accueil
  Qui sommes nous ? | Sur l'asile | Maraudes | Exilés mineurs | Presse pays d'exil | Nous contacter | Photos | Archives
  Liens | A Calais | Les exilés sur les routes d'Europe | Adresses utiles à Paris

Accueil du site > Maraudes > compte rendu des maraudes : septembre octobre 2012

compte rendu des maraudes : septembre octobre 2012

mardi 13 novembre 2012, par exilés 10


Mineurs

1er septembre

Après le calme relatif du mois d’aout il y avait un peu plus de monde à la PAOMIE le soir avec l’arrivée de 7 Afghans ces deux derniers jours.

Un Tchadien pris en charge par FTDA et mis au foyer Georges Sand se plaint des conditions de vie dans ce foyer ; il a l’impression que personne ne s’occupe des jeunes là-bas.

Deux jeunes Afghans arrivés il y a plus de 5 mois vont enfin être pris en charge par l’ASE ; l’un a une OPP du juge qui date de plus d’un mois mais il est toujours à l’hôtel de FTDA, l’autre considéré par l’ASE comme ayant 15 ans et 8 mois doit être envoyé dans un foyer.

L’Armée du Salut parle de fermer l’ESI (espace solidarité insertion) de la rue Bouret fin septembre...et visiblement il n’y a pas encore de solutions trouvées pour le stockage des jeunes la nuit.

3 septembre

Beaucoup de mineurs, dont 7 nouveaux Afghans hier soir : 35 d’après les jeunes. Même nombre ce soir et l’équipe de FTDA n’a pas attendu l’arrivée de tous les jeunes pour commencer le tri : à 19h50 plus d’une dizaine de jeunes Afghans, dont certains très jeunes, sont arrivés in extremis après avoir pris leur repas à la distribution de l’armée du salut.

10 septembre

Beaucoup de nouveaux Afghans ce weekend dont 8 mineurs. Le soir seuls 4 étaient à la PAOMIE, les autres étant déjà partis vers la Suède. 37 sont arrivés depuis le début du mois.

Si ce weekend il y avait moins de mineurs le soir (29 dimanche) il y en a eu 37 en moyenne depuis début septembre (entre 6 et 22 devant dormir dehors)

13 septembre

Moins de monde à la PAOMIE (24 hier soir contre 42 lundi). Ceci est notamment le résultat du peu d’arrivées de jeunes afghans (7 depuis lundi) avec par contre des départs massifs vers d’autres cieux.

Changement de lieu de stockage : l’ESI ferme le 20 septembre et les jeunes vont être mis dans les hôtels (un coût de 18 000 euros par mois ?) mais pour l’instant FTDA n’a pas encore trouvé le nombre de chambres nécessaires ; pour les repas les jeunes n’auraient plus qu’un sandwich et des chips.

La nouvelle intervenante de la PAOMIE, qui avait déjà montré sa méconnaissance de la question des MIE, affirmait hier soir que les 2/3 des jeunes qui viennent à la PAOMIE étaient majeurs !!

Info venue de deux sources dont la Maison du jeune réfugié : le CASNAV de Paris ne ferait plus passer de test et d’orientation pour les jeunes de plus de 16 ans et demi non francophones (faute de places disponibles) ; l’ASE de Paris avait déjà décidé de ne plus inscrire les jeunes de plus de 17 ans en formation. Maintenant à Paris un jeune de plus de 16 ans et demi, faute d’avoir les 6 mois de formation, n’aura aucune chance d’être régularisé à 18 ans !

18 septembre

Depuis le début du mois ce sont en moyenne 8 mineurs dehors chaque soir et jeudi ils seront probablement plus de 20 : en effet FTDA n’a trouvé que 12 places d’hôtel jusqu’ici...

Les mineurs Afghans commencent à arriver en nombre : 64 déjà en septembre contre 37 pour tout le mois d’août.

21 septembre

Comme prévu, FTDA n’a pas pu trouver les 25 places nécessaires après la fermeture de l’ESI rue Bouret et seulement 15 des 24 jeunes présents ont été logés hier soir

22 septembre

20 jeunes à la PAOMIE pour 15 places et aucun repas fourni ni le soir ni le matin...

24 septembre

Augmentation du nombre de mineurs à la PAOMIE (32) et toujours 15 places sans repas le soir ni petit déjeuner le matin ; nettement moins d’Afghans en ce moment (un seul nouveau vu ce weekend) mais un intervenant de la PAOMIE dit en avoir vu vendredi à Beaubourg plus d’une dizaine nouvellement arrivés et les avoir orientés vers la PAOMIE. Est-ce qu’il y aurait d’autres lieux maintenant, dans Paris (hors du 10ème) ou en banlieue, où se regrouperaient les jeunes Afghans ?

28 septembre

Beaucoup d’arrivées d’Afghans ces derniers jours (dont plus d’une quinzaine de mineurs) : 28 personnes à la PAOMIE pour toujours seulement 15 places (il y aura de nouveau 25 places lundi 1er octobre dans 4 hôtels différents)

Augmentation du nombre d’arrivées des jeunes Afghans en septembre (89 en septembre contre 37 en aout) mais sur les 9 mois, le niveau est celui de 2011.... (problèmes de passage depuis la Grèce, nouvelles routes....et peut-être aussi dégradation des conditions d’accueil sur Paris ?)

4 octobre

Depuis lundi il y a de nouveau 25 places... mais entre 37 et 44 jeunes présents ; assez peu d’Afghans (6 seulement).

Un jeune Tunisien de 17 ans est arrivé il y a un mois et demi et n’a toujours pas eu de places dans un foyer ; on se demande d’ailleurs ce que lui a dit FTDA au sujet de la prise en charge des plus de 17 ans à Paris.

Un Malien arrivé d’Espagne il y a un mois compte y retourner et cherchait des aides financières pour le ticket (apparemment il a un titre de séjour là-bas).

Un Egyptien parlant très peu français répétait que la France c’était foutu : pas de logement, pas d’argent, pas de travail.

Le dispositif actuel qui les envoie à l’hôtel est organisé d’une façon compliquée : tri des jeunes et distribution de tickets avec enregistrement des noms sur ordinateur, puis ceci fini et les victimes du tri sorties, distribution de draps jetables et d’un sachet avec de la nourriture (chips, gâteaux, jus...) et signature d’un reçu par les jeunes, enfin distribution des tickets de métro... fin des opérations à 20h30 !

Les jeunes sont plutôt contents d’être à l’hôtel et de pouvoir y rester jusqu’à midi au lieu d’être mis dehors à 7h30, mais c’est bien le seul point positif de ce nouveau bricolage.

Une nouvelle intervenante à la PAOMIE... et toujours des refus de prise en compte des documents d’état civil par les intervenants de FTDA si le faciès (ou les paroles) ne correspond pas, à leurs yeux, à l’âge indiqué.

6 octobre

Comme chaque weekend moins de monde à la PAOMIE (33) malgré 6 nouveaux Afghans ; Il y avait nettement moins d’Africains ce soir.

8 jeunes ont dû dormir dehors sous la pluie

Un jeune Algérien envoyé à l’ASE vendredi n’a apparemment pas reçu d’allocation pour ses repas et est revenu à la PAOMIE pour savoir ce qu’il devait faire. Il a fallu expliquer à la collectrice que ce n’était pas la première fois que l’ASE laissait des jeunes dans cette situation en leur disant de revenir le lundi ; il a pu avoir un sac repas.

Un autre jeune Algérien de presque 15 ans et 11 mois a lui aussi été envoyé à l’ASE il y a quelques semaines ; après 4 jours à l’hôtel il a été mis au foyer AMIE (foyer géré par FTDA où sont mis les jeunes pris en charge par l’ASE dans l’attente d’une autre place) ; il est parti du foyer il y a maintenant trois semaines car il était furieux de devoir attendre plusieurs semaines avant d’être scolarisé. Il vient le soir pour essayer de se faire prendre en charge et à chaque fois il est renvoyé d’une manière peu aimable (l’attitude des collectrices de FTDA est très hostiles) et il doit dormir dehors ; c’est vrai que c’est un jeune à problèmes mais cela ne semble pas une raison suffisante pour le laisser dehors ; s’il y avait des éducateurs à la PAOMIE ce jeune aurait pu être mieux suivi dès le début.

15 octobre

Comme toujours le weekend une baisse (légère) des jeunes présents à la PAOMIE le soir (26 le 7 ; 25 le 14) et sinon en moyenne 10 dehors chaque soir depuis le début du mois ;

37 jeunes Afghans arrivés depuis le début du mois, ce qui semblerait confirmer la baisse du nombre de jeunes Afghans passant par Paris (ou y restant plus de quelques heures) : 833 jusqu’au 15/10 en 2012 contre 897 jusqu’au 30/10 en 2011.

Concernant le tri, visiblement les critères ethniques persistent : comment expliquer sinon que le premier groupe ait été celui d’Europe de l’Est (5), le deuxième des pakistanais (deux) et ensuite des africains (3), dont la plupart en prenant l’approche au faciès de détermination de l’âge comme le fait FTDA, étaient loin d’être les plus jeunes ; la logique voudrait que les premiers choisis soient les plus jeunes ou les plus fragiles, ce qui n’était visiblement pas le cas hier soir

16 octobre

Un jeune Algérien de 14 ans arrivé ce weekend va devoir attendre 4 jours son entretien avant d’être éventuellement envoyé à l’ASE.

Un jeune Pakistanais de 16 ans a attendu un mois et demi avant d’être mis à l’hôtel (et il va devoir encore attendre avant d’être pris en charge par l’ASE).

Un jeune Afghan de 14 ans arrivé lundi est déjà reparti, en province d’après ce qu’il disait, rejoindre un oncle ; 3 autres étaient au CAMRES mardi matin mais ne sont pas venus à la PAOMIE

En Autriche durant les 8 premiers mois il y a eu 1109 MIE demandant l’asile contre 718 l’an dernier ; en ce qui concerne les Afghans, ils étaient 776 de janvier à aout 2012 contre 473 pour toute l’année 2011 ; ceci explique peut-être le tassement des arrivées sur Paris et confirme la réorientation des trajets d’exil.

17 octobre

Le choix se fait comme d’habitude par groupe “ethnique” et les plus jeunes, les plus fragiles et les plus en danger, ne sont pas triés en premier comme cela devrait être si ces critères étaient respectés. Ainsi on voit d’abord choisi un groupe de 4 Pakistanais qui (à l’exception de l’un d’entre eux très jeune) sont plus vieux que le jeune Algérien qui ne viendra qu’après ou que deux jeunes Afghans qui eux ne seront choisis que bien plus tard. Dans ces conditions comment les jeunes peuvent-ils comprendre la logique de ce tri et ne pas intégrer qu’il y a des choix au faciès non seulement basés sur l’âge apparent mais aussi sur la couleur ou la nationalité, ce qui avait conduit à des incidents l’hiver dernier.

33 jeunes ce soir.

18 – 23 octobre

Augmentation du nombre de MIE présents à la PAOMIE le soir : 47 lundi soir, soit 22 dehors. Malgré l’arrivée de jeunes Afghans (20 en une semaine, dont 8 hier dans la nuit), ce sont surtout les jeunes Africains qui sont les plus nombreux ; il y a eu pas mal d’arrivées ce weekend.

Vendredi le tri était, comme toujours, incompréhensible : pourquoi la collectrice de FTDA ne choisit elle pas les plus jeunes en premier ? Comme d’habitude le tri s’est fait par groupe ethnique (Pakistanais, Africains, Maghrébins puis Afghans) et le jeune Afghan de 14 ans (revenu après plusieurs jours d’absence : visiblement sa tentative d’aller ailleurs a été un échec) et le jeune Pakistanais presque aussi jeune ont été “choisis” dans les derniers ; comment ces jeunes peuvent-ils saisir une logique dans ce tri ?.

Il s’agit de la même logique qu’aux bus. FTDA réagit (cède) aux inévitables pressions communautaires par lâcheté, parce qu’ils savent d’avance que les exclus exprimeront leurs rancœurs sur la base de calculs par origine ou couleurs de peaux. Alors, ils substituent le critère ethnique à celui de l’âge (apparent). Ce qui veut dire qu’ils ont perdu jusqu’au sens de leur mission parce qu’ils ont accepté de faire un boulot infaisable dans un contexte où, de toute façon, il y aura des injustices du fait de moyens insuffisants.

Lundi un jeune Ivoirien était écœuré parce que la PAOMIE avait rejeté les documents d’état civil qu’il avait reçu par DHL de RCI, jugeant que la manière dont il s’exprimait et ce qu’il disait était en contradiction avec les 16 ans annoncés ; visiblement une des intervenantes de FTDA a une attitude très dure et rigide vis à vis des jeunes.

Un jeune Afghan arrivé il y a presque 9 mois va très mal ; Il a finalement passé son expertise osseuse vendredi (après de longues discussions avec lui) et devait avoir les résultats aujourd’hui ; très perturbé il était en larmes à Jaurès vendredi. Il ne sait plus très bien où il en est, et est prêt à tout arrêter et rester dehors sous les ponts ; FTDA lui assure pourtant qu’il sera de toutes façon hébergé, soit comme mineur, soir comme majeur durant la procédure d’asile. L’intervenant de FTDA dit qu’il lui faudrait voir un psy et que cela fait longtemps qu’ils demandent un psy dans l’équipe de la MJR sans résultat.

Un jeune de 16 ans se plaint de douleur abdominale ; il a été opéré en Iran il y a un ou deux mois, ce qui lui a laissé une belle cicatrice ; MSF craint qu’il y ait des abcès internes et souhaitait qu’il se rende à l’hôpital pour des examens aujourd’hui, mais ce jeune a prévu de partir mercredi et n’a rien voulu savoir.

24 – 27 octobre

19 mineurs dormant dehors le 24, 13 le 25, 15 le 26, 8 le 27 (comme toujours une baisse de fréquentation le weekend surtout de la part des africains).

Remarque de deux jeunes Afghans ayant passé une semaine à Rome : « là-bas au moins on était mis à l’abri... ». A Paris ils ont passé plusieurs nuits dehors et vont partir en Suède (rien d’étonnant)

Familles

3 septembre

Deux familles afghanes sont dehors depuis 9 jours. Malgré le rendez-vous à la CAFDA (obligatoire pour bénéficier d’un hébergement) le 115 n’a rien trouvé et il est probable que ce soir elles seront encore dehors. Parmi les enfants, une fille de 8 ans et un garçon de 5 ans.

Deux familles demandeuses d’asile ne peuvent scolariser leurs enfants faute d’acte de naissance

10 septembre

Les deux familles afghanes, après 12 jours dehors sans réponse du 115, sont finalement parties, et deux autres familles, dont une avec un enfant d’un an et demi, arrivées dimanche n’ont pas eu de chambres lundi soir (à noter que le weekend maintenant il sera difficile d’obtenir des hébergements des familles par le 115 qui n’assurerait qu’une veille et n’effectuerait plus de recherche de places).

Le jeune N (9 ans) et son père attendent depuis deux semaines une réaction de la CAFDA concernant la scolarisation ; ils se sont présentés jeudi à 6h du matin pour essayer de voir quelqu’un et n’ont obtenu qu’un rendez-vous pour le 2 octobre. En appelant directement les services scolaires de la mairie hier le problème a été résolu et N devrait être scolarisé.

13 septembre

Une des deux familles arrivées dimanche est partie (celle avec l’enfant de un an et demi), l’autre a passé sa 5ème nuit dehors (pas de places au 115 malgré le fait que la petite fille de 3 ans se soit cassé le bras)

18 septembre

La famille, après 5 jours dehors, trois nuits d’hôtel (ce weekend) s’est retrouvée de nouveau à la rue hier soir

24 septembre

Une famille arrivée dimanche aura passé sa deuxième nuit dehors malgré les appels au 115 faits dès 10h le matin (trois enfants de 6, 4 et 2 ans) dont le plus jeune était malade lundi matin.

Refus de la mairie de Claye Souilly (UMP) de scolariser des enfants d’une famille afghane suivie par la CAFDA sous prétexte de l’absence d’acte de naissance et de livret de famille ; ils veulent attendre le passage à la préfecture et avoir copie de la notice asile (mais ceci ne se fera que fin octobre !).

4 octobre

Une famille afghane avec les trois enfants de 2 à 6 ans a enfin été hébergée pour une semaine (ils avaient bénéficié de trois jours, puis avaient été remis dehors lundi et mardi) ; pour cela il a fallu interpeler la mairie du 10ème, la mairie de Paris, la directrice du pôle famille du 115, des interventions de la responsable des maraudes dans le secteur (Emmaüs)... Une famille iranienne n’était toujours pas logée mercredi soir mais devait, d’après le 115, être prioritaire pour jeudi soir.

28 octobre

Ce matin une famille afghane avec 4 enfants (de 1 an et demi à 7 ans) était au CAMRES. La femme est enceinte de 5 mois mais cela n’émeut pas le 115 qui doutait de pouvoir trouver une place ; la mairie du 10ème et la mairie de Paris ont été informées, ainsi que les services du Défenseur des Enfants.

Distribution

des repas

8 octobre

Comme chaque soir, à la distribution de l’Armée du Salut il y avait une longue file d’attente de personnes diverses : personnes à faibles ressources du quartier, hommes et femmes, travailleurs d’origine étrangère, quelques jeunes mineurs dont des Afghans.

Nous avons eu de longues discussions avec des bénévoles afghans : l’un suit une formation d’électricité et habite en foyer en grande banlieue, l’autre est sans emploi et sans ressources ; il vit dans un foyer dans le 13ème depuis que les tentes où il logeait, sous le métro aérien à Jaurès, ont été évacuées. Le bénévolat lui apparaît comme une planche de salut face à l’inactivité forcée et l’absence de perspective.

Nous avons aussi discuté avec le major de l’Armée du Salut (le seul à être en uniforme) :
  350 repas distribués pour 280 personnes environ (certains passent 2 fois)
  sur le lieu : ils ont été "expulsés" du Quai de Valmy sur plainte des riverains. La mairie du 10è qui a reçu ces plaintes leur a demandé de se déplacer. L’emplacement actuel, présenté comme provisoire par les mairies du 10è et du 18è, dure depuis l’été. Et encore lui a-t-il fallu se battre pour "décaler" le lieu de distribution de quelques mètres (urinoirs sauvages à proximité, l’odeur est insoutenable). Cela pose 2 problèmes :
  le comportement de quelques habitants qui ne subissent aucune gêne réelle mais sont toujours prêts à cracher sur toute misère qu’ils pourraient voir, même s’il leur faut des jumelles pour la voir ;
  le fait que la mairie entende si facilement les plaintes de ces gens-là et leur donne satisfaction alors qu’elle a nettement plus de mal à entendre la souffrance silencieuse.

17 octobre

Un caméraman de France 5 est présent. Il filme les bénévoles qui distribuent les repas à la chaîne. Nous n’avons pas pu lui parler, mais nous apprenons par un bénévole qu’il ferait un reportage sur le gâchis de nourriture. Le thème est très mode mais nous nous interrogeons sur ce lieu pour un tel thème. Un jeune Algérien nous pose des questions sur son séjour en France. Il nous dit d’abord qu’il est mineur (et il a l’air jeune) puis voyant que nous lui répondons sérieusement il nous avoue être majeur "parce que vous êtes gentilles, je ne peux pas vous mentir...". En fait il veut rester en France avec sa copine, mais ne demande pas l’asile. Adressé à une permanence juridique. Nous nous faisons également interpeller par un bénéficiaire du RSA (français, si je puis préciser), sans agressivité, sur les Roms pour qui nous ne ferions rien. « On donne tout aux Afghans, qui sont bien habillés et ont des portables alors que les familles Roms sont à la rue ». Nous sommes peut-être arrivées à lui faire percevoir qu’il ne servait à rien d’opposer les exilés et de les monter les uns contre les autres. Et que s’il avait vu des Afghans bien habillés nous en avions vus en tongs et en petit blouson léger en plein hiver.

Bus atlas et hébergement

3 septembre

Au niveau des bus atlas il y a maintenant deux catégories d’Afghans : une liste de 30 noms est faite par les Afghans eux-mêmes (avec la dérive habituelle : le choix des “copains”) et une liste de 15 noms est faite par Aurore après le deuxième bus. Hier soir ils étaient plus de 20 et donc au moins 5 risquent de passer plusieurs nuits dehors

10 septembre

Des demandes de duvets car les nuits sous les ponts du canal sont plutôt fraiches et, outre les mineurs refusés par FTDA, il y a plus d’une trentaine d’exilés dormant dehors chaque soir. Ils étaient 30 hier soir à faire la queue après le deuxième bus atlas dans l’espoir d’avoir une place pour le lendemain... mais seulement la moitié aura cette chance avec le dispositif actuel

13 septembre

Plus d’une trentaine d’exilés faisant la queue après le deuxième bus atlas

18 septembre

Plus d’une trentaine à faire la queue après le deuxième bus et beaucoup ne viennent pas : une dizaine rencontrés par exemple le long du canal (avec des duvets...)

8 octobre

Tensions avec des Africains (en viennent aux mains),

Après départ du bus : inscription de la quinzaine/vingtaine de laissés pour compte pour le bus du lendemain.

Deux jeunes Afghans nous montrent l’endroit où ils dorment : sous les ponts entre le quai où stationne le bus et République

15 octobre

Aux bus atlas la règle pour le choix par l’Afghan “responsable de la liste des 30 noms” serait qu’il faut avoir été là depuis plus de trois mois avec une domiciliation pour être inscrit sur cette liste des “habitués”... (certains disent des « copains du responsable »). Il va sans dire que cela provoque des remous parmi la vingtaine de ceux qui devront faire la queue après le deuxième bus en espérant être inscrit dans la liste des 15 places restantes. Cette logique, si elle assure la tranquillité du personnel d’Aurore, est assez inique, pouvant laisser à la rue des gens plusieurs soirs... ce qui visiblement en décourage certains de tenter leur chances (peut-être est-ce aussi l’effet escompté)

16 octobre

13 Afghans faisant la queue après le deuxième bus, mais il y avait 13 ou 15 Africains venant d’Espagne, ne pouvant pas s’inscrire pour le lendemain, car les 15 places sont réservées exclusivement pour les Afghans.

17 octobre

Colère des Sub-Sahariens qui se sentent lésés. Mais, comme nous le savons tous, l’Afrique n’est pas un pays mais un continent. Donc différences entre des Ghanéens et des Sénégalais (à commencer par la langue). Les Ghanéens ne savent pas où manger : on leur explique où aller chaque soir ; ils sont furieux de ne pas être pris dans le bus : on leur explique. Long, compliqué, redondant, tant il est vrai qu’il est difficile de cautionner les quotas, même si ça évite les bagarres, ce qui n’est pas négligeable. Ici aussi, le tri est d’abord ethnique : Maghrébins, Africains noirs, Afghans, Iraniens,.... Pour chaque groupe, un représentant du « groupe » est chargé d’établir la liste des personnes à prendre dans le bus, en veillant à ce que ceux qui ne sont pas pris un soir le soient le lendemain : devant le manque de place, c’est le principe du roulement qui est retenu. Quant à savoir comment sont établis les quotas pour chaque « groupe », c’est difficile – et on ne voit pas, d’ailleurs, comment il pourrait y avoir un critère rigoureux et juste en la matière.

24-27 octobre

Une quinzaine de majeurs Afghans restant dehors près des bus atlas. Ils dormiront dehors ce soir avec des températures ressenties (compte tenu du vent mais sans prendre en compte de l’humidité près du canal) de –2°C samedi matin et de –1°C dimanche matin (et ne dépassant pas 3°C les matins à venir). Il va sans dire que la pression pour les duvets s’accroit

Demandeurs d’asile

3 septembre

Un jeune majeur Afghan attend toujours la décision de l’OFPRA depuis son entretien en septembre 2011 !

13 octobre

30 personnes présentes à la réunion du collectif avec les exilés

Interrogations sur jusqu’à quelle convocation en préfecture les dublinés vont-ils pouvoir bénéficier de l’ATA suite à l’arrêt Gisti/Cimade ?

Pôle Emploi adoptera une position sur les suites qu’il donne à cet arrêt d’ici deux semaines. Vont-ils fixer un moment précis de la procédure Dublin à partir duquel le versement de l’ATA sera interrompu ? Que fera Pôle Emploi à partir du moment où les dublinés seront considérés comme en fuite. Le transfert n’est pas effectif mais le demandeur d’asile est considéré comme en fuite puisqu’il ne va plus aux convocations pour échapper au transfert, Pôle Emploi est-il informé par la préfecture de l’avancement de la procédure Dublin ? Quels documents les dublinés doivent-ils montrer à Pôle Emploi pour renouveler l’ATA ? etc.... Autre question, comment les dublinés, sans pièce d’identité vont-ils pouvoir ouvrir un compte pour le versement de l’ATA ?

La tension est montée entre nous et un Afghan qu’on connait bien au sujet de son placement en procédure Dublin. Quand il avait l’original de la décision de réadmission on n’a pas fait de recours et maintenant, il a perdu l’original et nous présente une photocopie bizarre avec des passages importants effacés volontairement. Du coup on lui a demandé l’original qu’il n’a plus et il s’est énervé en disant que quand il nous a présenté l’original on n’a rien fait.

Nous avons vu aussi un réfugié (depuis bientôt un an) qui a une pathologie grave (hépatite C) et un certificat de son docteur indiquant qu’il a besoin d’un hébergement. Cette personne vient souvent aux réunions. Il suit une formation de français mais pôle emploi ne lui a rien proposé d’après ce qu’il a dit.

Un jeune Afghan est resté après la réunion pour la traduction en persan de son histoire : histoire très douloureuse, son frère amputé de la main et mort des suites de cette amputation en prison, lui-même torturé en Turquie par des passeurs kurdes qui auraient demandé 5000 dollars de rançon.

27 octobre

Il y avait environ 50 personnes à la réunion.

Information générale sur Dublin et renvoi au Kiosque FTDA EMMAUS des questions individuelles, Kiosque qui, on ne sait pourquoi, nous les avait précisément envoyés pour des choses qu’ils sont censés gérer.

Pôle emploi ne bouge toujours pas sur l’ATA des Dublinés.

Racket

27 septembre

Après une nuit passée à marcher dans les rues, à l’ouverture du square, 7 migrants d’origine afghane entre 14 ans et 27 ans, se réfugient à l’abri de l’auvent des toilettes du square Villemin. A peine arrivés, vers 7h30, 3 personnes en uniforme, armées ceinture avec armes, bâton, gaz lacrymogène… viennent vers eux et leur demandent d’écarter les bras, ils fouillent leur poches et leur sac (pour ceux qui en ont un), et en retirent l’argent qu’ils ont sur eux : 430 euros, 440 euros, 300 euros , 100 euros, et 50 euros pour deux autres ; seul le jeune de 14 ans a pu conserver ses 20 euros. Ils leur ont ensuite fait signe de s’en aller et sont eux-mêmes sortis du square. Pour eux, c’est sûr que ce sont des policiers vu la description détaillée de leur vêtements et armes. En allant vers le commissariat porter plainte ils ont vu des policiers et ont confirmé l’inscription POLICE en blanc sur des blousons bleu marine. Ils ont dit que c’étaient exactement ces uniformes-là. Ils ont eu peur d’être arrêtés et ont fait demi-tour.

CR maraude sept oct 12 | 0 X 0 | 87.2 ko
 
 
   
   
  compte rendu des activités et maraudes mars mai 2013
Activités et maraudes du Collectif de Soutien (...)
compte rendu des activités et maraudes janvier février 2013
Mineurs 3 janvier 2013 Il y avait 37 jeunes (...)
compte rendu des activités et maraudes novembre décembre 2012
Mineurs 4 novembre Ils sont entre 32 et 33 (...)
compte rendu des maraudes : juin aout 2012
Juin - Aout 2012 Les mineurs 5 juin (...)
compte rendu des maraudes:mai 2012
Des mineurs toujours maltraités En mai ils (...)
compte rendu des maraudes : mars avril 2012
Compte rendu des activités et des maraudes du (...)
compte rendu des maraudes : janvier février 2012
Les mineurs dans le froid En janvier et en (...)
compte rendu des maraudes novembre décembre 2011
Les mineurs En 2011 nous avons rencontré (...)
compte rendu des maraudes septembre octobre 2011
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes juillet aout 2011
Les mineurs En juillet nous avons rencontrés (...)
compte rendu des maraudes juin 2011
Les mineurs En juin nous avons rencontrés 73 (...)
compte rendu des maraudes mai 2011
Les mineurs En mai 82 nouveaux mineurs (...)
compte rendu des maraudes avril 2011
Les mineurs En avril, 69 nouveaux mineurs (...)
compte rendu des maraudes mars 2011
Les mineurs Depuis janvier 2011 nous avons (...)
compte rendu des maraudes janvier février 2011
Les mineurs Durant les deux premiers mois de (...)
compte rendu des maraudes décembre 2010
Les mineurs Nous avons rencontré 124 (...)
compte rendu des maraudes novembre 2010
Les mineurs Durant ce mois de novembre nous (...)
compte rendu des maraudes octobre 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes septembre 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes août 2010
Mineurs dans l’attente Les vacances (...)
compte rendu des maraudes juillet 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
évacuation du canal : communiqué du Collectif
Exilés afghans : hypocrisie gouvernementale (...)
compte rendu des maraudes juin 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes mai 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes avril 2010
Les mineurs Nous avons vu 46 nouveaux (...)
compte rendu des maraudes mars 2010
Mineurs : toujours nombreux, toujours mal (...)
compte rendu des maraudes février 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes janvier 2010
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
CP/Collectif de soutien des exilés du 10ème – GISTI - MRAP Nouvel hébergement parisien à l’ancien hôpital Saint-Lazare Toujours pas de réponse satisfaisante à la situation des exilés
Communiqué de Presse Collectif de soutien (...)
CP/Conditions de vie inhumaines des exilés dans le 10ème arrondissement à Paris
Conditions de vie inhumaines des exilés dans (...)
compte rendu des maraudes décembre 2009
Paroles de mineurs Voici ce que disaient (...)
compte rendu des maraudes novembre 2009
Après 4 ans, un espoir pour les mineurs ? Le (...)
compte rendu des maraudes octobre 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes septembre 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes du collectif août 2009
L’expulsion indigne des exilés des (...)
lettre ouverte des associations au maire de Paris après les expulsions des exilés des parcs du 10ème (signatures au 12 sept)
LETTRE OUVERTE À MONSIEUR DELANOE Monsieur (...)
Compte rendu des maraudes du Collectif de Soutien des Exilés du 10ème arrondissement de Paris Juillet 2009
Les mineurs toujours plus nombreux 52 (...)
À Paris, les exilés, principalement afghans, chassés du parc Villemin, seul abri qui leur est offert la nuit !
À Paris, les exilés, principalement afghans, (...)
compte rendu des maraudes du collectif juin 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes du collectif mai 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes avril 2009
Comment se débarrasser des mineurs afghans ? (...)
2e Cercle de silence devant l’église Saint-Laurent, Paris X
Dimanche 26 avril 17h - 18h Appel de (...)
compte rendu des maraudes mars 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
L’inhospitalité a tué deux exilés à Paris et à Calais/عدم مهمان نوازی باعث کشته شدن دو پناهنده در پاریس و کاله شد/Inhospitality killed two exiles in Paris and Calais
Communiqué du Collectif de soutien des exilés (...)
Action Amnesty International : 25 et 29 avril 2009 : demander l’asile est un droit, pas un délit
Les groupes parisiens d’Amnesty (...)
Intervention du Collectif au square Villemin (Paris 10ème) le 3 avril 2009 à l’occasion de la semaine du développement durable
Nous n’allons pas vous parler des (...)
compte rendu des maraudes février 2009
Février 2009 Toujours plus de mineurs (...)
compte rendu des maraudes janvier 2009
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
CERCLE DE SILENCE ( دايره سکوت) le samedi 7 février 2009 17h - 18h sur le parvis de st Laurent PARIS 10
Le collectif des exilés du 10e a appellé à un (...)
Compte rendu de la réunion du comité de suivi du Kiosque du 22 janvier 2009
Compte rendu rédigé par le Collectif de (...)
Réunion des associations du 10ème avec la mairie - 13/02/09
COMPTE RENDU REDIGE PAR LES ASSOCIATIONS (...)
compte rendu des maraudes décembre 2008
Des mineurs de plus en plus nombreux En (...)
compte rendu des maraudes novembre 2008
Espoirs déçus pour la vingtaine de mineurs (...)
réunion publique le 28 novembre à Paris sur la situation des afghans
GUERRE EN AFGHANISTAN CHASSE AUX EXILES (...)
compte rendu des maraudes octobre 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes septembre 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu des maraudes août 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en juillet 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
un après midi avec les exilés ; 5 juillet 2008 square Villemin
5 juillet : une éclaircie La journée débute (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en juin 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
compte rendu de la réunion à la mairie du 10ème - 11 juin 08
Compte rendu de la réunion entre le Collectif (...)
Rencontre avec les exilés samedi 5 juillet de 13h à 18h
Organisée par le collectif des exilés du Xe (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en mai 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en avril 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en mars 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Avenue de Verdun 04/03/08
Avenue de Verdun Ch R. 04/03/08 Ils sont (...)
1000 jeunes français de plus en Afghanistan, combien de jeunes Afghans en sus dans le 10e arrondissement de Paris ?
1000 jeunes français de plus en Afghanistan, (...)
Maraude auprès des Irakiens présents dans le 10ème arrondissement
Affligeant de discuter avec les Irakiens (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en février 2008
Des mineurs moins nombreux que l’an (...)
Lexique pour les comptes rendus de maraudes
Allées de Verdun : allée située près de la (...)
Reportage : Paris, le quotidien de l’exil
A lire sur : http://www.leblogde21.com/ Au (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en janvier 2008
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en décembre 2007
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte rendu des maraudes du collectif en novembre 2007
De plus en plus de mineurs isolés étrangers (...)
Renversement d’image pour afficher l’invisibilité des exiles
De l’autre côté de l’affiche... (...)
Compte-rendu des maraudes d’octobre 2007 du Collectif
Le dispositif parisien d’accueil des (...)
Compte-rendu des maraudes de septembre 2007 du Collectif
Lire ce compte-rendu en pdf : Dur combat (...)
Irakiens, SDF à Paris, coincés entre deux enfers
PARIS, 15 nov 2006 (AFP) - "Je ne sais pas où (...)
Compte-rendu des maraudes de l’été 2007
L’accueil des exilés : version parisienne
Maraude de juin 2007
Exceptionnellement les pièces jointes ne sont (...)
compte rendu des maraudes du collectif mai 2007

Compte-rendu des maraudes d’avril 2007
Lire ce compte-rendu en pdf : L’approche
Compte-rendu des maraudes de mars 2007
Lire ce compte-rendu en pdf : Les mineurs (...)
Compte-rendu de Février 2007
Le mois de février a été marqué par la chasse (...)
Compte-rendu des maraudes de janvier 2007
Compte rendu des maraudes du Collectif de (...)
Compte-rendu des maraudes de décembre 2006
Retrouvez les autres compte-rendus de maraude (...)
Compte-rendu des maraudes de novembre 2006
Retrouvez les autres compte-rendus de maraude (...)
Compte rendu des maraudes d’octobre 2006
Alors que le froid a fait son arrivée, tout (...)
Maraudes de septembre 2006
Les familles sont parties Sur les 7 familles (...)
Maraudes de juillet et d’août 2006
Appliquer chaque fois que c’est (...)
Compte rendu des maraudes de juin 2006
Retrouvez les autres comptes-rendus de (...)
Compte-rendu des maraudes de mai 2006
Retour Avenue de Verdun et sur les quais du (...)
Compte-rendu des maraudes d’ avril 2006
« Cela me ramène des années en arrière quand (...)
Les rafles discriminatoires d’étrangers seraient-elles légales ?
Dimanche 7 mai 2006, huit avocat-e-s de (...)
Maraudes de mars 2006
Cette année, sans doute sous la pression des (...)
Compte-rendu des maraudes de février 2006
Durant ce mois de février il y avait seulement
Maraudes de décembre 2005 et janvier (Gare de l’Est, Paris X)
« Si on ouvrait 1000 places demain, il y (...)

 
 

Entrez votre recherche dans le formulaire ci-dessus puis validez.
 
  Plan du site / Web map  
  Espace privé  
   
Accueil - Fil d'info - Site réalisé avec SPIP