillet 2009
Les mineurs toujours plus nombreux 52 (...)
À Paris, les exilés, principalement afghans, chassés du parc Villemin, seul abri qui leur est offert la nuit !
À Paris, les exilés, principalement afghans, (...)
compte rendu des maraudes du collectif juin 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes du collectif mai 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes avril 2009
Comment se débarrasser des mineurs afghans ? (...)
2e Cercle de silence devant l’église Saint-Laurent, Paris X
Dimanche 26 avril 17h - 18h Appel de (...)
compte rendu des maraudes mars 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
L’inhospitalité a tué deux exilés à Paris et à Calais/عدم مهمان نوازی باعث کشته شدن دو پناهنده در پاریس و کاله شد/Inhospitality killed two exiles in Paris and Calais
Communiqué du Collectif de soutien des exilés (...)
Action Amnesty International : 25 et 29 avril 2009 : demander l’asile est un droit, pas un délit
Les groupes parisiens d’Amnesty (...)
Intervention du Collectif au square Villemin (Paris 10ème) le 3 avril 2009 à l’occasion de la semaine du développement durable
Nous n’allons pas vous parler des (...)
compte rendu des maraudes février 2009
Février 2009 Toujours plus de mineurs (...)
compte rendu des maraudes janvier 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
CERCLE DE SILENCE ( دايره سکوت) le samedi 7 février 2009 17h - 18h sur le parvis de st Laurent PARIS 10
Le collectif des exilés du 10e a appellé à un (...)
Compte rendu de la réunion du comité de suivi du Kiosque du 22 janvier 2009
Compte rendu rédigé par le Collectif de (...)
Réunion des associations du 10ème avec la mairie - 13/02/09
COMPTE RENDU REDIGE PAR LES ASSOCIATIONS (...)
compte rendu des maraudes décembre 2008
Des mineurs de plus en plus nombreux En (...)
compte rendu des maraudes novembre 2008
Espoirs déçus pour la vingtaine de mineurs (...)
réunion publique le 28 novembre à Paris sur la situation des afghans
GUERRE EN AFGHANISTAN CHASSE AUX EXILES (...)
compte rendu des maraudes octobre 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes septembre 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes août 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en juillet 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
un après midi avec les exilés ; 5 juillet 2008 square Villemin
5 juillet : une éclaircie La journée débute (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en juin 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu de la réunion à la mairie du 10ème - 11 juin 08
Compte rendu de la réunion entre le Collectif (...)
Rencontre avec les exilés samedi 5 juillet de 13h à 18h
Organisée par le collectif des exilés du Xe (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en mai 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en avril 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en mars 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Avenue de Verdun 04/03/08
Avenue de Verdun Ch R. 04/03/08 Ils sont (...)
1000 jeunes français de plus en Afghanistan, combien de jeunes Afghans en sus dans le 10e arrondissement de Paris ?
1000 jeunes français de plus en Afghanistan, (...)
Maraude auprès des Irakiens présents dans le 10ème arrondissement
Affligeant de discuter avec les Irakiens (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en février 2008
Des mineurs moins nombreux que l’an (...)
Lexique pour les comptes rendus de maraudes
Allées de Verdun : allée située près de la (...)
Reportage : Paris, le quotidien de l’exil
A lire sur : http://www.leblogde21.com/ Au (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en janvier 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en décembre 2007
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en novembre 2007
De plus en plus de mineurs isolés étrangers (...)
Renversement d’image pour afficher l’invisibilité des exiles
De l’autre côté de l’affiche... (...)
Compte-rendu des maraudes d’octobre 2007 du Collectif
Le dispositif parisien d’accueil des (...)
Compte-rendu des maraudes de septembre 2007 du Collectif
Lire ce compte-rendu en pdf : Dur combat (...)
Irakiens, SDF à Paris, coincés entre deux enfers
PARIS, 15 nov 2006 (AFP) - "Je ne sais pas où (...)
Compte-rendu des maraudes de l’été 2007
L’accueil des exilés : version parisienne
Maraude de juin 2007
Exceptionnellement les pièces jointes ne sont (...)
compte rendu des maraudes du collectif mai 2007

Compte-rendu des maraudes d’avril 2007
Lire ce compte-rendu en pdf : L’approche
Compte-rendu des maraudes de mars 2007
Lire ce compte-rendu en pdf : Les mineurs (...)
Compte-rendu de Février 2007
Le mois de février a été marqué par la chasse (...)
Compte-rendu des maraudes de janvier 2007
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte-rendu des maraudes de décembre 2006
Retrouvez les autres compte-rendus de maraude (...)
Compte-rendu des maraudes de novembre 2006
Retrouvez les autres compte-rendus de maraude (...)
Compte rendu des maraudes d’octobre 2006
Alors que le froid a fait son arrivée, tout (...)
Maraudes de septembre 2006
Les familles sont parties Sur les 7 familles (...)
Maraudes de juillet et d’août 2006
Appliquer chaque fois que c’est (...)
Compte rendu des maraudes de juin 2006
Retrouvez les autres comptes-rendus de (...)
Compte-rendu des maraudes de mai 2006
Retour Avenue de Verdun et sur les quais du (...)
Compte-rendu des maraudes d’ avril 2006
« Cela me ramène des années en arrière quand (...)
Les rafles discriminatoires d’étrangers seraient-elles légales ?
Dimanche 7 mai 2006, huit avocat-e-s de (...)
Maraudes de mars 2006
Cette année, sans doute sous la pression des (...)
Compte-rendu des maraudes de février 2006
Durant ce mois de février il y avait seulement
Maraudes de décembre 2005 et janvier (Gare de l’Est, Paris X)
« Si on ouvrait 1000 places demain, il y (...)

 
 

Entrez votre recherche dans le formulaire ci-dessus puis validez.
 
  Plan du site / Web map  
  Espace privé  
   
Accueil - Fil d'info - Site réalisé avec SPIP