accueil
  Qui sommes nous ? | Sur l'asile | Maraudes | Exilés mineurs | Presse pays d'exil | Nous contacter | Photos | Archives
  Liens | A Calais | Les exilés sur les routes d'Europe | Adresses utiles à Paris

Accueil du site > Accueil de nuit tournant hiver 2003-2004 > Les exilés de la gare de l'Est à Paris pris au piège de leur rêve (...)

Les exilés de la gare de l’Est à Paris pris au piège de leur rêve d’Occident

Dépêche AFP 21 décembre 2003

dimanche 21 décembre 2003


PARIS (AFP) - Des dizaines d’exilés, kurdes, afghans, iraniens, pris au piège de leur rêve d’Occident, errent depuis plusieurs mois près de la gare de l’Est à Paris, avec pour seul but la soupe populaire du soir et un hypothétique abri pour la nuit trouvé par un collectif de soutien. Ces hommes jeunes, souvent issus des classes moyennes, ont passé des mois sur les routes, versé des milliers d’euros à des passeurs pour une existence qu’ils imaginaient meilleure dans des pays dont ils ne connaissent même pas la langue.

"Là-bas, je n’avais pas de sens à donner à ma vie. Si j’avais juste voulu manger et dormir, je serais resté dans mon pays", explique l’un d’eux, Mohamad, un céramiste de 25 ans qui, à l’été 2000, a quitté Souleimaniyah (Kurdistan irakien). Pour son voyage, il a vendu sa maison et dépensé 10.000 euros. "De quoi construire un immeuble chez moi", raconte-t-il, avec ses habits pour seuls biens épargnés par trois ans et demi de périple.

Vendredi soir, des militants du collectif de soutien sont venus dans le square où ils se rassemblent annoncer aux exilés qu’ils n’avaient pas trouvé d’abri pour la nuit. Ils ont dormi dans un passage couvert. Samedi, une association leur a offert le gîte. Récemment, ils ont été chassés d’un parking au gaz lacrymogène.

Un fourgon de police provoque un début de fuite précipitée. Ils racontent être souvent contrôlés, fouillés. Mais en France comme ailleurs en Europe, les procédures sont rares. Les Etats ne veulent pas être les premiers à entériner leur présence et ouvrir la porte à une demande d’asile sur leur territoire, expliquent les exilés.

Depuis la fermeture du centre de rétention de Sangatte en novembre 2002, la France a engagé "une politique de camouflage" de ces immigrés d’un nouveau genre, dénonce Jean-Pierre Alaux du Groupe d’information et de soutien aux travailleurs immigrés (Gisti). Quatre jours après son départ de Souleimaniyah, Mohamad est passé au Kurdistan turc via l’Iran. Il est resté onze jours dans la cave d’une maison de la ville frontalière de Van, entassé avec des dizaines de Kurdes, d’Indiens, de Pakistanais. Ils partent pour Istanbul en camion, payent des dessous-de-table à des policiers pour poursuivre leur route. Moyennant 2.400 dollars, il passe en Bulgarie puis en Macédoine. A la frontière grecque, il est repoussé à plusieurs reprises par la police dans la montagne macédonienne, mais finit par entrer dans l’Union européenne. Mohamad reste un an et demi en Grèce, gagne de quoi vivre en récoltant des oranges.

Il reprend la route, arrive en janvier en Italie par Bari, poursuit par l’Autriche, l’Allemagne, où il passe un mois et demi en centre de rétention, puis les Pays-Bas, la Belgique et la France. "Je suis fatigué mais qu’est-ce que je vais faire si je retourne en Irak ?". Il espère aller en Angleterre comme, imagine-t-il, ceux qui disparaissent, remplacés par de nouveaux arrivants. Osman revient de Calais où il a tenté en vain de passer. Désormais, il souhaite rentrer : "Je pensais que l’Europe c’était bien pour des gens comme nous. Si j’avais su que c’était ça, je ne serais pas ici".

 
 
   
   
  Accueil de nuit tournant pour les exilés
Où ont-ils dormi ? 3-4 décembre 2003 : dans (...)
Appello ad ospitare gli esuli e/o a dormire con loro
Dalla chiusura di Sangatte nel novembre del (...)
Appel à héberger les exilés et/ou à dormir avec eux
Depuis la fermeture de Sangatte en novembre (...)
Le système D des associations de l’humanitaire
LE PLANNING de présence au square Alban-Satragne
Migrants en errance dans le 10ème arrondissement de Paris
Le MRAP, à la suite d’autres associations,
Saint-Hippolyte 18-01-2004 : des élus présents
La paroisse Saint-Hippolyte a accueilli, pour (...)
Réveillon du 1er de l’an à l’AGECA
Pour la troisième nuit consécutive, l’AGECA
les exilés du 10e manifesteront pendant la nuit de Noël
Les exilés du Xème arrondissement de Paris (...)
L’illégalité et l’arbitraire dans la République
Aujourd’hui, 24 décembre une délégation (...)
Act Up-Paris héberge les exilés du Xème
Ce soir, Act Up-Paris accueillera dans ses (...)
Des réfugiés accueillis chez les Verts
UNE QUARANTAINE d’Iraniens, Irakiens, (...)
Les Verts ont accueilli les exilés du 10ème arrondissement
Face au refus et à l’incapacité de la (...)
Des associations réclament un lieu d’accueil pour les migrants sans-logis
PARIS, 15 déc (AFP) - Des associations ont (...)
Conférence de Presse : les exilés toujours à la rue ?
Après quatre jours de repos grâce à leur (...)
Pour une véritable politique d’accueil des exilés
Les exilés qui, depuis des mois, survivent à (...)
Rue du Faubourg-Saint-Denis, les exilés en quête d’un toit
LE SQUARE Alban-Satragne reste le point de (...)
Les communistes hébergent les exilés du 10ème
Depuis le 1er décembre 2003 plusieurs (...)
Les exilés du 10ème arrondissement ont dormi à France Libertés
Depuis leur expulsion d’un parking du (...)
Un marathon des exilés contre les dangers du froid
Le 1er décembre 2003, quelques dizaines (...)
Expulsion d’exilés d’un parking souterrain
Le parking souterrain de l’immeuble sis (...)
Exilés ici et là-bas, toujours dans la rue
La situation des exilés de la place Carnot à (...)
Un premier décès dû au froid dans le 10ème arrondissement de Paris
Première victime du froid de l’hiver (...)
Ne laissons plus les exilés dormir dehors !
Pétition à signer en ligne, à télécharger et (...)

 
 

Entrez votre recherche dans le formulaire ci-dessus puis validez.
 
  Plan du site / Web map  
  Espace privé  
   
Accueil - Fil d'info - Site réalisé avec SPIP