accueil
  Qui sommes nous ? | Sur l'asile | Maraudes | Exilés mineurs | Presse pays d'exil | Nous contacter | Photos | Archives
  Liens | A Calais | Les exilés sur les routes d'Europe | Adresses utiles à Paris

Accueil du site > Premières mobilisations - mars à mai 2003 > Les paroles ne protègent pas de la pluie, Monsieur le Ministre (...)

COMMUNIQUE

Les paroles ne protègent pas de la pluie, Monsieur le Ministre !

Communiqué suite à l’entrevue avec Mr Normand, conseiller du Ministre des Affaires Sociales, déclenchée par une manifestation du collectif devant le ministère

mardi 20 mai 2003, par exiles10


Paris, le 20 mai 2003

Alors que plus de soixante personnes - réfugiés et membres du Collectif de soutien aux réfugiés du 10ème arrondissement de Paris - étaient rassemblées vendredi 16 mai devant le ministère des Affaires sociales, une délégation composée de représentants des réfugiés et des organisations membres du collectif, a été reçue par M. Normand, conseiller technique auprès de M. Fillon.

Au cours de cet entretien, les réfugiés (un Kurde, un Iranien et un Afghan) ont raconté la grande précarité qui est la leur depuis leur arrivée en France. Le collectif a remis une note de synthèse [1] sur la situation et exposé ses revendications : ouverture d’un local pour assurer hébergement, nourriture, aide et suivi des situations juridiques extrêmement variées, mise en place d’un dispositif pour la prise en charge médicale, accès à des cours de français, prise en charge urgente des mineurs.

La présidente de France Libertés, Danielle Mitterrand, faisait partie de la délégation et a souligné l’urgence d’ouvrir à Paris le lieu d’accueil que demande le collectif : une « maison des migrants « (qui pourrait être ouverte dans toutes les grandes villes) plutôt que des trottoirs pour assurer le devoir d’accueil de la France.

Bien que donnant un avis favorable aux revendications du collectif et assurant qu’un hébergement d’urgence serait être mis en place rapidement, aucun engagement concret n’a été pris par le ministère des Affaires sociales au cours de cet entretien.

Une cinquantaine de réfugiés est hébergée tant bien que mal depuis plus d’une semaine par le Comité des sans-logis et Emmaüs. Mais ces associations manquent de moyens alors qu’ aujourd’hui, le ministère n’a toujours rien proposé. Ces réfugiés vont devoir retrouver les trottoirs mouillés de Paris où les attendent ceux que les associations n’ont pu accueillir faute de place.

Le collectif de soutien dénonce cette situation inacceptable. L’Etat français doit assurer son devoir d’accueil des réfugiés et concrétiser le soutien affiché aux revendications du collectif.

Le Collectif de soutien des réfugiés du 10ème arrondissement de Paris : Acort, Agir dans le 10ème, Amnesty International, Attac 9/10, Comité des sans-logis, France Libertés, GISTI, LCR 10, LDH, Malakurd, Maison de jeunesse, Médecins du monde, PCF, Secours catholique, Sud PTT, Verts 10.

Contact presse : Mélanie Le Verger / France Libertés : 01-53-25-10-40

 
 
   
   
  Les réfugiés irakiens de Paris n’auront que le pavé pour dormir.
Depuis la fermeture des structures d’héberge
Le Xème arrondissement solidaire des exilés irakiens !
Après des années d’embargo qui ont (...)
Voeu voté par le Conseil d’Arrondissement du 10ème
Voeu déposé par Sylvie Scherer, Christophe (...)
Des Kurdes réfugiés dans un square du 10e
« En Irak, j’ai un travail, une maison, (...)
Voeu concernant la situation des exilés à Paris
Comme cela était prévisible, la fermeture du (...)
Question/réponse sur les exilés
Question publiée au JO le : 20/03/2003 (...)

 
 

Entrez votre recherche dans le formulaire ci-dessus puis validez.
 
  Plan du site / Web map  
  Espace privé  
   
Accueil - Fil d'info - Site réalisé avec SPIP