accueil
  Qui sommes nous ? | Sur l'asile | Maraudes | Exilés mineurs | Presse pays d'exil | Nous contacter | Photos | Archives
  Liens | A Calais | Les exilés sur les routes d'Europe | Adresses utiles à Paris

Accueil du site > Maraudes > compte rendu des maraudes : janvier février 2012

compte rendu des maraudes : janvier février 2012

jeudi 22 mars 2012, par exilés 10


Les mineurs dans le froid

En janvier et en février 2012, nous avons rencontrés 223 nouveaux mineurs afghans.

En janvier, ils étaient 50 mineurs de toutes nationalités en moyenne le soir place du Colonel Fabien (Paris 10) ; 16 mineurs ont dû coucher dehors en moyenne durant ces premiers mois. En février, avec l’ouverture d’un gymnase le 23 janvier dans le cadre du "plan grand froid", sur les 64 présents en moyenne chaque soir seulement 7 ont dormi dehors. Durant ces deux mois cependant, quatorze soirs ce nombre a dépassé 20. (voir aussi le graphe en annexe)

Après l’ouverture du foyer Arfog en décembre pour 30 jeunes, 8 places de plus ont été ajoutées. Le gymnase Château Landon en a accueilli 35 jusqu’au 20 février, date à laquelle il a été fermé une première fois…et vite rouvert après avoir laissé un soir 31 mineurs dormir dehors avec une température ressentie de -2°C, mais pour 25 seulement. En plus 28 places d’hôtels supplémentaires ont été ouvertes le 6 février, elles fermeront en mai.

Si certains des jeunes afghans ont pu monter dans les bus Atlas (dispositif de bus cogéré par la marie de Paris et la RATP pour conduire de nuit les sdf dans des centres d’hébergement d’urgence), beaucoup d’autres ont dû dormir dehors dans le froid ; certains n’ont eu d’autres choix que de marcher toute la nui et de dormir la journée suivante dans les locaux de la PAOMIE (plateforme d’accueil et d’orientation des mineurs isolés étrangers de FTDA, 127 bd de la villette). Cela a été le cas d’un jeune tibétain… le Tibet n’est pas un pays reconnu dans la « liste des nations selon l’association Aurore » pont Louis Blanc et il était donc très difficile pour lui d’avoir une place et de pouvoir dormir au centre d’hébergement d’urgence de La Boulangerie. Rappelons que l’accès au deuxième et au troisième bus Atlas se fait sur des listes établies par les différentes nationalités… bien que ce dernier terme soit inapproprié pour les « blacks » qui sont considérés comme un groupe unique.

Plusieurs soirs, il a fallu appeler la mairie de Paris pour essayer d’obtenir des places supplémentaires dans d’autres gymnases. Quelques rares soirs qui se comptent sur les doigts d’une main quelques-uns des refusés place du colonel Fabien ont pu ainsi dormir au chaud.

Le tri se fait toujours au faciès et, face à un nombre croissant de jeunes, cela devient une véritable loterie… les heureux gagnants du ticket d’accès à la mise à l’abri montrent d’ailleurs leur joie d’avoir eu la chance de tirer le gros lot… même s’ils devront être de nouveau dans le froid à 7h30 le lendemain matin… Sauf si, comme mi-janvier, le gardien de l’ESI (espace Solidarité Insertion) de l’Armée du Salut décide de mettre dehors 5 jeunes à 22h. L’attitude hostile de ces gardiens de nuit a d’ailleurs souvent été critiquée, non seulement par les jeunes, mais aussi par des intervenants de FTDA.

Comme aux bus Atlas, la tendance est ici aussi parfois aux quotas ethniques… une intervenant de FTDA n’hésite pas à compter le nombre d’Afghans, de Pakistanais et de Bangladeshis, d’Africains pour voir s’il y a une répartition acceptable… On ne parle plus alors de mettre à l’abri les plus jeunes et les plus fragiles. D’ailleurs on peut être très jeune (15 ans) et avoir des difficultés à obtenir une mise à l’abri… sous prétexte « qu’on pose trop de problèmes »… bizarre interprétation de la protection de mineurs en danger.

Cette situation inacceptable a pu être constatée début février par une délégation du staff du candidat du PS à l’élection présidentielle, accompagnée par les responsables de FTDA. Hélas peu de chance que cela conduise à une amélioration du sort de ces jeunes.

Dans ces conditions, ils sont de plus en plus nombreux à repartir sur les routes de l’exil. Ceci est particulièrement net pour les jeunes afghans : ils ont été seulement 4 ou 5 à se rendre à la PAOMIE durant ces deux mois ; 2% de ceux passés à Paris.

La prise en charge des mineurs

La prise en charge des jeunes et leur passage dans le dispositif de droit commun reste toujours aussi long et complexe.

Les délais d’attente entre le passage à la PAOMIE et un hébergement restent très longs, souvent de l’ordre d’un mois et demi. Et le délai d’attente pour la prise en charge par l’ASE est bien plus long… de quoi faire basculer l’avenir de ces jeunes, surtout s’ils sont à la veille de leur 15 ans ou de leur 16 ans. Ils seront privés ainsi de leur droit à acquérir la nationalité (dans le premier cas) ou à obtenir une carte vie privée et familiale (dans le deuxième cas). Seuls échappent à ces délais les très jeunes mineurs qui peuvent être pris en charge en quelques jours par l’ASE, comme cela a été le cas d’un jeune afghan de 13 ans et demi. Il a fallu insister sur le caractère de danger avéré où se trouvait un autre jeune afghan et aussi sur le fait qu’il allait bientôt avoir 16 ans et devait être pris en charge rapidement par l’ASE, pour qu’une évaluation soit rapidement faite (après quand même plusieurs jours d’attente) et un rendez-vous pris avec l’ASE… sauf que le jour du rendez-vous l’accompagnateur était un jeune pakistanais à peine plus vieux et non pas quelqu’un de FTDA ! Manque de chance, à l’ASE, la référente était nouvelle et pas au courant des procédures entre l’ASE et la PAOMIE. Il s’est donc fait renvoyer d’une manière assez dure…et, stressé par cet accueil, il a décidé de ne pas y retourner.

Et encore faut-il être accepté par la PAOMIE ! Ce jeune tibétain de 17 ans et deux mois a été jugé majeur… 8 mois de plus que son âge… la précision et la fiabilité de l’expertise est remarquable ! D’autres jeunes, malgré l’intervention de MSF, ont subi la même aventure.

La suite n’est pas un long fleuve tranquille… Plusieurs ont été déclaré majeurs durant ces deux mois, malgré un rapport favorable de FTDA mineur. La responsable de l’ex CAMIE (cellule d’accueil des mineurs isolés étrangers) renommées SEMNA (Service Educatif - !!! - Mineurs Non Accompagnés) continue à contester la minorité des jeunes en demandant des expertises osseuses. Nouveauté, la demande d’authentification des documents d’Etat Civil, évaluation demandée non pas aux services consulaires des pays concernés mais au bureau de la fraude documentaire du Ministère de l’intérieur. On en arrive à cette situation absurde où un acte d’Etat Civil reconnu authentique par un consulat qui établit un passeport sur la base de ce document est considéré comme faux par ce bureau et ensuite par les juges des enfants. A noter qu’un des critères de « falsification » est le fait que les documents ne sont pas imprimés par un procédé offset : comment imaginer qu’en Afghanistan, dans la situation actuelle, une imprimerie nationale fournirait à tous les bureaux d’état civil du pays des formulaires standards ! FTDA, fidèle collaborateur de l’ASE, refuse d’aider ces jeunes déclarés majeurs à contester la décision du parquet. D’autres pris en charge par l’ASE, après un séjour à l’hôtel jusqu’à leur 18 ans, sans qu’aucune formation ne leur soit proposée, se sont retrouvés à la rue. Et pourtant la DASES saisie en juin dernier nous répondait « je tiens néanmoins à vous assurer que l’ensemble des professionnels chargés de la prise en charge éducative de ce jeune concourent chaque jour par leur mobilisation et leur investissement à une évolution favorable de sa situation ». Début février, il était mis dehors après un refus (oral) de lui accorder un contrat jeune majeur. Ces contrats seraient par ailleurs destinés à disparaitre : aucune décision écrite mais les référents de l’ASE indiquent systématiquement aux jeunes que, pour ceux pris en charge après le 1er janvier 2012, il n’y aurait aucune possibilité d’obtenir cette prolongation de leur prise en charge après leurs 18 ans.

L’hébergement des demandeurs d’asile

L’ouverture des gymnases, notamment avec le plan grand froid fin janvier, a permis de mettre temporairement à l’abri la plus grande partie des exilés.

Ils étaient souvent une vingtaine chaque soir à rester dehors, faute de places dans les bus Atlas qui les emmène au centre d’hébergement de nuit de La Boulangerie. Avec la pluie et le froid, la situation au pont Louis Blanc (Paris 10, d’où partent les bus) était parfois tendue. Le système des listes ethniques a parfois été mal vécue, les Afghans entre autres ne comprenant pas pourquoi certains étaient mis à l’abri tous les soirs et d’autres passaient plusieurs nuits dehors, le responsable afghan de la liste étant accusé de favoriser ses copains.

Le bus Atlas a aussi ses spécialistes en expertise de minorité au faciès. Certains soir, certains, n’ayant jamais dit qu’ils étaient mineurs et n’étant même jamais allés place du Colonel Fabien pour se faire passer comme tels ont été refusés car jugés trop jeunes. Et pour ceux qui se rendent place du Colonel Fabien et qui ne sont pas mis à l’abri par FTDA, ces « expertises d’âge » contradictoires sont incompréhensibles.

Le campement sous le métro aérien s’est maintenu et a souvent été surpeuplé durant ces deux mois. Malgré l’aide qu’ils reçoivent de nombreuses associations (duvets, vêtements, nourriture), la période de grand froid a été très difficile.

Le règlement Dublin

Ce règlement, qui impose aux exilés de demander l’asile dans le premier pays européens où ils ont été « repérés », reste la principale préoccupation des exilés.

Retour de Suède d’un jeune passé à Paris en 2008 à l’âge de 17 ans ; il a été débouté et commence une longue errance de pays en pays, à moins qu’il ne décide de repartir en Afghanistan ou qu’il y soit expulsé

C’est le cas d’un autre Afghan expulsé par l’Angleterre il y a un an et demi et qui malheureusement, lors de son retour en Europe, a été arrêté en Italie.

Un autre tente de rejoindre sa femme et ses enfants en Suède, ce qui, selon le principe de l’unité de famille prévue par le règlement Dublin, devrait être possible. Il était cependant très inquiet car ses amis lui avaient dit que, s’il était arrêté en Allemagne, la Suède refuserait de l’accepter.

Les familles

Plusieurs familles sont arrivées durant ces deux mois et ont pu être rapidement hébergées… si elles avaient leur rendez-vous avec la CAFDA (Coordination de l’accueil des familles demandeuses d’asile) ; il devient impossible d’obtenir un hébergement d’urgence des familles via le 115 sans ce passage préalable à la CAFDA, même s’il y a des enfants très jeunes.

Beaucoup se plaignent des changements incessants d’hôtels en banlieue, qui mettent à mal la continuité de la scolarisation de leurs enfants qui peuvent passer 4 heures par jour dans les transports en commun pour aller à l’école et en revenir.

Maraude du 21 février

1- Mineurs place du Colonel Fabien (Paris 10)

33 présents, ce qui signifie 65 en tout (les 35 du gymnase sont déjà partis)

l’intervenante de FTDA effectue son travail de tri avec application : elle va et revient vers les jeunes en discutant. On l’a déjà vue plus expéditive.

Après le tri et le départ à l’ESI, restent 8 mineurs ; l’intervenante de FTDA nous demande le numéro de portable d’un fonctionnaire de la mairie de Paris, que n’a aucun d’entre nous. Elle les dirige alors vers l’hôpital Saint-Louis d’où, dit-elle, on ne les « vire pas » et où ils peuvent passer la nuit : 6 y vont.

Restent un Malien et un Guinéen (Conakry) qui refusent parce qu’ils disent qu’on ne peut pas dormir là-bas. De plus, ils sont furieux parce que " à l’ESI il y a 5 places pour les noirs et la femme ne nous prend jamais". Nous restons à discuter un peu avec eux et on leur donne le dernier duvet en notre possession. Il nous semble que quelques africains étaient cependant dans le groupe pour l’ESI.

2- Majeurs place du Colonel Fabien

Comme il fait un peu moins froid, l’ambiance est à l’avenant ; deux nous expliquent tout contents qu’ils viennent de faire le doublage de "Kaboul Kitchen" (série TV) et d’un court métrage, "La règle et le jeu" ;

Discussion avec deux autres. L’un après deux ans de galère en Angleterre et 4 ans en France voudrait savoir ce qui cloche pour lui ? Il ne s’explique pas sa malchance et pense même que le fait d’avoir parlé devant les journalistes à certaines occasions lui vaut d’être mis au rencart L’autre attend un rendez-vous pour la préfecture dans un délai (hallucinant) de 6 mois.

3- Pont Louis Blanc

Il est déjà tard, le deuxième bus est parti, et nous arrivons sur le pont totalement désert. A l’arrivée du troisième bus, les hommes sortent "de nulle part" par groupes de nationalités. Ils sont très nombreux, dont un groupe d’Algériens très énervés. Après un quart d’heure d’invectives et de bousculades, appel des "élus" inscrits sur une liste.

Après le départ du bus, au moins 30 personnes sont dehors. L’association Aurore les dirige vers Porte Maillot sans grande conviction.

Compte rendu des maraudes janvier février 2012 | 0 X 0 | 364.4 ko
 
 
   
   
  compte rendu des activités et maraudes mars mai 2013
Activités et maraudes du Collectif de Soutien (...)
compte rendu des activités et maraudes janvier février 2013
Mineurs 3 janvier 2013 Il y avait 37 jeunes (...)
compte rendu des activités et maraudes novembre décembre 2012
Mineurs 4 novembre Ils sont entre 32 et 33 (...)
compte rendu des maraudes : septembre octobre 2012
Mineurs 1er septembre Après le calme (...)
compte rendu des maraudes : juin aout 2012
Juin - Aout 2012 Les mineurs 5 juin (...)
compte rendu des maraudes:mai 2012
Des mineurs toujours maltraités En mai ils (...)
compte rendu des maraudes : mars avril 2012
Compte rendu des activités et des maraudes du (...)
compte rendu des maraudes novembre décembre 2011
Les mineurs En 2011 nous avons rencontré (...)
compte rendu des maraudes septembre octobre 2011
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes juillet aout 2011
Les mineurs En juillet nous avons rencontrés (...)
compte rendu des maraudes juin 2011
Les mineurs En juin nous avons rencontrés 73 (...)
compte rendu des maraudes mai 2011
Les mineurs En mai 82 nouveaux mineurs (...)
compte rendu des maraudes avril 2011
Les mineurs En avril, 69 nouveaux mineurs (...)
compte rendu des maraudes mars 2011
Les mineurs Depuis janvier 2011 nous avons (...)
compte rendu des maraudes janvier février 2011
Les mineurs Durant les deux premiers mois de (...)
compte rendu des maraudes décembre 2010
Les mineurs Nous avons rencontré 124 (...)
compte rendu des maraudes novembre 2010
Les mineurs Durant ce mois de novembre nous (...)
compte rendu des maraudes octobre 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes septembre 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes août 2010
Mineurs dans l’attente Les vacances (...)
compte rendu des maraudes juillet 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
évacuation du canal : communiqué du Collectif
Exilés afghans : hypocrisie gouvernementale (...)
compte rendu des maraudes juin 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes mai 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes avril 2010
Les mineurs Nous avons vu 46 nouveaux (...)
compte rendu des maraudes mars 2010
Mineurs : toujours nombreux, toujours mal (...)
compte rendu des maraudes février 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes janvier 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
CP/Collectif de soutien des exilés du 10ème – GISTI - MRAP Nouvel hébergement parisien à l’ancien hôpital Saint-Lazare Toujours pas de réponse satisfaisante à la situation des exilés
Communiqué de Presse Collectif de soutien (...)
CP/Conditions de vie inhumaines des exilés dans le 10ème arrondissement à Paris
Conditions de vie inhumaines des exilés dans (...)
compte rendu des maraudes décembre 2009
Paroles de mineurs Voici ce que disaient (...)
compte rendu des maraudes novembre 2009
Après 4 ans, un espoir pour les mineurs ? Le (...)
compte rendu des maraudes octobre 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes septembre 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes du collectif août 2009
L’expulsion indigne des exilés des (...)
lettre ouverte des associations au maire de Paris après les expulsions des exilés des parcs du 10ème (signatures au 12 sept)
LETTRE OUVERTE À MONSIEUR DELANOE Monsieur (...)
Compte rendu des maraudes du Collectif de Soutien des Exilés du 10ème arrondissement de Paris Juillet 2009
Les mineurs toujours plus nombreux 52 (...)
À Paris, les exilés, principalement afghans, chassés du parc Villemin, seul abri qui leur est offert la nuit !
À Paris, les exilés, principalement afghans, (...)
compte rendu des maraudes du collectif juin 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes du collectif mai 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes avril 2009
Comment se débarrasser des mineurs afghans ? (...)
2e Cercle de silence devant l’église Saint-Laurent, Paris X
Dimanche 26 avril 17h - 18h Appel de (...)
compte rendu des maraudes mars 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
L’inhospitalité a tué deux exilés à Paris et à Calais/عدم مهمان نوازی باعث کشته شدن دو پناهنده در پاریس و کاله شد/Inhospitality killed two exiles in Paris and Calais
Communiqué du Collectif de soutien des exilés (...)
Action Amnesty International : 25 et 29 avril 2009 : demander l’asile est un droit, pas un délit
Les groupes parisiens d’Amnesty (...)
Intervention du Collectif au square Villemin (Paris 10ème) le 3 avril 2009 à l’occasion de la semaine du développement durable
Nous n’allons pas vous parler des (...)
compte rendu des maraudes février 2009
Février 2009 Toujours plus de mineurs (...)
compte rendu des maraudes janvier 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
CERCLE DE SILENCE ( دايره سکوت) le samedi 7 février 2009 17h - 18h sur le parvis de st Laurent PARIS 10
Le collectif des exilés du 10e a appellé à un (...)
Compte rendu de la réunion du comité de suivi du Kiosque du 22 janvier 2009
Compte rendu rédigé par le Collectif de (...)
Réunion des associations du 10ème avec la mairie - 13/02/09
COMPTE RENDU REDIGE PAR LES ASSOCIATIONS (...)
compte rendu des maraudes décembre 2008
Des mineurs de plus en plus nombreux En (...)
compte rendu des maraudes novembre 2008
Espoirs déçus pour la vingtaine de mineurs (...)
réunion publique le 28 novembre à Paris sur la situation des afghans
GUERRE EN AFGHANISTAN CHASSE AUX EXILES (...)
compte rendu des maraudes octobre 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes septembre 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes août 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en juillet 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
un après midi avec les exilés ; 5 juillet 2008 square Villemin
5 juillet : une éclaircie La journée débute (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en juin 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu de la réunion à la mairie du 10ème - 11 juin 08
Compte rendu de la réunion entre le Collectif (...)
Rencontre avec les exilés samedi 5 juillet de 13h à 18h
Organisée par le collectif des exilés du Xe (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en mai 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en avril 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en mars 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Avenue de Verdun 04/03/08
Avenue de Verdun Ch R. 04/03/08 Ils sont (...)
1000 jeunes français de plus en Afghanistan, combien de jeunes Afghans en sus dans le 10e arrondissement de Paris ?
1000 jeunes français de plus en Afghanistan, (...)
Maraude auprès des Irakiens présents dans le 10ème arrondissement
Affligeant de discuter avec les Irakiens (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en février 2008
Des mineurs moins nombreux que l’an (...)
Lexique pour les comptes rendus de maraudes
Allées de Verdun : allée située près de la (...)
Reportage : Paris, le quotidien de l’exil
A lire sur : http://www.leblogde21.com/ Au (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en janvier 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en décembre 2007
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en novembre 2007
De plus en plus de mineurs isolés étrangers (...)
Renversement d’image pour afficher l’invisibilité des exiles
De l’autre côté de l’affiche... (...)
Compte-rendu des maraudes d’octobre 2007 du Collectif
Le dispositif parisien d’accueil des (...)
Compte-rendu des maraudes de septembre 2007 du Collectif
Lire ce compte-rendu en pdf : Dur combat (...)
Irakiens, SDF à Paris, coincés entre deux enfers
PARIS, 15 nov 2006 (AFP) - "Je ne sais pas où (...)
Compte-rendu des maraudes de l’été 2007
L’accueil des exilés : version parisienne
Maraude de juin 2007
Exceptionnellement les pièces jointes ne sont (...)
compte rendu des maraudes du collectif mai 2007

Compte-rendu des maraudes d’avril 2007
Lire ce compte-rendu en pdf : L’approche
Compte-rendu des maraudes de mars 2007
Lire ce compte-rendu en pdf : Les mineurs (...)
Compte-rendu de Février 2007
Le mois de février a été marqué par la chasse (...)
Compte-rendu des maraudes de janvier 2007
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte-rendu des maraudes de décembre 2006
Retrouvez les autres compte-rendus de maraude (...)
Compte-rendu des maraudes de novembre 2006
Retrouvez les autres compte-rendus de maraude (...)
Compte rendu des maraudes d’octobre 2006
Alors que le froid a fait son arrivée, tout (...)
Maraudes de septembre 2006
Les familles sont parties Sur les 7 familles (...)
Maraudes de juillet et d’août 2006
Appliquer chaque fois que c’est (...)
Compte rendu des maraudes de juin 2006
Retrouvez les autres comptes-rendus de (...)
Compte-rendu des maraudes de mai 2006
Retour Avenue de Verdun et sur les quais du (...)
Compte-rendu des maraudes d’ avril 2006
« Cela me ramène des années en arrière quand (...)
Les rafles discriminatoires d’étrangers seraient-elles légales ?
Dimanche 7 mai 2006, huit avocat-e-s de (...)
Maraudes de mars 2006
Cette année, sans doute sous la pression des (...)
Compte-rendu des maraudes de février 2006
Durant ce mois de février il y avait seulement
Maraudes de décembre 2005 et janvier (Gare de l’Est, Paris X)
« Si on ouvrait 1000 places demain, il y (...)

 
 

Entrez votre recherche dans le formulaire ci-dessus puis validez.
 
  Plan du site / Web map  
  Espace privé  
   
Accueil - Fil d'info - Site réalisé avec SPIP