accueil
  Qui sommes nous ? | Sur l'asile | Maraudes | Exilés mineurs | Presse pays d'exil | Nous contacter | Photos | Archives
  Liens | A Calais | Les exilés sur les routes d'Europe | Adresses utiles à Paris

Accueil du site > Qui sommes nous ? > A la rencontre des exilés, un soir de novembre 2003

A la rencontre des exilés, un soir de novembre 2003

Compte-rendu de la maraude du mercredi 5 novembre

jeudi 6 novembre 2003, par exiles10


7 membres du Collectif sont allés hier soir à la rencontre des exilés, dans le 10è arrondissement de Paris.

Le square Alban Satragne était curieusement vide ; des grillages en métal ont été installés autour de la petite place, devant le square, probablement dans la perspective de travaux au printemps prochain ( ! !), c’est pratique pour dissuader les exilés d’y squatter.

Les membres du Collectif ont ensuite visité le parking souterrain Magenta : personne non lus.

Rue des petites écuries : quelques personnes dans la rue nous approchent alors qu’on s’apprête à entrer dans le parking d’un immeuble.

D’abord méfiants, les exilés nous confirment qu’ils y dorment, et qu’ils ont beaucoup de problèmes avec la police. Ils se plaignent d’avoir subi les gaz des bombes lacrymogènes récemment ou dans la journée ( ?).

Ils nous invitent à entrer dans le parking, qui est un vrai labyrinthe.

Nous arrivons dans une salle où dorment d’après les exilés, une centaine de personnes, sur des cartons, certains ont des couvertures.

Nous en compterons cinquante, mais le parking est immense et les exilés sont dispersés.

Les quelques personnes qui parlent anglais nos confient que la moitié d’entre elles souhaitent demander l’asile en France.

Nous leur avons donné rendez-vous au square Alban Satragne samedi, à 14h30.

Ils seront certainement nombreux, et beaucoup souffrent de problèmes sanitaires, notamment de maladies de peau.

Nous avons besoin de Médecins du Monde samedi.

Il y a beaucoup de mineurs parmi eux.

Nous avons besoin d’un coup de main des associations prenant en charge les mineurs étrangers isolés.

Deux étaient blessés, nous les avons conduit à l’hôpital la Riboisière.

D’autres membres du Collectif, pendant ce temps, ont informé une personne habitant en face du parking squatté, de la situation des exilés et , j’imagine, du travail du Collectif.

On a du pain sur la planche samedi, on a besoin de toutes les bonnes volontés : interprètes, médecins, éducateurs, membres du Collectifet des documents traduits en farci, kurde et autres langues.

 
 
   
   
  معرفی گروه ما
معرفی گر
présentation du collectif
Nous nous appelons le Collectif de soutien (...)
Historique et actions du collectif
Qui sommes nous ? Historique et actions du (...)
Pour nous contacter
Vous pouvez contacter le collectif par : (...)
Au square : article de V. Carrère dans Vacarme (2003)

Histoire de mineur
Banafshef , Mustapha et moi avons rencontré (...)
Quelle était la situation des exilés en 2003
Le 10ème arrondissement de Paris, avec la (...)
Note d’information à propos des exilés se trouvant autour du square Satragne à Paris 10ème
I - INTRODUCTION : la création du collectif (...)

 
 

Entrez votre recherche dans le formulaire ci-dessus puis validez.
 
  Plan du site / Web map  
  Espace privé  
   
Accueil - Fil d'info - Site réalisé avec SPIP