accueil
  Qui sommes nous ? | Sur l'asile | Maraudes | Exilés mineurs | Presse pays d'exil | Nous contacter | Photos | Archives
  Liens | A Calais | Les exilés sur les routes d'Europe | Adresses utiles à Paris

Accueil du site > Charter vers l'Afghanistan - Décembre 2005 > Un Noël pourri pour exilés afghans, une expulsion fantôme pour (...)

Communiqué du collectif de soutien aux exilés du 10ème arr. de Paris

Un Noël pourri pour exilés afghans, une expulsion fantôme pour Kaboul

22/12/05

Mardi 20 décembre, 5 jeunes exilés afghans ont été expulsés en catimini pour Kaboul.

vendredi 23 décembre 2005, par exiles10


Un Noël pourri pour exilés afghans, une expulsion fantôme pour Kaboul

Mardi 20 décembre, 5 jeunes exilés afghans ont été expulsés en catimini pour Kaboul.

Parmi ceux-ci, Ali G., en rétention à Vincennes, avait fait une requête avec 3 autres personnes auprès de la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH)(1). Il avait demandé l’asile mais, parce que depuis l’entrée en vigueur de nouvelles dispositions sur l’asile ces demandes doivent être en Français et qu’Ali G. n’avait pas d’interprète, sa demande n’avait pu être enregistrée. Il aurait eu jusqu’au 16 janvier pour l’adresser, si le charter ne l’avait pas emmené avant. Á l’annonce de son expulsion le 20 décembre dernier, il s’est évanoui.

Hosayni H. était en rétention à Nice, avait ensuite été transféré au Mesnil-Amelot. Il avait demandé l’asile lors de sa rétention. Instruite en « procédure prioritaire », sa demande, comme c’est très souvent le cas dans cette procédure expéditive, a été rejetée. Il a fait une tentative de suicide par auto-mutilation, à l’annonce de ce rejet.

Hakim F., était en rétention à Coquelles, près de Calais. Il était manifestement mineur (environ 15 ans), mais une expertise osseuse l’a dit majeur. Une évaluation à ce point contestable (on sait que ce type d’expertises présente une marge d’erreur de 18 mois...) que le consulat d’Afghanistan a longtemps hésité avant de finalement délivrer le laissez-passer indispensable pour l’embarquement dans le charter.

Nous avons à ce jour moins d’informations sur les situations de Bahram S. et Farid W, placés respectivement en rétention à Coquelles et Lille. Il est peu vraisemblable qu’ils aient pu formuler une demande d’asile étant donné l’article 18 du décret n°2005-617 du 30 mai 2005 qui stipule que le coût de la traduction pour les demandes d’asile est à la charge des demandeurs.

Cette expulsion, véritable coup de force, est indigne d’un état démocratique. On a renvoyé de jeunes hommes dans un pays si peu sûr que le Ministère des Affaires Etrangères écrit, à destination des Français désireux d’y partir : « les voyages sont formellement déconseillés (...), la situation sécuritaire en Afghanistan s’est détériorée depuis le printemps 2005 : multiplication des affrontements avec les opposants armés au processus de paix, montée en puissance de la petite délinquance et de la grande criminalité. »(2)

Les évanouissements, mutilations et tentatives de suicide qui ont émaillé les préparatifs du charter témoignent d’une réelle peur de retourner en Afghanistan, un pays dans lequel la guerre civile a fait 1500 morts durant l’année.

L’Afghanistan est aujourd’hui un pays submergé par le retour des réfugiés des camps d’Iran et du Pakistan. Renvoyer d’Europe quelques exilés, pris au hasard de contrôles policiers n’a d’autre sens que celui de conforter une logique du chiffre du Ministère de l’Intérieur qui bafoue le statut des demandeurs d’asile et l’esprit de la Convention de Genève.

Quand en plus les chiffres sont aussi dérisoires que dans ce dernier vol (14 militaires pour 5 jeunes Afghans !), le ridicule s’ajoute à la cruauté et au déni de droit.

La France doit cesser de recourir à des vols groupés et aux expulsions collectives, qui s’accompagnent nécessairement d’arrestations ciblées, et d’instructions expéditives de la situation des personnes que l’on veut renvoyer.

Dans l’attente, nous demandons au moins la libération de Mohammed S., la dernière personne encore en rétention parmi celles ayant adressé une requête à la CEDH.

Premiers signataires : ACORT, ATTAC 9-10eme Paris, ATMF, C’SUR, Collectif de soutien des exilés, FASTI, GISTI, Les Verts, MRAP, PCF, UTIT

(1) Ce recours a permis à Noor S. d’obtenir une réponse positive de la CEDH annulant immédiatement son expulsion et d’être libéré.

(2) Recommandation du MAE actuellement en ligne à l’adresse http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs_909/pays_12191/afghanistan_12192/index.html

Communiqué | 0 X 0 | 28.5 ko
 
 
   
   
  Expulsion collective des afghans : non à l’arbitraire et à l’illégalité !
Près de la Gare de l’Est à Paris comme (...)
Vers un second charter pour Kaboul ?
Une trentaine de personnes ayant ce jour là (...)
D’un charter vers l’Afghanistan et de ses mystères
Pourquoi ? Parce tout indique l’espoir (...)

 
 

Entrez votre recherche dans le formulaire ci-dessus puis validez.
 
  Plan du site / Web map  
  Espace privé  
   
Accueil - Fil d'info - Site réalisé avec SPIP