accueil
  Qui sommes nous ? | Sur l'asile | Maraudes | Exilés mineurs | Presse pays d'exil | Nous contacter | Photos | Archives
  Liens | A Calais | Les exilés sur les routes d'Europe | Adresses utiles à Paris

Accueil du site > Interpellation des politiques - janvier à mars 2004 > Quand le gouvernement abandonne sciemment les exilés au (...)

Communiqué

Quand le gouvernement abandonne sciemment les exilés au froid

Choisir entre le racisme et l’égalité des êtres humains

Communiqué envoyé par le collectif le 1er mars pour dénoncer la suppression du bus grand froid pour les exilés du 10ème

lundi 1er mars 2004


En poussant une fois de plus, le 24 février 2004, son cri rituel d’alerte à l’annonce d’une vague de froid, Dominique Versini, secrétaire d’Etat à la lutte contre la précarité et l’exclusion, a omis d’annoncer publiquement que son administration avait, en même temps, décidé de laisser les Afghans, les Kurdes d’Irak, les Iraniens et les autres geler devant l’église Saint-Laurent (Paris 10e). Alors que tous les autres lieux de rassemblement des SDF à Paris bénéficient du passage d’un autobus supplémentaire de la RATP chaque soir de façon à pouvoir conduire tous ceux qui le souhaitent dans les lieux d’accueil, l’église Saint-Laurent (Paris 10) en a été privée. De sources bien informées, nous savons qu’il s’agit d’une décision réfléchie destinée à pénaliser des nationalités jugées indésirables.

A l’abandon des exilés à la belle étoile, s’ajoute désormais un traitement discriminatoire.

Cette orientation illustre une nouvelle fois la doctrine inavouée selon laquelle plus les étrangers ont besoin de protection en raison de la situation dans leur pays, plus ils sont indésirables. Dans les années 90, les Algériens avaient déjà été victimes de cette trahison : plus les terrorismes faisaient de victimes, moins il y avait de visas.

Allons-nous supporter longtemps cette tragique dérive qui tire un trait sur tous les engagements internationaux pris par l’humanité au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale ? Au point que, le 29 janvier dernier, le secrétaire général des Nations unies, Kofy Annan, a accusé l’Union européenne d’« annihiler le régime de l’asile ». Pour notre part, nous tenons aux valeurs et aux principes, parmi lesquels les éléments qui, dans la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, affirme très simplement que : « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité » [1]. Et de ce fait : « Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Etat. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays » [2].

C’est notamment pour défendre l’application de cet engagement des Etats que, depuis près d’un an, la poignée de citoyen(nes) que nous sommes s’est mobilisée sur la question de l’errance et du non-accueil des exilés que les pouvoirs publics laissent dormir par terre sur nos trottoirs pour les empêcher de rester en France et pour en dissuader d’autres de venir. Notre obstination a fait tâche d’huile : une trentaine d’organisations et de paroisses ont hébergé les exilés en signe de solidarité et de protestation.

Non seulement le gouvernement fait la sourde oreille, mais le voilà désormais engagé dans la discrimination. Dans ce contexte, revient de plus en plus souvent la terrible question des exilés : « Comment demander l’asile à des pays qui nous traitent comme des chiens ? ».

A l’heure d’élections régionales et bientôt européennes, nous appelons les Français et les Européens à choisir entre le racisme et le respect de l’égalité entre les êtres humains.

 
 
   
   
  Lettre ouverte à François Fillon
Monsieur François Fillon Ministre des (...)
Mise au point sur l’attitude du Collectif en matière d’information des exilés sur le dispositif d’hébergement d’urgence
Monsieur Benoît Normand, Conseiller du (...)
Delanoë : « Pas de mini-Sangatte à Paris »
PARMI LA TRENTAINE de personnes attablées (...)
Interpellation de Delanoë, quelques brèves dans la presse
les Echos du 24 décembre 2003 Delanoë face (...)
Paris ne veut pas des exilés
« Je ne veux pas de mini-Sangatte à Paris. » (...)
Dans le 10e, les réfugiés dorment de siège en siège
Irakiens, Afghans, Kurdes... Depuis la (...)
Voeu des élus PCF/Verts au conseil de Paris
Voeu déposé par Catherine Gégout, Véronique (...)
Compte-rendu de réunion avec FDTA et la Mairie de Paris
Violaine, Gilles et moi avons participé (...)
Au ministère des affaires sociales, le vendredi 17 octobre 2003
Participants : Ministère des affaires (...)

 
 

Entrez votre recherche dans le formulaire ci-dessus puis validez.
 
  Plan du site / Web map  
  Espace privé  
   
Accueil - Fil d'info - Site réalisé avec SPIP